AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Sam 9 Oct - 23:32

La soirée avait été bien mouvementée, et arrosée à souhait. Il y avait eu beaucoup de visages familiers parmi les invités, en plus de toutes ces têtes inconnues qui se trouvaient au bon endroit au bon moment. Cela faisait un bon moment que Jared n’était pas revenu ‘travailler’ au Blondie. Dire qu’il y avait passé quelques temps, en tant que videur à l’entrée de ce bar. Il y avait son ex-patronne d’ailleurs, toujours aussi charmante et adorable. Une des personnes que Jared ne pouvait que respecter en tant que femme. Elle était l’exemple type de la préciosité, à ses yeux. Son naturel attachant avait éloigné quelque peu l’envie de faire d’elle une créature maléfique, il fallait l’avouer. La revoir pétillante, aux cotés de sa meilleure amie, avait ravivé de vieux souvenirs maintenant qui lui avaient tiré un petit sourire. C’était l’enterrement de vie de jeune fille d’Amber, que l’on fêtait ce soir là. Les invitées avaient bien bu avant que Jared n’arrive avec ses compagnons pour faire son show devant elle. C’était d’ailleurs Valentine qui avait tout organisé, tout préparé pour Amber afin de faire passer à cette dernière une soirée inoubliable. Et c’était également elle qui avait passé cet appel au Pink Paradize pour faire venir des strip teaseurs. Jared et ses compagnons étaient venus costumés en pompiers. Ils avaient effectivement dansé sur des musiques, tournés autour d’Amber, titillés les désirs incertains provoqués aussi par l’état d’ébriété de ces demoiselles puis, enfin, avaient terminés leur petit jeu sans se mettre totalement à nus. Car Amber était trop sage pour cela. Bien émoustillé par sa danse et toute cette présence féminine, Jared s’était dirigé vers les locaux que Valentine avait réservé à ses trois hommes et à lui, afin de se changer et de reprendre leur souffle. Il avait ressenti grâce à son don toutes les sensations de désir et, mêlées au sien, il lui était difficile de résister et de lutter pour calmer la chair de poule sur sa peau. Il crevait de chaud et transpirait bien. Jared renvoya ses hommes et repartit également chez lui. Il avait fait son travail et pensait l’avoir bien fait. Il s’était bien occupé de faire les mouvements que les femmes attendaient de lui, et s’était bien concentré sur Amber puisqu’il s’agissait de sa fête. Lorsqu’il fut sous la douche, il y resta un long moment pour fermer les yeux et profiter de l’eau froide qui coulait sur sa peau. En ressortant, il décida de se rhabiller. Non pas en pompier, mais cette fois il se revêtit d’un costard élégant, noir, avec une cravate blanche et un pantalon noir aussi. Il mit un peu de gel dans ses cheveux et soigna bien son apparence avant d’ajouter la touche finale : le parfum pour homme. Il comptait retourner à cette fête. Non pas pour s’en mêler, non. Mais il était deux heures du matin et, avant de repartir, Jared était allé saluer Valentine. Il lui avait ensuite promis de revenir vers la fin et d’être présent pour l’aider à ranger, pour que ce soit ‘comme au bon vieux temps’. Disons aussi qu’il voulait la revoir, avoir un peu de ses nouvelles et discuter un peu avec son ancienne patronne. Jared retourna donc au Blondie, dans sa voiture. Il était cette fois frais comme un gardon et bien couvert ! Lorsqu’il entra, la fête battait encore son plein et il préféra ne pas s’inclure dedans. Il se mit à l’écart, sur une table, commanda un seul verre d’alcool puis de l’eau ensuite. Jared regardait les gens autour de lui. Vers quatre heures du matin, toutes les femmes commençaient à s’en aller et la fin s’annonçait. Lorsque la reine de la soirée fut la dernière à partir, et que le bar se vida totalement, Jared se leva. Il ne restait plus que les serveurs, Valentine, et lui. L’homme s’avança vers elle pour lui montrer qu’il avait tenu parole et qu’il était revenu.

« Tu lui a fait une soirée inoubliable et exceptionnelle, boss. » fit-il en regardant la sortie en souriant. Il n’avait pas perdu cette habitude d’appeler sa patronne boss, plutôt étrange, non ? Il ne la perdrait surement jamais, parce que c’était une petite manie qu’il aimait bien. Ce qui avait changé, en revanche, c’est qu’il se permettait de la tutoyer. Cette fois, il n’y avait plus de relation professionnelle ni de statut hiérarchique qui les bloquait. Ils étaient d’égal à égal. Jared s’aperçut que les serveurs s’activaient déjà à tout ranger et à tout nettoyer. Quant à lui, il se dirigea vers l’entrée pour reprendre son ancien travail c'est-à-dire : empêcher les gens de rentrer malgré la lumière dans le bar. Il s’occupa également de faire sortir toutes les personnes qui n’étaient pas de la fête et qui trainait encore sur les tables ou ailleurs. Cela lui avait quand même un peu manqué, ce travail, de mettre des gens dehors et d’en empêcher de rentrer. Lorsqu’il se tenait, raide comme un piquet, dans son costume de sécurité, à observer les individus qui le regardaient avec crainte… Maintenant, les gens n’éprouvaient plus de la peur en l’observant, dans son nouveau métier, mais ils adoptaient un regard désireux que Jared préférait largement… La peur, il pouvait toujours l’avoir lorsqu’il se mettait à torturer deux ou trois fillettes sur les trottoirs. Une fois que les lumières commençaient à s’éteindre et le bar à se fermer, il retourna vers son ancienne patronne et, cette fois, resta près d’elle. Elle s’apprêtait à s’en aller, elle aussi. Mais elle avait du bien boire elle aussi, donc allait probablement rentrer chez elle à pied. Était-ce là une excellente idée, que de laisser une femme seule marcher dans la nuit à San Francisco ? Il n’aurait jamais permis ça.

« Je ne t’ai jamais vu aussi rayonnante et… élégante. » complimenta l’homme avant de sortir ses propres clés de voiture et de regarder Valentine, « Est-ce que tu veux que je te raccompagne ? Ca ne me dérange pas et puis, mademoiselle la patronne a du bien profiter de la soirée. »

Il afficha un petit sourire amusé et l’observa, elle et son doux visage angélique. Alors qu'ils sortaient et qu'elle fermait le bar, il l'observait de manière à la fois intriguée et curieux. Elle était si joyeuse et si douce dans sa robe, il aurait aimé la regarder un peu plus longtemps sous les gais lueurs des étoiles. D'ailleurs, il ne put s'empêcher de lever la tête vers les astres et de fermer les yeux en pensant à cette jolie femme. Valentine était si tendre et si naturelle, son innocence et sa naïveté étaient profondément attachants. Il faisait si calme autour, paradoxalement au bruit des rires et de la musique quelques minutes plus tôt. Cette fois la fête était finie, et il ne se sentait pas fatigué. Pourtant, la danse avait été épuisante mais il se sentait bien, à l'aise et heureux. Il respirait calmement et s'était arrêté juste devant, attendant la réponse de la jeune femme. Cette robe qu'elle portait ne devait pas lui tenir chaud alors que la fraicheur de la nuit offrait des petites perles glacées sur la peau du visage de l'homme. Ce dernier retira donc sa veste, s'approcha lentement de Valentine et la lui posa sur les épaules sans même lui demander son avis. Quelle que soit la réponse de la jeune femme, si elle ne voulait pas qu'il la raccompagne en voiture, alors il la raccompagnera à pied, et elle gardera sa veste pour ne pas prendre froid.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Dim 10 Oct - 0:21


« Merci ma belle ! Je passe une soirée d’enfer ! »
Amber rayonnait entourait de plusieurs strip teaseurs. Valentine avait le cœur léger. Elle avait remplie son contrat : Offrir une fête mémorable à son amie qui allait célébrer un mariage controversé. Valentine était sereine. L’alcool qui se mêlait a son sang devait aider, mais elle ne se sentait pas « trop alcoolisée ». Elle avait cette sensation d’aisance qui donne l’impression que tout est possible. Ce sentiment simple et auquel il est facile de céder. Celui de la séduction. Les femmes aiment séduire c’est un proverbe connu. Mais Valentine n’est pas de ces insatisfaites qui séduisent pour exister. Non, Val séduit pour le jeu et le plaisir d’être désirée. Cela arrive plus facilement quand elle a un peu (beaucoup) bu. Un peu comme ce soir en fait…

C’est donc dans cet état de plénitude que Valentine vis la soirée se terminer. Un sourire courbait ses lèvres et des paillettes rendait son regard étincelant, cela simplement grâce au bonheur d’Amber. Finalement, Valentine n’est pas si compliquée comme demoiselle. Amber la sert à présent fort contre elle, les larmes aux yeux, et la remercie d’être qui elle est. Valentine sent les larmes monter aussi. Elle embrasse son amie sur le front et la raccompagne à son taxi. Elles sont radieuses… Valentine regarde le taxi démarrer et disparaître. Mission accomplie ! Maintenant il lui fallait ranger le Blondie. Elle se retourna et passa une main dans ses cheveux. Ce geste naturel devenait sensuel et sexy quand elle avait descendu quelques verres. Elle posa un regard sur la salle et aperçut Jared. Son ancien videur était devenu strip teaseur. Valentine ne pouvait pas vraiment dire qu’elle n’en avais rien a faire. Jared était quelqu’un de fiable et qui faisait un travail remarquable. Elle le regardait, dans son costume qui lui allait comme une seconde peau, il irradiait quelque chose de puissant et de protecteur. Il se retourna et son regard rencontra celui de Valentine. Sans ciller, il s’approcha. Valentine sourit à celui qui l’appelait « Boss ».

J - "Tu lui a fait une soirée inoubliable et exceptionnelle, boss."
Valentine inclina la tête. Elle le gratifia d’un sourire comme elle n’en donne que quand elle est vraiment heureuse. Et oui ce soir Valentine était heureuse. Son amie comblée, et toute sa vie qui filait droit devant. En plus, elle avait son ancien videur qui honorait ses paroles, la jolie patronne du bar ne pouvait rêver mieux.

V - "Merci de t’occuper de çà Jared"
Elle fit un signe de tête en direction de la porte, signifiant son travail de videur. Elle le dépassa en posant une main sur son épaule. Elle avança doucement pour se remettre au rangement de la salle qui, finalement, n’était pas dans un état si lamentable.

Le travail ne lui pris qu’un peu plus d’une demi heure et elle fut rapidement en train de fermer les portes du Blondie dans la rue. Jared était resté jusqu’au bout. Il y a des gens sur qui ont peut compter. Elle s’apprêtait à lui souhaiter une bonne nuit quand il la devança :

J - "Je ne t’ai jamais vu aussi rayonnante et… élégante. Est-ce que tu veux que je te raccompagne ? Ca ne me dérange pas et puis, mademoiselle la patronne a du bien profiter de la soirée."

Le compliment fit légèrement monter le rouge aux pommettes de la jolie brune. Elle regarda Jared avec un petit sourire gêné. Elle avait très envie d’acceptait la proposition de Jared. A dire vrai, personne ne l’attendait et du coup personne ne saurait si il lui était arrivé malheur entre le bar et son appartement. Elle replongea son regard dans celui captivant de Jared.

V - "Je ne voudrais pas abuser… mais si çà ne te gêne pas je préférerais en effet… Personne ne saura si je ne rentre pas, ce serait pas très prudent "
Elle le regardait toujours. Jared était un homme qui ne peut pas laisser une femme indifférente. Son regard profond, son corps apprêté dans un costume, et sa voix aigre douce. Autant d’armes qui atteignent Valentine. Les play-boys californiens, très peu pour elle, mais les mystérieux à la personnalité insondable la fascine.
V - "Et merci du compliment…"
Elle accorda un sourire charmeur à Jared. Habituée aux compliments dans le bar, quand çà venait de quelqu’un comme Jared, Valentine ne savait plus comment réagir. Il déposa sa veste sur les épaules de la barmaid. Elle en fut touchée. Même si le froid n’était pas si intense, elle avait un peu frais. La veste de Jared portait un parfum qui n’était pas seulement le contenu d’un beau flacon dans une salle de bain. Dessus, les effluves de sa peau étaient perceptibles à son odorat de femme chat. Elle ferma les yeux savourant l’air qui l’embaumait. Un sourire apparu sur ses lèvres. Ils commencèrent à marcher vers sa voiture qui était garée à 50 mètres de l’entrée du Blondie. Elle se surprit à lui prendre le bras. Depuis le départ de Tobias pour New York, elle se sentait vraiment seule.

V - "Quel show tout à l’heure ! Tu étais très attirant en pompier…"
Elle lui accorda un regard qu’elle ne maîtrisait plus à cause de l’alcool. Ses yeux papillonnèrent légèrement. La séductrice qui sommeille en elle aime briser ses chaînes après quelques verres. Ce qui ne devait être qu’une parole « légère et amusante » avait des allures de séduction. Valentine ne savait pas si elle s’en rendait compte. Ou peut être ignorait-elle ce fait pour ne pas faire face. La fuite n’est pas une solution de facilité pourtant.


Dernière édition par Valentine Montgomery le Lun 13 Juin - 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Dim 10 Oct - 10:22

Merci ? Pourquoi le remercier. L’homme se plaisait à se conduire ainsi. En fait, il avait une nature méchante et terriblement odieuse alors qu’il adorait jouer le rôle du parfait gentleman. C’était un paradoxe plutôt fréquent chez lui, comme celui de se délecter de la souffrance d’un autre et de venir en aide à la première demoiselle en détresse. Il faisait vite ses préférences et choisissait soit de protéger, soit de torturer. Ce n’est pourtant pas comme s’il possédait deux voix au fond de lui, car ces traits de caractères opposés s’entendaient à merveille et concordaient parfaitement avec sa personnalité. Il cachait sa nature de salop derrière un masque d’élégance alors qu’il prétendait ne pas dissimuler le fait d’être un psychopathe. On dira que cela dépend des moments… et des personnes. Il aimait être reconnu comme un méchant, avoir mauvaise réputation et il aimait qu’on le craigne ou qu’on le déteste. Mais il savait que toutes les personnes qui faisaient la connaissance du coté charmeur ne pouvait pas le détester. Je n’entends pas charmeur au sens de séducteur, mais de celui qui essaye de plaire. Jared sortit du bar avec la jeune femme, se disant qu’elle avait toujours autant le sens des responsabilités et des affaires. Il y revenait souvent au Blondie, pour prendre un verre ou essayer de séduire quelques filles. Il s’y était prit des râteaux comme il en avait ramené chez lui. Il faisait tout au feeling, au naturel, se servant de sa télépathie pour savoir la plupart du temps quoi dire pour faire mouche. Il n’y avait aucune magie pour l’aider dans ce jeu, et il n’était pas non plus un Dieu. Donc il avait déjà encaissé des refus de la part de jeunes femmes souvent trop accrochées à leur petit ami actuel, ou encore pas assez attirées par l’allure des mauvais garçons séduisants qu’il dégageait. Mais ce n’était pas ce qui dérangeait Jared. Ne dit-on pas que c’est de ses erreurs que l’on apprend le mieux ? C’était pareil que pour ses activités meurtrières. Il lui avait fallu prendre beaucoup de coups avant d’être arrivé à la puissance qu’il avait acquis aujourd’hui. Et encore, il en cherchait davantage, même s’il ne trouvait plus énormément de sorciers à sa hauteur. Cela valait dans le domaine du sport aussi ou, avant d’être entraineur aux sports de combat, il avait subi de lourdes défaites dans des championnats et avec ses propres professeurs. Enfin bref. C’était des petites choses qui l’humanisaient et qui ne cessaient pas de revenir dans sa tête, lui rappelant à quel point il avait du sang humain dans les veines, qu’il était cent pour cent mortel et non démoniaque, avec des sorciers. Soit pour l’empêcher de tomber dans la déchéance la plus totale, soit pour l’aider à continuer à tromper son monde. Mais ces pensées, lui seul les avait, et beaucoup de ceux qui le connaissaient le prenait pour une créature maléfique… Il était nommé comme un démon.

Après avoir gentiment complimenté son ex-patronne au sujet de sa tenue de soirée, parce qu’il est vrai qu’il ne l’avait jamais vu ainsi, il lui proposa de la raccompagner. Valentine accepta d’une manière timide et il lui répondit par un sourire pour la rassurer. Pourquoi aurait-il proposé, si cela le dérangeait ? De toute manière, il n’avait aucunement l’intention de laisser la jeune femme seule, cette nuit, livrée à elle-même avec ses hauts talons qui résonnent sur le trottoir. À la merci de n’importe qui… D’autant plus qu’elle était si belle et si attirante dans sa robe que le risque d’interpellation était considérablement augmenté. Même si elle avait refusé que Jared la raccompagne, il l’aurait suivi, ne serait-ce que pour s’assurer qu’il ne lui arrive rien. Il aimait beaucoup avoir ce sentiment protecteur, l’envie de veiller sur quelqu’un même pour une simple soirée ou une petite heure. Cela lui donnait un sentiment de puissance et de bien être, il avait confiance en lui et il aimait que les gens lui fassent confiance également. La jeune femme le remercia ensuite pour ses compliments, tandis que Jared posait sa veste chaude sur ses épaules. Il remit le col de sa chemise grise et prit la direction de l’endroit où était garée sa voiture. Il avait bien envie d’une cigarette mais là encore, c’était un des détails minutieux auxquels il faisait bien attention : il ne voulait pas fumer devant Valentine et la déranger avec l’odeur du tabac. Il se retint donc, mettant sa dépendance de coté et se disant qu’il fumerait en rentrant chez lui et avant de se coucher. Il allait offrir son bras à la jeune femme, comme un père l’offre à sa fille au moment de l’accompagner sur l’autel de mariage, mais son ancienne supérieure le lui avait déjà pris. Jared continua donc sa marche sans y faire trop attention, car cela lui plaisait à lui aussi. Il sentait bien dans l’esprit de la jeune femme que beaucoup de pensées un peu embrouillées s’y déroulaient, et c’était du à l’alcool. Elle aimait bien Jared, il l’entendait, mais elle n’était pas vraiment assez sobre pour le juger objectivement.

« Merci boss. Je suis content que ça t’ai plu. » Lui répondit-il sans aucune gêne. C’est drôle parce que la plupart de ses strip teaseurs rougissaient lorsqu’on leur parlait de leur show ou lorsqu’ils revoyaient une personne du public. Jared, lui, non. Il avait pris l’habitude de revoir des clients et de parler avec eux. Surtout des clientes. Et puis même s’il ressentait quand même un peu d’embarras au fond de lui, il préférait garder l’allure de l’homme confiant qui marchait d’une manière droite et chevaleresque aux cotés de Valentine. Arrivant à sa voiture, il sortit de nouveau ses clés et l’ouvrit. Jared amena sa compagne jusqu’à la portière avant, la lui ouvrit et attendit qu’elle soit à l’intérieur pour la refermer. Il aimait bien jouer le rôle du galant. Plaire à une fille en étant courtois, c’était un vrai plaisir qui le faisait se sentir sûr de lui. Il fit le tour pour monter au volant, et commença à faire ronronner son moteur.

« Tu habites toujours à Alamo Square ? » demanda-t-il en ayant aussitôt la réponse dans l’esprit de la jeune femme. Il s’en souvenait, parce que sur quelques fiches de paie, il y avait eu l’adresse de la patronne dessus. Et puis lorsqu’il fallait lui envoyer des lettres, c’était également son adresse qui était inscrite. Cela dit, Jared n’avait jamais eu l’occasion de s’y rendre. Il commença à rouler, sortant du parking en se concentrant sur sa route. La radio se mit en route mais il l’éteignit aussitôt.

« J’espère qu’Amber était contente de sa soirée. C’est fou qu’elle se marie déjà. » fit-il pour engager la conversation.

À dire vrai, il ne connaissait pas très bien Amber mais assez pour savoir qui était son futur mari – qu’il connaissait déjà mieux – et d’où elle venait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Dim 10 Oct - 20:09

La vie de Valentine prenait des tournures étranges ces derniers moments. Le départ de Tobias l’avait vraiment déstabilisée. Elle avait beaucoup de mal à s’y faire mais de temps en temps, elle arrivait à presque l’oublier. Ce soir était un de ces moments. Au bras de Jared, Valentine ne se sentait plus seule. C’est pourtant étrange, elle sait que Jared est un homme mystérieux qui n’est pas qu’un charmant gentleman qui propose sa veste. Mais elle ignore qu’il égorge femmes et enfants quand l’envie lui prend. Disons que Valentine sait que faire confiance à des gens comme lui c’est quite ou double mais avec une probabilité de « quitte » qui est bien supérieure à celle de « double ». Valentine a pourtant pris le risque et jusqu’à maintenant, elle n’a rien à redire à Jared. Il tiens parole et est à l’heure quand l’engage pour une soirée. Pire, il est aimable et serviable et toujours prêt à aider. Pourtant, Valentine ne lui confierait pas son cœur. Il n’est même pas question d’amour ou de sentiments, elle a souvent eu l’impression que Jared avait une double vie et que dans un sens, sa face cachée était préférable, ben justement, « cachée ». Pourtant ce soir, elle n’avait plus aucune crainte envers lui.

J - « Merci boss. Je suis content que ça t’ai plu. »
Valentine inclina la tête et ajouta :

V - « Appelle moi Valentine ce soir »
La situation était telle que Valentine était dans un état de bonheur qu’elle avait rarement expérimenté ces derniers temps. Jared lui inspirait confiance ce soir et elle ne voulait pas le quitter car elle savait que seule dans son grand duplex, la solitude reviendrait. Elle regarda Jared avec un regard un peu plus grave que les autres puis détourna la tête car il l’invitait à prendre place dans sa voiture.
Elle s’y installa et son chauffeur vint se mettre au volant.

J - « Tu habites toujours à Alamo Square ? »
Un sourire apparut sur ses lèvres. Jared avait une bonne mémoire. Elle hocha la tête en signe d’assentiment et il démarra. Le duplex de Valentine n’était même pas à quinze minutes en voiture. Elle était en train de contempler la voiture quand il repris la parole.

J - « J’espère qu’Amber était contente de sa soirée. C’est fou qu’elle se marie déjà. »
V - « Ho oui, elle m’a dit qu’elle s’était beaucoup amusée ! Je suis vraiment contente, depuis le temps que je suis sur cette soirée. Mais tu sais, ils sont ensembles depuis trois ans donc finalement c’est assez normal qu’ils se marient, non ? »
Valentine regardait à présent Jared. Même quand il travaillait au Blondie, elle l’avait toujours apprécié. Il était un homme à la fois facile et très complexe. Facile comme ce soir, pour vous ramenez en voiture et vous donnez son bras, complexe, quand on rentre dans son intimité et dans sa vie. Bien qu’ils aient travaillé longtemps ensemble, Valentine ne pouvait pas vraiment prétendre connaître Jared.

La voiture s’immobilisa bientôt devant son immeuble. Valentine regarda par la vitre et eu un pincement au cœur. Elle ne voulait pas se retrouver seule ce soir. En fait, elle aimait beaucoup la compagnie de Jared et elle ne pouvait se résigner à lui souhaiter une bonne soirée.
Elle hésita puis, aidée par l’alcool, elle lui proposa de sa voix séduisante :

V - « Dis tu montrerais boire un dernier verre à la maison ? çà fait longtemps que l’on ne s’est pas parler, tu ne trouves pas ? »
L’alcool lui donnait une assurance qu’elle n’aurait pas eue avec Jared en temps normal. Cela lui permettait d’être à demi consciente de ce qu’elle venait de lui proposer. Si pour elle, c’était le sentiment de solitude, c’était son attirance pour cet homme qui transparaissait plus qu’autre chose. Elle sourit à Jared en espérant qu’il ne la laisserait pas seule dès maintenant. Tout ce qu’elle voulait c’était gagner du temps en sa compagnie. Et puis, elle devait se l’avouait, le show de Jared avait bien pris sur elle et elle se sentait vraiment attirée par lui ce soir. L’idée de céder n’était pas dans son esprit pour l’instant mais l’attirance se faisait de plus en plus intense.


Dernière édition par Valentine Montgomery le Lun 13 Juin - 18:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Jeu 14 Oct - 13:55

Valentine n’avait absolument rien à craindre de Jared. Ce dernier s’assurait toujours de bien montrer à ses victimes qu’elles étaient ses proies et en l’occurrence, la femme-chat n’en faisait pas partie. Il lui arrivait rarement de se comporter d’une manière parfaitement humaine avec une jeune femme puis de lui dévoiler sa vraie nature plus tard. Non, lorsqu’il adoptait un comportement, il le gardait jusqu’au bout, à moins qu’un élément extérieur vienne se mêler à cette situation et pousse physiquement ou moralement le sorcier à changer. Il n’avait donc pas la moindre intention de blesser son ancienne patronne. Elle faisait partie du quotidien qui se chargeait de remplir la vie sociale du strip teaseur. Et si ce dernier était bien hypocrite quant à la vraie valeur de ses sentiments envers les gens, il savait de toute manière qu’un individu préférait un tendre mielleux qu’un homme détestable. Même si le plus parfait gentleman ne pensait pas ce qu’il disait, il n’en était pas moins que ses manières plaisaient, et que sa compagnie était agréable. Et puis lui, il aimait se donner cette image qui lui donnait la sensation d’un parfait contrôle de soi, et d’une stratégie infaillible qui le protègerait des coups en cas de problème. Son caractère manipulateur, né avec sa télépathie dès sa plus tendre enfance, ne cessait de s’accroître en lui, de telle manière qu’il le dissimulait de mieux en mieux. Lui-même, parfois, ne pouvait dire s’il faisait telle ou telle chose parce qu’il le voulait, ou bien pour se montrer qu’il pouvait le faire ou bien le faire-faire. Ce soir, le maléfique sentait que cette demoiselle accrochée à son bras ne lui vouait pas une confiance totale. Assez pour le laisser la ramener chez elle, et assez pour lui parler avec un sourire sincère. Cela suffisait amplement à l’homme, qui ne voulait pas trop s’immiscer dans sa vie. De toute manière, tout ce qu’il voulait savoir, il finissait par le découvrir, qu’elle le dise ou non. Il préférait passer pour cette sorte d’ami galant qui était là en cas de besoin et à qui on ne pouvait en vouloir de cacher des choses, plutôt que pour le confident qui éveillait des soupçons sur lui et qui mentait comme il respirait. La relation qui unissait Valentine et Jared convenait donc tout à fait à ce dernier, et il ne tenait pas vraiment à s’engager plus loin sur le plan moral. Lorsqu’ils arrivèrent à sa voiture, il l’observa. Il pouvait lire en elle une désagréable angoisse à l’idée d’être seule plus tard. C’est étrange, après cette soirée pourtant si réussi, la jeune femme laissait de nouveau place à quelques tracas qui ne pouvaient pas passer inaperçu dans la tête de l’homme. Et tout en ouvrant la portière de Valentine, Jared réfléchissait à un moyen de lui changer les idées, et surtout de la rassurer. Il détestait qu’une femme, avec qui il faisait des efforts, pense à autre chose ou se sente mal à l’aise en sa compagnie. C’était à la fois un désir de possession mais aussi de contrôle. Un désir qui n’était pas si négatif puisqu’il poussait l’homme à se montrer d’autant plus intéressant et surtout attentionné.

Une fois qu’il se trouva au volant de sa voiture, il lui demanda si elle vivait toujours au même endroit. Il acquiesça devant le sourire de la barman puis démarra le moteur. Ce n’était pas vraiment une question de mémoire. Il retenait surtout ce qu’il veut. Parce que si son ex-patronne avait été un homme, ou une vieille pie toute ridée, alors il n’aurait probablement son adresse en tête. Il valait mieux toujours retenir l’habitation des plus belles femmes, et il avait eu raison pour Valentine puisque ce soir, il s’y rendait. C’était quand même une sensation un peu étrange que de s’adresser à elle comme à une ancienne collègue ou bien à une amie, plutôt que comme à sa chef. Il allait rapidement s’y habituer, mais la relation professionnelle de lui déplaisait pas tant que ça, à dire vrai. Parce qu’une femme qui était nommée comme étant la patronne et à qui l’on s’adressait avec respect s’en retrouvait toujours flattée, il le savait. Et Jared aimait beaucoup complimenter l’égo des jeunes dames. Souvent il le pensait lorsqu’il le faisait, ce qui ne le rendait pas si hypocrite que cela. Histoire d’engager la discussion, il lança le sujet de la soirée et parla d’Amber. Dire qu’elle allait se marier, et avec un crétin fini en plus. Jared en avait toujours après Noah, et pensait à ce dernier avec une petite sensation victorieuse car il se souvenait parfaitement au piège qu’il lui avait déjà tendu. Piège dont il ne saura jamais les effets parce qu’il n’avait pas été là pour admirer les conséquences. Il aurait aimé, lui aussi, séparer ce petit couple ridicule et ramener le futur mari dans le coté obscur de la force. Cependant il ne s’en faisait pas, parce qu’il était certain que leur mariage ne sera pas de tout repos… D’ailleurs, si aucun fauteur de trouble ne venait s’y mêler, il pourra se charger lui-même d’y mettre la pagaille, s’il le fallait !

« Trois ans… Oui, probablement. C’est le minimum pour moi. » répondit-il en se concentrant sur la route. Il eut une légère réflexion sur le mariage qui l’amena à se souvenir de son ancienne fiancée. Lui aussi, avait failli se marier… Il lui avait fallu plus de trois ans pour avoir le courage de demander sa main, mais lui aussi vivait le ‘parfait amour’. Mais c’était l’époque ou il n’existait pas, pour lui, une époque bien morne, bien terne et bien révolue surtout. La mort d’Alice aura peut-être laissé une cicatrice, mais elle aura eu énormément de cotés bénéfiques dans son esprit, comme l’ouverture du verrou qui bloquait l’accès à sa propre folie. Ils finirent par arriver devant l’immeuble de la jeune femme. Jared s’y gara juste devant. À la proposition de la jeune femme, il lui répondit par un petit sourire et coupa le moteur. Le strip teaseur ouvrit sa portière, sortit et fit le tour de la voiture pour ouvrir celle de la jeune femme avec un regard complice et amusé, se moquant lui-même de sa propre attitude.

« Tes désirs sont des ordres, princesse. » fit-il enfin en refermant à clé sa voiture.

Il la suivit ensuite jusqu’à chez elle, s’occupant à chaque fois de petits détails tels que lui ouvrir la porte d’entrée de l’immeuble, mais il faisait cela de manière si instinctive, si naturelle et sans se presser, que ça passait tout seul. Jared la suivit docilement jusqu’à l’entrée de son appartement et, une fois qu’il fut entré, ne bougea plus.

« Est-ce que tu vis seule ? C’est drôlement joli. »

Il restait à l’entrée, sans oser faire un pas en avant tant que la jeune femme ne le lui aurait pas donné la permission.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Dim 24 Oct - 22:26

    L’enfer est pavé de bonnes intentions… Dit-on ! En la personne de Jared cette citation pouvait prendre une signification. En effet, il était démoniaque et cruel mais il était bienveillant. Du moins avec notre tendre Valentine. C’est pourquoi il lui était si facile de glisser dans la confiance. Jared avait accepté de monter. Elle ne pouvait discerner si il était monté pour « boire un verre » ou pour « boire un verre…. ». D’accord la nuance n’est pas évidente. Pourtant, çà ne veux pas dire la même chose. Le plus troublant c’est qu’au fur et à mesures des étages de l’ascenseur elle ne savait pas laquelle des deux propositions elle avait proposée. Jared était prêt d’elle. Son instinct félin sentait sa puissance. Valentine hasardait des regards dans sa direction.
    Arrivé devant son appartement, elle ouvrit la porte avec un sourire. Elle le laissa rentrer et le sorcier maléfique.

      J - « Est-ce que tu vis seule ? C’est drôlement joli. »

    Valentine senti le rouge lui monter aux joues. Oui, elle vivait seule. D’ailleurs le mot ne pouvait être mieux choisis en réalité ! Seule… C’est vraiment ce qui hantait le cœur de la barmaid. La solitude. Valentine releva les yeux et les posa dans ceux de Jared. Il avait un halo protecteur et inspirant confiance. Valentine était de moins en moins encline à son départ.

      V - « Oui, je suis seule… Mon petit ami est parti pour New York il y a 3 mois, mais de toutes manières il n’habitait pas ici… »

    Quelle réponse pour le moins étrange… La nuance de la réponse n’avait pas pu échapper à Jared. Valentine semblait vraiment seule et elle venait d’expliquer ses peines à de cœur à Jared. Valentine pouvait mettre ce qu’elle voulait sur le dos de l’alcool, il n’en restait pas moins que la confession n’était pas son genre. Elle se passa une main dans les cheveux et elle proposa un siège à Jared. Elle s’en alla vers le bar et lui servit un de ses cocktails préférés. Elle revint le sourire aux lèvres, légèrement dégrisée, avec deux verres. Elle s’assit près de lui et, moitié fait exprès, moitié pas, elle pressa sa cuisse contre celle de Jared. Enfin disons, qu’elle était assise très proche de lui alors que le canapé était plutôt large. Elle lui tendit le verre et ajouta :

      V - « A notre soirée ! »

    Elle but ensuite une gorgée de son cocktail. Wahou, elle n’y avait pas était de main morte. La jolie brune sentit l’alcool lui réchauffait la gorge. Dans quelques minutes, elle retournait un peu plus dans les brumes. Jared la regardait. Valentine se sentit soudain mal à l’aise. Quelque chose en elle voulait touchait l’homme qui était assis en face d’elle. Elle ne pouvait plus détourner les yeux et elle sentait son corps qui ne lui répondait quasiment plus. Elle rougis légèrement et voulu parler mais rien ne sortit. Quelque chose était en train de se passer en elle. Certes la distance qui la séparait de New York semblait une bonne excuse mais Valentine sentit que c’était pire que çà se qui se passait. Elle n’était pas en train de tomber amoureuse de Jared… Et c’était çà son problème. Elle était là, près de lui, à le désirer comme une ado désire son professeur, et elle sentait que plus elle restait près de lui, plus ses défenses faiblissait. Valentine sentait qu’elle allait céder aux charmes de son ex-videur. Mais le pire dans tout çà, c’est qu’elle ne voulait pas l’arrêter.

      V - « Jared, je… »

    Valentine voulait s’excuser de son regard insistant mais elle ne put terminer sa phrase. Elle venait de remettre les yeux dans ceux de Jared et elle sentit toutes les barrières céder une à une. Valentine ne sentait plus sa conscience l’appeler de loin pour la ramener, elle était dans les bras du désir et elle allait bientôt arrêter de se débattre. Elle leva la main et la passa sur la joue de Jared. Au fond d’elle, elle était désolée, mais les mots ne sortaient pas. Elle caressa sa tempe, puis sa joue et enfin passa ses doigts sur ses lèvres. Jared était immobile. Valentine retenait son souffle. Elle retira sa main du visage de Jared. Elle ne savait pas comment expliquer ce qui était en train de se passer. Le silence était une bonne alternative selon elle. C’est ainsi, qu’elle garda le silence, et fixa Jared dans les yeux. Son visage était si proche, si elle s’était écoutée, elle aurait collé ses lèvres aux siennes mais un lien la retenait encore. La corde s’effilochait à vue d’œil. Les yeux de Valentine étaient de plus en plus explicites et ses mouvements langoureux laissaient à penser que le verre avait une case « et plus si affinité ».

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Ven 19 Nov - 23:56

[Pardon pour ce retard impardonnable :( ]

Elle se posait plusieurs questions sans vraiment chercher à y répondre. L’homme captait l’esprit de la jeune femme, et il se découlait d’elle toute une grâce et une sauvagerie animale qui lui semblait à la fois particulière et fascinante. Ce coté chat et désireux qui provoquait chez lui une joie secrète de l’accompagner jusqu’à chez elle. Il avait déjà fait connaissance avec cette partie féline, puisqu’elle était constamment ancrée dans la jeune femme, cependant il ne l’avait jamais vu se réveiller de manière aussi soudaine. C’était presque l’instinct et l’imprévisible qui la guidait, ce qui plaisait bien à notre profiteur. Quoique Jared restait raisonnable. Il lui semblait bien plus judicieux de sortir la carte du sage. Il se voyait bien dire à Valentine, au dernier moment, qu’il n’irait pas plus loin. Qu’il s’assurerait à ce qu’elle se repose, mais qu’il ne soutirerait rien de plus d’elle que la certitude que tout allait bien, et qu’elle allait se lancer dans un bon sommeil réparateur. Ainsi, la jeune femme pourra se réveiller le lendemain avec une certaine reconnaissance à l’égard de l’homme, qui n’aurait pas profité de son état d’ébriété pour s’engager dans un rapport qui pourrait avoir des conséquences. Cependant, Jared n’était pas aussi pur et surtout, il était totalement soumis aux lois de l’attraction. Le désir qui montait en lui et surtout celui qu’il percevait chez cette jeune femme se faisait sentir de plus en plus. Il gardait cependant un parfait contrôle de lui-même, voulant jouer le rôle du gentleman jusqu’au bout. Il sentait qu’elle appréciait cette facette, et il ne voulait donc pas tout gâcher. Et puis pour conquérir une jeune femme telle que Valentine, Jared avait toujours sorti cette comédie. Il ne se montrait jamais violent ou méchant envers une femme avec qui il va partager une relation d’une nuit ou plus. C’était son humanité qui s’exprimait par ce respect. Probablement due à l’éducation correcte qu’il a reçue, les bonnes manières qu’il apprit et surtout son grand plaisir à se faire bien voir. Au fond, s’il n’y avait pas cette folie constante en lui, il ne serait jamais devenu maléfique, et n’aurait jamais commis ces atrocités. Il rentra dans cet appartement en lançant innocemment une question qu’il fit mine de regretter devant le regard de son ancienne patronne. L’homme détourna le regard et s’ébouriffa l’arrière de la chevelure pour lui montrer qu’il était gêné d’avoir causé ce semblant d’embarras. De plus, il pouvait clairement lire en elle que la solitude lui était pesante… Même si elle devait probablement penser à se chercher un compagnon avec qui partager sa vie, elle pouvait toujours en attendant essayer de trouver un ou une colocataire pour égayer un peu ses journées ?

« Je suis désolé, ça doit pas être facile. » s’excusa-t-il après avoir appris au sujet de ce petit ami caché. Il lui adressa un petit sourire qu’il voulait réconfortant puis la suivit dans l’appartement avant de prendre place sur le siège une fois qu’elle l’y autorisa. Il l’entendit trafiquer derrière lui et tourna la tête pour la regarder venir avec deux verres dans la main. L’homme lui sourit poliment et prit le sien en regardant ce mélange parfumé dont l’odeur le ravissait déjà. Il ne connaissait pas meilleur barman que Valentine, de toute manière. Il la regarda s’installer, sentant comme une bouffée de chaleur lorsqu’elle prit place juste en face de lui, ce qui était bien loin de lui déplaire… Au contraire, il était aux anges. Des Valentine ainsi, il aimerait en voir plus souvent ! Ne serait-ce que pour avoir le plaisir de s’afficher avec une femme aussi radieuse, et de la défendre jalousement auprès des autres hommes.

« À TA soirée, si bien réussie. » répondit-il avec un petit clin d’œil avant de commencer à boire ce fameux cocktail made in barman exceptionnelle. Après avoir laissé couler deux gorgées en lui, et après avoir savouré cette saveur si forte et si fruitée de sa boisson, parce qu’il n’avait pas bu de la soirée, il plongea ses yeux dans ceux de la jeune femme. Là, il se mit à l’observer et pencha légèrement la tête sur le coté pour la contempler de la manière la plus intense qu’il put. Il avait l’impression que leurs deux visages se rapprochaient, sans qu’il ne s’en rende vraiment compte. Il sentait qu’elle le voulait, et lui aussi la désirait. Leurs corps se lançaient des appels mutuellement, et lui n’avait pas l’intention d’y résister s’il ne sentait pas un seul refus de la part de la jeune femme. Cependant, elle semblait l’accepter, elle aussi, et ne pas lutter contre ce phénomène. L’homme sentit ensuite les doigts de la jeune femme effleurer son visage, ce qui provoqua un petit frisson le long de son échine. Il leva sa propre main pour la poser sur celle de Valentine. Elle était toute froide, alors que lui avait toujours la peau chaude. Pourquoi les femmes étaient toujours aussi fraiches ? De son autre main, il posa discrètement son verre sur la table avant de rabattre une mèche de la jeune femme derrière son oreille. C’était le coup classique, c’est vrai, mais d’un autre coté cette mèche l’aurait gêné ensuite pour ce qu’il comptait faire. Il décida de couper court à cette lutte qu’elle livrait avec elle-même, et il s’approcha plus vivement. L’homme posa doucement ses lèvres sur celles de Valentine, goûtant aux fruits de son cocktail et se délectant de cette saveur sucrée qui émanait d’elle. Leurs souffles se mêlèrent et il n’osa se retirer avant que de longues secondes ne se soient écoulées. Lorsqu’il sentit ses lèvres se dérober à celles de la jeune femme, il céda à la tentation de les reposer, mais réussit à se contrôler pour les retirer à nouveau. Encore très proche d’elle, il l’observa, et il se mit à caresser cette main qu’il avait prit un peu plus tôt, l’enveloppant dans ses deux mains à lui.

« Excuse moi… » murmura-t-il en baissant honteusement le regard vers le sol, « Tu n’es pas dans ton état normal… Je ne devrais pas en profiter. Si tu veux que je m’en aille, sois sincère, et je sortirais. »

Il continuait de la fixer avec grande intensité, tout en gardant sa main dans les siennes et en lui caressant le dos de ses doigts avec une infinie précaution. Il aimait ce contact privilégié avec elle et ses désirs étaient de plus en plus grands. Mais avant de se montrer plus entreprenant, il voulait être sûr de passer pour un homme bon, pour quelqu’un d’attentif, et d’attentionné surtout… Il voulait qu’elle garde une excellente image de lui, afin de continuer à la fréquenter par la suite.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Dim 5 Déc - 18:24

    Valentine sentait que l’atmosphère était de plus en plus tendue. Valentine ferma les yeux et elle put presque voir les appels que le corps de Jared envoyait au sien. Elle respira profondément. Une main vint se poser sur sa joue. La tendresse et la douceur de cette caresse prirent Valentine au dépourvu. Elle ne pensait pas que Jared n’était pas tendre, c’était juste qu’elle avait oublié ce que c’était que d’être touchée par quelqu’un qui veut votre bien. La caresse était fine et venait du cœur. Valentine voulait qu’elle dure toujours. L’homme en face d’elle semblait être dans le même déchirement qu’elle. Mais lui il céda. La caresse se transforma en étreinte, et la main de Jared amena doucement mais fermement les lèvres de Valentine aux siennes.

    Il y a des moments hors du temps, s’en était un. Les lèvres de Jared étaient douces et suaves, Valentine sentit son corps s’électrisait. Le désir prenait le pas sur sa volonté, elle ne pouvait rien faire. Pire, elle voulait continuer. Elle embrassa Jared avec toute la ferveur que la situation impliquait et elle savoura chaque seconde de ce baiser. Elle l’embrassa pendant un certain temps, puis Jared s’éloigna doucement. Valentine ne voulait pas que çà se termine, elle voulait garder ce contact rassurant et enivrant.

    Jared baissa les yeux. Valentine aurait due être prise par la honte ou par la gêne mais aucun de ces sentiments n’arrivaient à traverser la barrière de son attirance pour Jared. Il lui demanda pardon et elle n’écouta que d’une oreille. Elle n’était plus une enfant. Elle venait de se prendre conscience de son statut. Qu’est ce qui l’empêchait de succomber ce soir ? Rien… Tobias était loin, elle était grande et savait s’en sortir toute seule. Elle ne redoutait aucun mauvais traitement avec Jared, en somme, elle pouvait se laisser aller pour cette nuit.

    Elle posa un doigt sur les lèvres de Jared pour le faire taire. Elle remonta son visage et le força à la regarder. Elle arborait désormais un sourire serein. Plus de combat intérieur, une seule certitude. Elle désirait Jared… Elle s’approcha de lui, faisant glisser sa main sur son cou. Ses lèvres s’approchaient de plus en plus, elle ferma les yeux savourant d’avance le baiser à venir. Le second contact fut aussi prenant que le premier. La belle sentit son corps totalement en accord avec ses pensées ce qui lui laissait plus de marge de mouvement. Elle passa une main derrière la nuque de Jared, maintenant son visage contre le sien. Elle ne voulait pas que cela se termine.

    Quand elle recula ses lèvres pour regarder Jared. Son visage avait retrouvé calme et harmonie, on y lisait maintenant clairement son désir pour Jared sans tâche venant de sa conscience. Elle regarda l’homme qu’elle venait d’embrasser.

      V - « Reste avec moi cette nuit… Je n’ai pas envie d’être seule… »


    Bien sûr, cela peut avoir un certain sens caché. Et même si, effectivement l’invitation de Valentine était bien invitation indécente, elle n’en était pas moins vraie même au premier degré. C'est-à-dire, que pour de vrai, elle ne voulait pas être seule et elle voulait vraiment que quelqu’un reste avec elle cette nuit.

    L’étreinte l’avait considérablement rapprochée de Jared. A présent, elle était quasiment sur ses genoux. En tout cas, leurs jambes étaient emmêlées et une des mains de Jared traînait sur la taille de la jeune femme. Valentine voulait vraiment qu’il reste. Elle sentit qu’il allait dire oui. Elle sentait son désir comme si elle le vivait. Ce qui était troublant car elle me savait pas ce qui venait de lui ou d’elle. Elle avait toujours était fine observatrice mais elle n’avait jamais ressentie quelque chose d’aussi prenant. C’est comme si elle ressentait vraiment les émotions et le désir de Jared. Elle se sentait envahi par se sentiment. Cela la prenait aux trippes et elle n’avait jamais ressenti çà pour personne. Comment pouvait-elle ressentir cela ? Elle connaissait les possibilités de la magie mais là tout de même. Ce sentiment prenait de l’ampleur. Maintenant, elle ne ressentait plus seulement le désir de Jared, elle ressentait la joie, et l’amitié. Elle ne savait pas ce qui lui arrivait mais elle en était tellement heureuse. Elle n’avait jamais douté de l’amitié de Jared mais elle ne savait pas que cela pouvait inclure un respect aussi grand. Valentine n’avait plus peur. Plus peur du tout…


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Sam 12 Fév - 14:20

[HRP : Retard impardonnable, je suis déééééésolé ! En plus le post est pas très long, j'espère que ça te plaira quand même ! ]

    Il n’avait pas tenu longtemps avant de céder à la tentation. Il faut dire qu’avec une créature aussi parfaite que Valentine, c’était bien difficile de résister ! Elle était belle, douce, attentionnée, gentille et il ne pouvait pas s’empêcher de la trouver particulièrement attirante. Le premier adjectif qui lui venait à l’esprit lorsqu’il voulait décrire Valentine était Adorable. Il ressentait l’envie de le lui dire non par des mots, mais grâce à des gestes délicats qu’il essayait de rendre le plus timides et charmants possibles. Il huma le parfum qu’elle dégageait lorsque leurs deux visages se rapprochèrent. C’était une odeur fraîche et vanillée dont il avait du mal à se détacher. Il ne put s’empêcher non plus d’explorer son visage lisse et jeune du bout des doigts, ne serait-ce que pour la contempler d’encore plus près avec la ferme intention d’y goûter plus savoureusement en y posant ses lèvres. Il maîtrisait chacun de ses gestes et ne laissait surtout pas le désir prendre le dessus sur son contrôle. Jared était extrêmement méticuleux sur l’image qu’il voulait donner de lui. Il voulait qu’elle comprenne qu’il savait se tenir, mais qu’il n’était pas coincé. (Lui, coincé, ahahah.) Il se délecta lentement du baiser qu’il échangea avec cette magnifique femme. L’homme pencha légèrement la tête vers la gauche afin de laisser un meilleur confort pour sa partenaire. Il ferma également les yeux pour ne pas lui donner l’impression désagréable d’être fixée, observée. Puis il décida de profiter de ce court instant de bonheur avant de se retirer à contre cœur. Il s’excusa. Il voulait paraître pour un homme bien. Pour un homme qui n’abuse pas d’une femme ivre, un homme qui avait conscience qu’il n’avait cette chance que parce qu’elle avait bu, et qui voulait lui prouver qu’il la respecter. Cependant il mourrait d’envie de retourner goûter à la saveur sucrée qu’il venait de laisser. En attendant, il la dévora du regard.

    Il sentit qu’elle lui faisait confiance, et retint un sourire chaleureux. Lorsqu’il se lançait le défi de séduire de la manière la plus respectueuse qui soit, il se sentait tellement humain… Contrairement à d’habitude. Cette part de lui-même contrastait tellement avec celle qui animait ses mauvaises pulsions qu’il se demandait souvent s’il n’y avait pas un autre homme en lui. Elle le désirait autant qu’il la désirait. Il n’eut pas le temps de terminer ses basses excuses car un doigt sur ses lèvres l’empêcha d’aller plus loin. Il frissonna lorsqu’un contact rapproché vint éveiller la chair de poule sur la nuque. Il accueillit de nouveau les lèvres de la jeune femme, cette fois bien certain de pouvoir continuer et aller plus loin. Il ne voulait pas la frustrer, quand même. Il laissa ses mains vagabonder dans le dos de la miss, l’une la prenant par la taille tandis que l’autre se posait en haut de son dos. Cette fois, ce fut elle qui se retira pour lui demander de rester avec elle. Jared n’avait pas l’intention de s’en aller de toute manière. Et il ne put s’empêcher d’être heureux qu’elle lui demande une chose pareille.

    « Je ne te laisserais pas, promis princesse. » murmura-t-il comme un enfant en la regardant avec beaucoup d’intensité. De toute manière, c’était trop tard. La température entre eux avait atteint un tel degré qu’il lui était quasiment impossible de faire marche arrière. Il avait beau savoir se tenir, il n’en restait pas moins qu’un homme terriblement attiré par une splendide femme. La main toujours sur la taille de Valentine, il l’abaissa très légèrement et amena l’autre du côté opposé. Il en profita pour soulever la jeune femme pour la rapprocher davantage et la poser entièrement sur ses genoux. Tandis qu’il gardait ses doigts sur sa taille, il amena le deuxième bras dans le dos de Valentine et se mit à lui caresser la colonne vertébrale de haut en bas puis de bas en haut. Il se cala contre le dossier du fauteuil puis amena le corps de la créature sur lui pour pouvoir l’embrasser à nouveau, tout en continuant de la caresser.

    Lorsqu’il accueilli les douces lèvres de la demoiselle, il ferma les yeux encore une fois, voulant se concentrer sur ce baiser et prendre son temps pour ne pas la presser ni la froisser. Alors il pencha encore la tête vers la gauche pour appuyer un peu plus de fougue dans ce baiser, mêlant son souffle à celui de sa princesse. Puis, furtivement, il réveilla la petite torpeur dans ce baiser, qui sortit entre ses lèvres sous sa silhouette rosée dans l’espoir d’aller toquer à la porte de la jeune femme pour s’y introduire. Ce visiteur espérait pénétrer dans cet antre interdit, ce jardin fruité de plaisirs dangereux afin d’y rencontrer son habitant. Il força un peu le barrage des lèvres de sa compagne pour espérer rendre ce baiser aussi passionné que lui l’était. La main sur la taille de Valentine ne bougeait absolument pas, ayant pour fonction surtout de réagir et de la tenir pour ne pas qu’elle tombe. L’autre en revanche ne se privait pas de lui caresser le dos dans l’espoir de la faire frémir. Il sentait le désir de la jeune femme se mêler au sien comme deux explosions de volcans qui semblent se réveiller en douceur alors qu’en fait, cela fait des années qu’ils attendent le moment de l’éveil.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Dim 13 Mar - 11:37

Spoiler:
 

    « Je ne te laisserais pas, promis princesse. »
    Bien sûr, arrivés là, il était difficile d’imaginer une autre issue pour eux deux. Pourtant, Valentine se sentait rassurée de le savoir à ses côtés pour cette nuit. Quand elle se retrouvait seule dans le noir, elle ne parvenait pas à trouver le sommeil avant de longues heures. Jared serait là pour briser cette solitude cette nuit et Valentine en était très heureuse. Qui plus est, elle avait terriblement envie de cet homme magnifique. Tout ceci l’électrisait, être l’objet du désir d’un homme pareil ne pouvait que mettre une femme dans un état second. Beau, respectueux, tendre, doué, c’est le genre d’homme qui donne l’impression aux filles d’avoir de la chance. Valentine ne savait pas bien si s’était vraiment de la chance, en tout cas, elle avait l’impression de vivre un moment privilégié que peu d’autres femmes avaient gouté avant elle. Valentine sentait ses mains sur elle, sur sa taille. Bientôt, elle fut assise sur ses genoux. Ses bras la tenaient fermement. Cette sensation de ne pas pouvoir s’en aller mais aussi de pouvoir se laisser aller en toute confiance rendait Valentine beaucoup plus sereine.

    Jared s’adossa au canapé et attira Valentine vers lui. La belle se laissa faire, leurs corps se rapprochaient et, cette chute vers lui, ramena Valentine dans ses rêves. Quand leurs lèvres se rencontrèrent à nouveau, le contact était toujours aussi brulant. Valentine embrassa son ancien videur avec toute la fougue qu’elle contenait en elle. Le goût suave de cet homme transportait Valentine dans un autre monde. Le temps pouvait s’arrêter, la Terre se mettre à tourner dans l’autre sens, rien ne décollerait Valentine de Jared. Le désir, seul, guidait ses actes. Les mains de Jared passaient dans son dos et sur ses hanches. Les caresses douces et fermes semblaient ramener sa peau à la vie. Sous sa robe, Valentine sentit sa peau répondre à ses gestes.

    Quand Valentine sentit la langue de Jared sur ses lèvres, elle ne put qu’accéder à sa requête. Le baiser devenait de plus en passionnée au fur et à mesure que les secondes passaient. Valentine avait l’impression de tutoyer l’interdit. Cet homme était son ancien employé, beau comme un dieu et si tendre et il était à elle ce soir. Demain, probablement qu’il retournerait dans les bras d’une autre, mais pour cette nuit, il était à Valentine et Valentine se donnait à lui. Elle pressa son buste contre le torse de Jared, elle pouvait désormais sentir les battements du cœur de Jared qui battait moins vite que le sien. Comment faisait-il pour garder ce calme typique à son personnage ? En effet, Valentine n’était pas une habituée de ces élans de passion et de plaisir. Son petit cœur, n’était pas entraîner à encaisser tant de désir. Le baiser était maintenant beaucoup plus intense. Valentine avait laissé Jared entrait entre ses lèvres et elle sentait sa langue manier la sienne avec dextérité. Cet homme en savait plus long qu’elle sur les plaisirs de la chair, c’était incontestable. Jared est de ces hommes qui vous transportent pendant une seule nuit mais cette nuit reste inoubliable.

    Elle passa une main dans ses cheveux, pour maintenir son visage contre le sien. Le souffle de son Prince, était chaud contre la peau de son visage. Combien de femmes avaient un jour rêvé d’être à sa place à cet instant précis ? Valentine ne chercha pas la réponse ni même à savoir combien avaient réussi car Jared n’était pas du genre à repousser une jolie femme. L’air brûlant qui émanait de son partenaire lui faisait tourner la tête. La belle passa une main dans le coup de Jared, gardant l’autre dans ses cheveux. Son odorat de chat captait maintenant plus que jamais les effluves de Jared. L’odeur de sa peau, l’excitation, le désir, et son parfum.

    Les vapeurs de l’alcool semblaient se dissiper dans les veines de Valentine, remplaçaient immédiatement pas le désir foudroyant qu’elle avait pour cet homme. La jolie barmaid continuant d’embrasser Jared avec intensité, passa sa main sur son torse. Elle y trouva son corps musclé et tendu par l’exercice. Ce corps même qui répondait au sien en ce moment même. Le tissu fluide de sa chemise laissait profiter des courbes de ses muscles et des mouvements de sa respiration. Valentine laissa sa main sur ce torse que, malgré tout le temps depuis lequel ils se connaissaient, elle n’avait jamais touché. S’il est facile pour certains de se laisser aller dans les bras d’un inconnu, pour Valentine, il n’en est pas ainsi. Bien au contraire, elle doit se sentir en sécurité et avoir l’impression de n’avoir rien à craindre. Peu d’hommes lui avaient procuré cette sensation, Tobias en première ligne. Les idylles d’un soir ne sont donc pas monnaie courante chez elle, pourtant, Jared était en train de lui montrer qu’elle en était capable…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Mer 15 Juin - 13:42

    Une fin de soirée passée en compagnie de la créature la plus sublime et adorable qui soit. Que rêver de mieux ? Jared en aurait presque culpabilisé de chercher à profiter de cette magnifique entité, si le désir qui coulait en lui pour elle n’était pas de plus en plus intense au fur et à mesure du temps qu’ils passaient ensemble. Il la portait sur ses genoux, et toute cette série d’évènements s’était faite dans une ambiance la plus naturelle possible. Deux corps qui s’attirent et se rapprochent, sans qu’aucun d’eux n’ait de compte à rendre à qui que ce soit. En ce temps, ils étaient libres comme l’air. Leur cœur comme leurs lèvres n’étaient réservés à personne. Il n’y avait ni Tobias, ni Mike pour retenir ce baiser passionné qu’ils s’échangèrent. Même si Jared avait de l’expérience, même si les conquêtes reprendront après cette soirée, il sentait déjà que ce moment lui restera à jamais inoubliable. Que la sirène qu’il tenait dans ses bras était tellement différente des femmes qu’il avait côtoyé jusqu’à présent. Qu’elle leur était tellement supérieure… La fougue de cet ange tombé du ciel dans ses ailes dorées rappela à Jared un délice interdit qu’il avait cherché durant bien trop longtemps maintenant. Il tenait dans sa main gauche quelques mèches de cette chevelure d’ébène dont la soie caressait affectueusement ses doigts. Cette douceur se mêlait à un parfum de fruits et de fraîcheur qui ne faisait que renforcer l’exceptionnalité de ce moment.

    La passion le brûlait de l’intérieur, rentrant en lui par tous les pores de sa peau et prenant possession de son être. Et ce baiser qui n’en finissait pas, parce que deux âmes avides de saveurs le prolongeaient indéfiniment selon leur bon plaisir. Il avait la chance de pouvoir serrer de ses faibles bras la puissance royale d’une princesse mystique. En explorant la cavité buccale de sa compagne, il embrassait le royaume des rêves et des idylles, jouant avec les châtiments divins comme s’il était à craindre que le tout puissant le punisse d’avoir posé son regard sur la femme parfaite. Il n’était pas assez fou et bien trop égoïste pour se crever les yeux devant tant de beauté. Il n’avait même pas encore cherché à aller plus loin qu’il savait qu’après cela, toutes les autres dames risquaient de lui paraître plus que fades. Que personne n’égalera le charme immense qui se dégageait de cette demoiselle, et qui provoquait chez le maléfique l’éveil d’un million de particules frémissantes qui se répercutaient par de la chair de poule au niveau de ses avant-bras. Il ressentait la caresse exquise de la main de cette féline sur le dos de sa nuque, faisant parcourir chez lui des frissons qui électrisaient peu fièrement son échine dorsale. Il devenait chaud comme si la fièvre le prenait, mais l’adrénaline en chassait tous les mauvais effets.

    Il était heureux de partager ce désir grandissant, alors qu’il ressentait à la fois celui de la jeune femme mais aussi le sien. Cependant, il était bien incapable de les distinguer l’un de l’autre tant ils semblaient se mélanger pour mieux fusionner. Il ne pouvait plus se décrocher de la saveur alcoolisée à laquelle il avait droit. Si belle, si douce et si gentille, se disait-il auparavant. Il faisait maintenant la connaissance d’une quantité phénoménale d’adjectifs mélioratifs qu’il aurait eu envie de lui dire. Mais ce baiser valait bien toutes les paroles, et il ne tenait pas à y mettre fin. Il la sentit explorer son torse à travers sa chemise et, par fierté masculine probablement, il contracta tous ses muscles pour n’offrir que dureté sous le passage de cette main de fée. Il faisait preuve d’énormément de retenue, bien que la passion qui l’animait n’avait pas la sauvagerie de sauter sur sa compagne. Il voulait la découvrir lui aussi, mais de manière extrêmement lente. Il voulait prendre le temps de savourer du regard ou bien des lèvres chaque partie de l’intimité de la créature auquel il aurait droit. Ses deux mains parcoururent lentement le corps svelte de la jolie princesse pour se poser sur sa taille. Il les fit passer alors dans le dos de sa partenaire afin de rencontrer les nœuds de sa robe, qui n’allaient pas faire long feu.

    Ce fut comme un léger obstacle à leur avancée, sans que cela ne soit bien dérangeant. Comme s’arrêter quelques secondes le temps de reprendre une bouffée de cet air pur afin de reprendre de plus belle et plus en forme que jamais. Aucune brutalité ne dirigeait ses doigts lorsqu’ils défirent la fermeture ou les nœuds de cette robe qui ravissait pourtant l’être divin à l’intérieur. Une fois qu’il eut terminé, il effleura l’agrafe du soutien-gorge de la dame sans pour autant y toucher. Pas tout de suite, se disait-il. À la place il remonta jusqu’à ses épaules pour faire glisser ses bretelles dessus le long de ses bras. Jared du mettre fin au baiser, mais simplement pour profiter du spectacle du corps de la créature qui se dénudait. Il baissait la robe lentement en regardant tantôt les bras nus, la taille fine, le ventre mince, tantôt le regard de cette heureuse propriétaire pour s’assurer qu’il pouvait bien continuer. Il avait les yeux pétillants de bonheur et d’admiration, presque perdu dans sa contemplation de la perfection. Si elle ne lui disait pas non, il irait aussi loin qu’il le pourrait. Le sportif reprit le baiser et les caresses dans le dos de sa protégée. Il sentait cette fois sa peau à la fois chaude et fraîche sous ses doigts. Il pouvait la goûter, la presser, la sentir contre lui et se délecter de ce toucher merveilleux. Elle était aussi douce que ses cheveux étaient soyeux. Et tout en baisant la lèvre supérieure de son interlocutrice, il ferma les yeux comme ensorcelé. Sa main rencontra de nouveau l’agrafe sournoise qui, d’un simple geste expert, se détacha sans aucun mal apparent. Et le voilà maintenant en train de retirer les bretelles de ce sous vêtement afin que le haut de son corps soit totalement nu. Mais cette fois, il ne regardait pas. Il ne voulait pas embarrasser davantage son hôte alors qu’il la respectait plus que tout en cet instant. Il gardait les yeux fermés et ne toucha même pas à ses formes magnifiques. Pas encore, du moins. Il reprenait les caresses dans ses cheveux et dans son dos, parce qu’elle lui paraissait si formidable que ces simples gestes le comblaient.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE] Lun 20 Juin - 18:27

Valentine ne jouait pas avec les hommes. Premièrement, elle en était incapable. Mais deuxièmement, elle se faisait plus de mal que de bien, car tôt ou tard, son erreur lui explosait à la figure et elle avait milles fois plus mal que l’homme qu’elle avait séduite. Un jour, elle se rendra compte qu’elle n’était pas amoureuse de cet inconnu et elle s’en voudra. Mais Jared n’était pas un inconnu. Cet expert maniait les masques presque aussi bien que le cœur des femmes. Nul ne savait qui il était vraiment. Pour Valentine, il était un havre de paix où elle pouvait se reposer en toute confiance. Pour d’autre, il était l’enfer en personne, objet de leur phobie nocturne et crevant l’écran de leur cauchemars. Comment peut-on feindre d’être à la fois l’Horreur et la Tendresse incarnée ? Comment peut-on être l’homme idéal et le pire fumier que la Terre ai porté ? Les multiples personnalités de Jared donneraient la migraine à un cachet d’aspirine. Lui seul tiens les ficelles de ce théâtre de marionnettes, où les ficelles elles-mêmes se demandent à qui elles ont à faire.

Les caresses transportaient Valentine dans un état second. Sa facette féline se réveillait. Elle avait envie de séduire cet homme. Elle qui ne mettait jamais les hommes au pied du mur volontairement, elle voulait qu’il la désire comme aucune autre, elle voulait être exceptionnelle dans ses yeux. Elle savait que, la nuit passée, il retournerait séduire d’autres femmes sûrement plus belle qu’elle, mais elle voulait marquer cet homme, le tatouer de son corps pour que jamais cette nuit ne soit « une » nuit. Ses mains passaient et repassaient sur le torse de l’Apollon qui la tenait fermement. Ce corps l’appelait et elle savourait chacune des courbes des flancs de cet homme. Jared. Comment avait-elle pu résister tout ce temps ?

L’embrassant, elle sentit la main de Jared défaire les nœuds de sa robe. Sa main était douce et respectueuse, aucun empressement ne traduisait une idée peu avouable. Le désir de Jared était empli de respect et de sincérité. Valentine fondait littéralement sous les gestes experts de son partenaire. Ses mains étaient partout sur elle, dans ses cheveux, dans son dos, sur son cou, autour de sa taille. Elle se sentait retenue, désirée, voulue, protégée. Comment faisait-il pour la faire céder ? Elle qui ne s’offrait que si rarement. Jared était exceptionnel. Il était son Prince. Le moment de retirer pour de bon sa robe était arrivé. Qu’importe que Valentine ait des courbes plaisantes, elle a toujours de l’appréhension au moment de se montrer dénudée. La pudeur féminine traduisant sa sensibilité et sa fragilité. La façade est forte mais le cœur est tendre. Elle fait glisser la soie sur sa peau et retarde le moment de regarder les yeux de Jared. Avec les beautés qu’il a dû voir, il va sûrement la trouver fade… Valentine finit par accepter de croiser le regard de son partenaire. Elle sait que les hommes ne sont pas insensibles à ses charmes, mais Jared n’est pas qu’un homme. D’ailleurs, il est tellement plus quand elle s’aperçoit qu’il ne la regarde pas mais la contemple. Son cœur s’envole, elle lui plait toujours et son regard est doux sur sa peau. Elle pourrait rester là des heures sous ses yeux admiratifs. Elle avait presque les larmes aux yeux d’une telle réaction. Elle, Valentine, faible et si insignifiante pour tant de gens, elle était exceptionnelle dans ses yeux, pire, elle se sentait parfaite. Elle passa une main sur la joue de Jared, son regard lui disait tout ce qu’elle n’arrivait pas à dire. Voilà plusieurs mois que l’impression d’être une moins que rien l’avait prise et là, ce soir, contre lui, elle renaissait et elle redevenait quelqu’un. Elle déposa un baiser tendre et langoureux sur ses lèvres. Ses yeux étaient humides mais elle ne pleurait pas, le bonheur, la joie et le désir faisait plutôt ménage dans son petit cœur. La belle s’attarda sur les lèvres de celui qui lui redonnait vie. Ce baiser en disait si long. Bien plus qu’une étreinte, c’était une déclaration. Jared passa ses bras autour de son corps et elle revint se coller contre son torse. Quand les caresses atteignirent l’agrafe de son soutien-gorge, elle supplia intérieurement Jared de la défaire et comme si elle l’avait dit tout haut, son Prince fit jouer l’attache d’une main un peu trop experte à son goût. Elle posa son visage dans son cou. Savourant son parfum suave et l’odeur de sa peau. Dans quelques instants, il assisterait à un spectacle que peu peuvent se vanter d’avoir vu. Pourtant, toutes ses craintes s’étaient envolées. Elle n’avait plus peur du regard de son Prince, pire, elle voulait encore qu’il la contemple comme si elle était une apparition divine. Un sourire passa sur ses lèvres tandis qu’elle se relevait faisant glisser avec grâce le long de ses bras la dernière pièce de tissue qui couvrait son buste. Elle le laissa tomber au sol. Elle était décidée à jouer de son pouvoir de séduction sur l’homme qui la transportait. Les mains de Jared étaient sur sa taille. Il avait les yeux fermés et pourtant, elle se sentait toute autant belle. Les gestes de Jared sur sa peau la sculptaient tandis qu’elle défaisait doucement les boutons de la chemise de la créature de rêve sur laquelle elle était assise à califourchon. Quand elle eu finit, elle attarda son regard sur le torse de son amant. Si l’homme parfait existait, il avait sûrement le corps de Jared. Ne résistant pas très longtemps, elle passa la main sur ces muscles tendus savourant chaque détail qui passaient sous ses doigts. Au bout de quelques secondes, elle remonta ses mains vers les épaules de son partenaire, faisant glisser doucement le tissu fluide de sa chemise le long de son dos. Les voila à égalité. Elle voulait sentir sa peau contre elle. Toute sa peau contre elle. Elle voulait que ses bras nus la serre contre son torse. Elle se pencha vers lui déposant des baisers le long de son cou et sur son épaule. Ses mains effleuraient toujours son torse avec une tendresse qui lui était propre. Elle désirait cet homme plus que jamais. Elle passa une de ses mains dans la chevelure soyeuse et chaude de Jared.

Finalement, elle revint délicatement embrasser ses lèvres. Son torse était pressé contre le sien, elle sentait les battements de son cœur. Le sien en voyait de toutes les couleurs. Celui de Jared s’était un peu accéléré mais rien de comparable à celui de Val’. La nuit s’annonçait belle et longue. Elle se laissait guider dans ses jeux interdits, sans crainte, ayant une confiance aveugle en l’homme qui l’accompagnait, elle s’offrait sans limites. S’il avait voulu, dans ces conditions, Jared aurait pu lui lui faire prêter allégeance pour le mal et elle n’aurait demandé que cela pour qu’il ne lui retire pas cette nuit. Mais le savait-il ? Le voulait-il ?
Revenir en haut Aller en bas


Here you come
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE]

Revenir en haut Aller en bas

Tes yeux sont les étoiles de ma voie lactée [VALENTINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed, the ultimate Battle. ::  :: 
Archives : 1re saison
 :: Le centre ville :: Les habitations :: Le duplex de Valentine Montgomery
-