AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[EVENT ST VAL] Une soirée de folie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Anonymous

Here you come
Invité
Invité


[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitimeVen 18 Fév - 1:10

♣ Une soirée de folie ! ♣


Mike Calahan & Otthran Eos


    Le Grand Démon Supérieur… a été ensorcelé ! Et puis bien, en plus. Lui qui ne se fait habituellement pas avoir à ce genre de stupidité, voilà une heure qu’il attend en costard cravate son rendez-vous sur la plage, avec même une rose rouge dans la poche du veston ! Parfum, bien coiffé, il a sorti en grand jeu notre Otthran et regarde la mer d’une manière terriblement romantique. Il est « sous le charme », déjà amoureux de son partenaire alors qu’il ignore de qui il s’agit. Mike en revanche n’est pas encore tout à fait envoûté. Il meurt d’envie de se rendre au rendez-vous, mais garde une petite partie de lucidité… Partie qui ne restera pas bien longtemps, probablement.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Here you come
Invité
Invité


[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: Re: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitimeMar 22 Fév - 4:05

L’un des débats annuels des plus importants, celui traitant de la Saint Valentin. C’est dingue la spéculation qu’il y a autour de cette fête. Cette dernière dite commerciale par certains, romantique pour d’autres. C’est vraiment le débat humain à ne pas manquer. Ils sont d’une telle niaiserie, c’est affligeant. Il est sûr que ces humains ont moins de recul par rapport à nous, sorciers et autres partisans du monde magique. Ils ne savent pas qu’en réalité des créatures se chargent de réunir deux âmes sœurs, et toutes ces autres niaiseries.

Néanmoins, les filles sorcières sont beaucoup plus similaires aux humains pour ce genre de festivités. Ces sœurs ne cessaient de geindre. Une s’apitoyait sur son sort, l’autre la consolait mais n’attendait qu’une chose, que son copain arrive, une autre allait s’amuser à aguicher tous les hommes qu’elle trouvera dans un bar. Et l’autre sœur a définitivement déserté le manoir. En plus d’avoir droit à des relations familiales exemplaires, il savait que ses sœurs partaient en vrille sur tous les plans. Mais que voulez-vous que Mike fasse ? Ce n’est pas le rôle du frère, et certainement pas du petit frère, d’aller sauver toute la fratrie. Au contraire, c’est bien le rôle du père. Ce dernier était entrain de quitter le manoir avec Helena d’ailleurs. A voir leurs vêtements les deux allaient sûrement passer la soirée au restaurant le plus chic de la ville, c’était d’un banal romantisme. Mike roula des yeux.

« Bonne soirée Helena. », lança t-il à la va-vite, sans la regarder pour ne pas prendre le risque de croiser son père du regard, qu’il avait réussi à éviter depuis maintenant 5 jours.

Toujours aussi puéril et horriblement frustrant. Mais bon, toujours aussi divertissant. Puis la porte claqua encore, lorsqu’une de ses sœurs quitta le manoir. Il ne préféra même pas la regarder, ayant bien trop peur de frôler l’infarctus à la vue de sa tenue sûrement très oléolé. Et voilà les deux autres qui ne tardèrent pas à sortir afin de se changer les idées et de passer une soirée comme les autres.

« Bonne soirée les filles. », cette remarque avait un flop. Comme toujours à vrai dire. C’était dingue à quel point ses sœurs pouvaient se foutre de lui. Ou peut-être se foutre de leurs relations entre frère et sœurs.

Jetant son magazine sur la table, Mike se leva du canapé et souffla un bon coup. Il avait le manoir pour lui tout seul. Il grimpa les marches des escaliers quatre à quatre afin de rejoindre sa chambre. Lâchant un léger bâillement, Mike avait complètement oublié ce fameux colis sur sa table de chevet. Il haussa des sourcils en se rappelant de la visite mystère de la veille. Un colis avec une lettre à l’intérieur. Lettre qui ne comportait qu’une adresse. Avouons que ça sentait le plan foireux à des kilomètres à la ronde. Il était hors de question que Mike y aille. C’était sûrement un coup de Jackson…crétin. Il n’avait pas plus suspect à proposer ?

Mike s’assit sur son lit et regarda l’intérieur du colis, une odeur enivrante sembla s’en y échapper. Avec un sourire béat, Mike regarda encore une fois la lettre, puis se leva soudainement se rendant compte de sa naïveté spontanée. Et au plus les minutes passaient, au plus, il hésitait à se rendre au point de rendez-vous. Sa curiosité le titillait, et puis si c’était un mauvais coup de Jackson, il sera fixé, et Mike aura quelques potions à lui faire tester. C’est ainsi que Mike enfila un costard et sans chercher à comprendre le pourquoi du comment, il fit attention à son allure.

Ocean Beach. Lieu de rendez-vous. Très perplexe, Mike commençait à se dire qu’il fonçait droit dans un mur. La plage…comment se faire berner au mieux ? vaste, grand, isolé, cet endroit pouvait très vite devenir dangereux. (peut-être que des jeunes amoureux seront présents allongés dans le sable en train de chercher des constellations en forme de cœur ? quand je vous dis que les gens sont niais). Une fois sur place, Mike plongea sa main dans sa veste de costard et remuait machinalement les deux fioles qui s’y trouvaient, prêt à s’en servir. Paranoïa ou côté prévoyant poussé à l’extrême, à vous de choisir. Mais qu’importe les critiques, au moins, il était rassuré et ne se faisait pas avoir par le premier demeuré. Il s’avança dans le sable d’un air blasé. Entre le sable qui pénétrait dans ses souliers et le bruit des vagues incessant et épuisant, il ne savait pas ce qu’était le pire. Le pire était sans aucun doute de croiser Otthran sur la même plage que lui. Quoiqu’un peu rassuré, il alla vers lui hâtivement.

« Otthran ? », lâcha t-il sur un ton inquisiteur. Autant il était étonné de le voir ici, autant il n’en revenait pas de le voir vêtu de cette manière. Otthran, lui, Monsieur-je-contrôle-des-cadavres-c’est-ma-plus-grande-passion en costard cravate…avec une petite rose rouge, le détail qui tue. Arquant un sourcil, Mike ne s’arrêta pourtant pas de rester perplexe, et de jeter un coup d’œil aux alentours.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Here you come
Invité
Invité


[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: Re: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitimeJeu 24 Fév - 0:50

[Si tu n'as pas envie de te farcir mon pavé, lis seulement à partir du 2e paragraphe ^^ ]




Alors qu’il prenait un bain dans une eau glaciale, il se demanda une énième fois ce qui pourrait bien lui arriver de pire que la situation actuelle. Pourtant, il n’avait rien fait de travers et il en était certain. Il y a trois jours, il reçut un étrange colis à la porte de son caveau, que l’un de ses sbires prit soin de lui apporter. Il n’avait pas le talent extraordinaire de détecter la magie foireuse, mais il lui était facile de la deviner. Un papier parfait, et surtout ce fumet ensanglanté qui s’échappait de la lettre pour enivrer ses narines. Horriblement méfiant, il ne l’avait pas touché. Il avait donné l’ordre au mort-vivant de brûler cet objet sans l’ouvrir, ce que ce dernier fit. Et même si cette précaution aurait dû le tirer d’affaire, il s’était muni d’une craie et s’était précipité dans sa chambre pour invoquer une protection, sait-on jamais. Il traça un pentacle, ce symbole démoniaque, juste en face de la statue qu’il possédait de Pluton. Le casque sur la tête, la lance brandie, il vénérait cet objet datant de la Grèce Antique. Un des seuls vestiges qu’il avait pu garder avec lui tout au long de ses voyages. Hadès était le maître du royaume des morts et aussi l’Olympien qui avait offert à Otthran sa réincarnation. Le démon lui vouait tous ses enchantements et la plupart des incantations qu’il récitait, possédaient un des nombreux surnoms du maître incontesté des enfers. Il fit couler de son sang sur l’une des branches du pentagramme inversé. Les quatre éléments étaient représentés à la pointe de ces tracés. Et la cinquième branche penchée vers le bas désignait la spiritualité. Dans cette position inversée, la pointe était tournée vers le mal, le diable, comme les croyances l’insinuaient. C’est dessus qu’Otthran fit couler de son sang, tout en improvisant une courte formule pour relier son âme au « malin ». Il quémandait la protection de forces obscures face à l’invasion causée par ce colis. Il savait bien qu’il était infecté. Il connaissait son esprit et son cerveau par cœur, et savait que lorsque ses pensées se mettaient à dériver seules sur des idées humaines, c’est que quelque chose n’allait pas. Afin de garder un parfait contrôle de son esprit, il récita quatre fois les décimales de Pi puis se remémora à une vitesse hors norme toute la branche généalogique du titan Japet jusqu’au deuxième fils du roi Priam. Lorsqu’une arabesque noire se défila sur le devant de son poignet, il comprit que l’enchantement avait fonctionné. Le nécromancien dissimula la marque du mal sous un gant, puis il sortit. L’ensorcellement du colis avait totalement disparu en lui. Cependant il décida de ne pas s’arrêter là. Il allongea un cadavre sur une table de travail puis lui ouvrit la poitrine pour essayer d’en extraire plusieurs types de fascias. Il recueillit le périoste de la colonne vertébrale, le péricarde du cœur ainsi que le périnèvre des nerfs aux bras du défunt. Il dissimula ces restes dans une fiole stérile qu’il laissa en plan le temps d’aller chercher le reste des ingrédients. Après avoir tracé un cercle sur le sol, il prit cinq des breuvages qu’il conservait dans ses armoires puis appela trois cadavres à ses côtés. Il éclata une potion au sol et disparût avec eux pour réapparaître dans le monde des leprechauns. Ils passèrent plusieurs heures à la recherche d’une licorne, mais finirent par en trouver une. Comme elles étaient difficiles à approcher, le nécromancien dut ruser et installa un piège à base de lourds pieux de bois relevés de chaque côté par une corde qui lâchera une fois que le cheval aura piétiné le mécanisme de fer au sol. Il humidifia les points à l’aide de poisons fabriqués à base d’aconit dont il possédait une grande quantité chez lui. La bête tomba dans le piège, fut transpercée par les pieux et mourut aussitôt à cause du poison paralysant. Le vampire découpa soigneusement sa corne, sa crinière, ses yeux, ses sabots, son cœur, et remplit les fioles vides de liquide rouge. Tout n’était pour lui que des ingrédients pour divers enchantements qu’il concevait dans son caveau. Il écrasa la dernière potion sur le sol après avoir tracé un cercle avec le sang de l’animal, puis réapparût au cimetière. Là, il tailla la corne et la vida pour glisser à l’intérieur les tissus d’organe qu’il avait récolté sur son mort. Il macéra l’intérieur avec un petit pilon et fit chauffer le tout au-dessus un petit feu. Après quelques minutes il enveloppa la corne dans un linceul blanc, l’enroula puis rangea dans son tiroir. Il lui faudra laisser reposer avant de passer à la suite de l’enchantement. Une fois terminé, cet alliage de protections magiques allait servir d’objet enchanté qui le protégerait des mauvaises ondes du colis, une fois qu’il aura versé à l’intérieur les cendres de ce dernier ainsi qu’un peu de son sang. Otthran ignorait quel était l’objet de cette lettre puisqu’il ne l’avait pas ouverte. S’il avait eu l’inconscience de l’ouvrir, il aurait au moins su qu’il s’agissait d’un rendez-vous, et que son enchantement ne sera pas prêt à temps. Car plus les heures coulaient, plus le pentacle disparaissait. Soit parce que le sort de la Saint Valentin s’intensifiait, soit parce que la protection tracée du nécromancien faiblissait d’elle-même.

Vint alors le jour fatidique. Otthran avait cette furieuse envie d’aller voir l’océan. Il comprenait mieux que quiconque que l’ensorcellement était revenu, malgré tous ses efforts pour le retenir. Et la corne n’était pas assez reposée, il fallait lui laisser plusieurs jours après la mort de la bête. La trace sur son poignet disparaissait dangereusement tandis qu’il songeait à la meilleure solution. Il s’était cependant rendu à l’évidence en reconnaissant la supériorité de ce qui l’atteignait. Lui qui, pourtant, ne se faisait jamais avoir à ce genre de choses. Il alternait des calculs scientifiques avec la visualisation du tableau de composants chimiques des molécules pour être certain que son cerveau restait aussi actif et performant. Il s’enferma un long moment dans un caisson d’isolation sensoriel et malgré toute la résistance qu’il offrait, il finit par céder totalement à l’ensorcellement. Il devait aller voir l’océan ! Mais jamais sans s’habiller avant. Il prit un bain glacé et, en sortant, s’arrêta devant sa garde-robe. Il y avait des habits de toutes les époques, ici, et même une armure de gladiateur. En revanche, il ne connaissait pas vraiment les vêtements modernes. Il s’empara du costume élégant le plus récent qu’il avait, datant de l’époque Elisabéthaine environ, il y a donc quatre siècles. Otthran avait été en Angleterre en tant que noble. Il pouvait se vanter d’avoir rencontré Henry VIII et d’avoir fréquenté sa cours. Heureusement pour lui, ce costume était plutôt sobre. Noir foncé sur l’ensemble, possédant quelques filaments blancs brodés sur les manches. et des gants de même couleur que le haut. Il avait retiré depuis bien longtemps les froufrous du col et des poignets afin d’essayer de s’adapter à son époque. Même sans les bagues et les bijoux qu’il portait à ce temps, il ressemblait à l’un de ces nobles de 1600. Il ne lui manquait que l’épée … Le démon supérieur mit dans sa veste et ses poches plusieurs fioles, toutes à base de ce scopolamine, l’ami des poisons. Il y avait l’aconit, certaines mandragores aussi... Il se rassurait en se disait que même ensorcelé, il pensait encore à rester prudent. Il passa devant l’imposante statue de son dieu. Le nécromancien brûla aux pieds d’Hadès le cœur de la licorne en offrande avant de s’en aller. Il sortit en laissant pour seul ordre à ses sbires de rester loin de lui et de ne plus obéir à aucun de ses ordres ce soir, des fois qu’il perdrait totalement les pédales. Il s’arrêta dans une boutique de fleurs d’un sorcier qu’il connaissait, et à qui il ouvrait son cimetière pour le protéger, en échange d’ingrédients de la part de cet herboriste. Après avoir pris une rose rouge sang chez Adam, le voilà dressé, face à la mer. Il ne se posait plus de questions, il savait que toutes ses envies de compagnie et d’attachement étaient dues à quelque chose de magique. Il avait trouvé une logique à sa grande faiblesse face à ce sort : Et si c’était parce qu’il ne connaissait pas les sentiments humains qu’il avait succombé aussi facilement ? Il n’avait jamais éprouvé cela mais en savait assez sur le sujet pour comprendre que le besoin irrésistible d’attendre quelqu’un, de partager sa vue avec quelqu’un et de soigner son apparence pour cette même personne, c’était purement humain. Chose qu’il n’était normalement pas capable de ressentir, mais que cette magie de la Saint Valentin avait immiscé en lui… temporairement, il l’espérait.

Le regard perdu dans l’écume blanche qui reflétait de pâles lueurs dans la soirée, c’est une voix familière qui freina s’un coup brusque les rouages du cerveau du démon. Ce dernier avait les mains jointes dans le dos dans sa réflexion. Il se tourna vers Mike. Il était autant surpris de découvrir cette tête ici qu’il avait l’impression que c’était lui, qu’il attendait. C’est alors qu’une série d’hypothèses basculèrent dans son esprit. Le sort avait matérialisé son rendez-vous sous la personne de Mike Calahan. Y avait-il une logique ? Était-ce volontairement que cette pseudo psychologie humaine ancrée en lui ce soir-là, le dirigeait droit sur une personne du même sexe que lui ? Quel cupidon déchu était à l’origine de ce méfait ? Un cupidon qu’Otthran se chargera d’éradiquer de ce monde, il en était certain.
« Non, Calahan. » répondit le vampire, comme s’il s’apprêtait à ajouter que ce que Mike voyait n’était qu’une illusion. Que l’homme qui lui faisait face n’était pas Otthran, qu’il ne s’agissait que d’une métamorphose. Le nécromancien s’avança et s’approcha du sorcier d’une proximité qu’il jugea lui-même comme dangereuse autant pour l’un, qui pouvait craindre une attaque, que pour l’autre qui cherchait encore des réponses à ses questions. Et nul doute que la frustration était grande lorsque, pour quelqu’un d’aussi intelligent qu’Otthran, on ne pouvait trouver de réponses sur des mystères de la psychologie. C’était bien le seul domaine dans lequel il n’était pas à la hauteur. Puis, le grec se rendit compte d’une nouvelle chose encore. Cette attirance, quelle qu’elle soit, ranimait sournoisement une soif qu’il contrôlait normalement à la perfection. Et un rapide regard sur la nuque de Mike lui confirma ses doutes. Ce n’était peut-être pas quelque chose d’humain qu’il ressentait, après tout. C’était peut-être un envoi grotesque d’une attirance charnelle qui, au lieu de le rendre « amoureux ? » l’enivrait d’une odeur de sang inexistante mais pourtant si savoureuse. Il en avait presque l’impression que la peau de cet homme se fragilisait sous le simple regard d’Otthran prête à être fendue par ses crocs pour en libérer le fluide vital qu’elle contient. Le vampire agrippa le Calahan aux épaules et le maintint fermement, le fixant droit dans les yeux. Il n’allait pas craquer, il se maîtrisait. « Je ne suis pas dans mon état normal. Si tu t’enfuis je te traquerais jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune goutte de ton sang en toi. »
Difficile à croire, mais ce n’était pourtant pas une menace. Non non, Otthran prévenait simplement Mike que si ce dernier prenait la fuite, il le rendrait fou. Le vampire se connaissait assez pour savoir que, dans cette situation, il était en train de s’imaginer un lien entre les deux hommes. Que si le sorcier s’éloignait, le démon se rapprochera alors inévitablement. Que si le démon se rapprochait de lui-même, il cèdera à ses pulsions, aussi maître soit-il de sa soif. Oui, ce soir-là, Otthran était sérieusement atteint. Et l’ensorcellement l’avait bel et bien eu…

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Here you come
Invité
Invité


[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: Re: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitimeDim 13 Mar - 12:33

Relativement atteint de la paranoïa, Mike semblait malgré tout encore sceptique. Croire en la Saint Valentin est une chose, croire en la magie de l’amour en est concrètement une autre. Et autant vous dire que ce n’est pas lors de cette soirée qu’on ferait changer d’avis le jeune Calahan. Même s’il semblait résistait davantage au sort offert par ce si charmant Cupidon, Mike ne comprenait, à vrai dire, strictement rien. En revanche, Otthran, lui s’était déjà fait une idée et avait plutôt raison sur toute la ligne. Ce qui n’aurait pas vraiment étonné Mike après tout, qui vouait malgré lui une certaine fascination à cet être si spécial. A défaut de ne pas saisir la situation actuelle, Mike rangea ses mains dans ses moches, un peu tendu d’être seul avec Otthran, mais d’un côté aussi rassuré. Paradoxal, certes, mais tellement normal. Se retrouver seul en compagnie d’Otthran n’avait en rien quelque chose de charmant ou de plaisant, mais d’un côté en cas de danger imminent, Otthran serait toujours là pour agir. Enfin, il l’espérait après tout. Connaître les intentions d’Otthran ce n’était pas si facile que ça…et puis peut-être valait-il mieux ne pas trop s’aventurer sur ce chemin là. Quoiqu’il en soit, il espérait vivement que le pacte réalisé avec Jared était toujours d’actualité – même si Mike s’était montré particulièrement réticent à cette idée, il faut avouer que c’était très rassurant. Merci Jared.

« Non, Calahan. »

Et bien, si Otthran voulait lui glacer le sang, bien joué. Avait-il toujours besoin d’être si froid dans ces propos ? d’être si incompréhensible ? Mike ne se retint pas d’arquer un sourcil, de lui montrer de manière claire que cela n’avait aucun sens.

Un peu perdu dans ses pensées, il se trouvait enfin de compte culotté de penser cela de la part d’Otthran. Mike avait encore ses preuves à faire quant aux analyses de situation. En plus de se sous-estimer, il essayait par-dessus tout de ne pas paraître déstabilisé à chaque parole d’Otthran. Ce qui s’avérait être un véritable défi insurmontable. Deux mots. Seuls deux mots prononcés par ce dernier venaient de lui faire comprendre que quelque chose d’anormal les avait réunis. D’un côté, il n’avait plus à penser à Jackson et à toutes ces idioties de plans foireux. D’un autre côté, c’était encore plus inquiétant d’avoir la sensation d’être pris au piège avec un être comme Otthran.

L’approche de ce dernier mit fin à toutes ses pensées, bien trop inquiété à fixer Otthran dans les yeux, remarquant que ses paupières se refermaient beaucoup plus rapidement qu’à la normale. Mike avala difficilement de sa salive et se tût. Le Calahan n’était en aucun cas rassuré par cette position, cette distance tellement dangereuse et pourtant si intrigante…Mike ne se recula pas, se disant qu’il avait plutôt peur d’une réaction assez brutale de la part d’Otthran, mais il voulait réellement rester planté face à cet être qu’il n’avait jamais réussi à décrire. Curiosité, mystère, intrigue…en général, Mike n’avait pas de problème face à ce genre de choses. Très peu curieux à la base, il n’en aurait eu que faire de cette histoire de rendez-vous qui aurait très bien pu s’avérer être une embuscade. Enfin…qu’est-ce qui lui disait que ce n’en était pas une ?

« Je ne suis pas dans mon état normal. Si tu t’enfuis je te traquerais jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune goutte de ton sang en toi. »

Difficilement, il ravala sa salive encore une fois, son inquiétude atteignant son apogée. Les mains d’Otthran posées fermement sur ses épaules le retenaient. De toute manière, Mike était bien trop immobilisé par l’angoisse de son interlocuteur. Il ne savait vraiment pas comment il pouvait réagir, ses attaques, ses pensées…c’était bien trop dangereux de prendre des risques, surtout que s’il avait voulu tuer le jeune Calahan, il l’aurait déjà fait.

Otthran avait le talent de vous glacer le sang en un temps record, par le biais de quelques paroles des plus inquiétantes qu’il soit. Restant stoïque, le Calahan ne savait pas à quoi s’en tenir. Il est sûr que le vampire n’est pas dans son état normal, sans doute un peu comme Mike. Par un réflexe idiot, Mike recula d’un pas, légèrement, puis se stoppa de manière nette. Il n’avait réellement pas envie de froisser la personne en face de lui. En temps normal, il était déjà mal à l’aise face à lui, alors ce soir…

Contre toute attente, Mike s’approcha d’Otthran, légèrement plus qu’auparavant. Il ne savait pas dans quoi il s’aventurait, ce qui serait susceptible de lui arriver, et pour une fois, rien qu’une fois, sa paranoïa paraissait ne pas être invitée au rendez-vous.

« Toujours aussi délicat, et même avec une pointe de romantisme. », lança t-il d’une manière toujours peu rassurée, et peu audible. Ce n’était pas en partie Otthran, mais sa prestance, ses traits de visages, l’angoisse qu’il parvenait à provoquer chez les autres, tout y était. « Et pourquoi diable je chercherai à m’enfuir ? », une pointe de séduction à la Calahan.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Here you come
Invité
Invité


[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: Re: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitimeJeu 27 Oct - 20:42

Un élément imprévu assurait une sécurité ou bien une sorte de limite à l’ensorcellement dont le nécromancien se sentait victime : le contrat. Le pacte passé avec un esprit fougueux au puissant pouvoir, désireux de protéger l’ami qui se tenait en face du vampire. En échange des nombreux services / esclavages de Jared à l’égard d’Otthran – et Dieu sait que le sorcier était perdant dans leur échange – le démon lui garantissait un abri, et une protection occasionnelle auprès de Mike. Que si Otthran voyait ou savait le jeune Calahan en danger, il interviendrait en sa faveur. Qu’il ne lui fera pas de mal, à moins que ce ne soit par défense, légitime ou non. Jared était perdant dans ce marché, mais il en était parfaitement conscient. Otthran le savait, et ne lésinait pas sur le travail qu’il lui demandait en échange. L’élève était le plus apte à bosser ainsi, et il avait jusqu’ici relevé les défis avec brio sans se plaindre sérieusement. Ils étaient sur un accord commun qui leur convenait à tous les deux. De ses yeux sombres, le nécromancien fixait d’un air perçant cet être humain dont l’odeur l’attirait anormalement. Enchantement, il n’était pas dans son état normal et se savait incapable de faire face à ce puissant sort. Alors il contournait les règles de son attitude en plaçant mentalement ce pacte comme une barrière de protection. Il ne DEVAIT faire aucun mal à Calahan ! Qu’importe ce qu’il se passait, il restera dans ses principes. Et respecter un contrat qu’il a lui-même créé était de ces promesses auxquelles il ne faillait jamais. Il se fichait éperdument de l’opinion de Jared, il était simplement conscient que ses capacités lui permettaient de se contrôler un minimum pour ça. En quelques micro-secondes seulement, il mit au point dans sa tête une multitude de réactions possibles de la part du jeune homme afin de toutes les anticiper. Effroi, impassibilité, provocation… Mais en vue du caractère qu’il avait pu observer chez Mike – et Otthran était un très bon observateur – il misait sur une sorte de crainte très bien dissimulée derrière un rideau de méfiance. Mike ne fuira pas, il cherchera à en savoir plus, il aura la meilleure conduite pour ne pas titiller les sens affectés par le virus d’Otthran. Il ne provoquera aucune brusquerie émotionnelle ou physique, le démon en était persuadé. Dans le doute, il restait infiniment concentré sur son propre mental pour ne pas faire quelque chose de regrettable. Dans son état, il devenait pour lui-même imprévisible et c’était quelque chose dont il n’avait certainement pas l’habitude. Il ne pouvait se surprendre lui-même puisqu’il se connaissait par cœur, puisqu’il calculait tout.
Il avait raison, heureusement. L’attitude du fils Calahan restait calme. Un jeu inhabituel de lutte se lançait dans les pupilles du vampire. Comme un drogué sous l’effet d’une substance douteuse, ses iris s’ouvraient et devenaient vitreuses comme s’il s’apprêtait à mordre, puis reprenaient leur forme initiales l’instant d’après. Elles répétaient cette action plusieurs fois, laissant nettement supposer l’envie monstrueuse de mordre qui pénétrait le nécromancien, qui faisait des efforts plus lourds pour ne regarder que les yeux de Mike. Ce dernier s’était bien rendu compte que quelque chose clochait chez son interlocuteur. Il était inutile de le cacher car la situation risquait d’empirer d’un moment à l’autre. Anticipant quelques effets de vagues de frissons s’il venait à toucher le jeune homme, il garda ses bras contre lui et il le prévint oralement de quelque chose dont l’autre devait probablement déjà se douter. Qu’il n’était pas dans une situation ordinaire et que la partie de sa personnalité infectée par le virus risquait de le faire très mal réagir si Mike prenait le repoussait ou le fuyait. Tout en parlant, il continuait de réfléchir à ces centaines d’hypothèses sur la manière dont il avait été touché, sur la nature du produit magique, et sur la manière dont ça allait évoluer. Il avait des idées sur plusieurs points. Il n’était pas vantard mais pour avoir réussi à l’atteindre, il fallait être drôlement balèze. Il s’inclinait devant ce piège, mais comptait bien s’en sortir quoiqu’il en coûte. Aurait-il trouvé un adversaire digne de ce nom, alors que personne n’avait réussi à lui tendre un piège jusqu’ici ? Mystérieux, passionnant, inquiétant mais c’était le genre de défi qu’il ne pouvait que relever, ne serait-ce que pour connaître l’auteur d’un tel sortilège. Qu’il trouve ce génie et qu’il lui parle, avant de le châtier…
Celui ou celle qui avait fait ça avait probablement utilisé un rituel de distance. La lettre n’y était pour rien car le nécromancien avait eu la prudence de l’analyser entièrement en la recevant, avant et après l’avoir ouvert. Elle ne contenait aucune trace de magie, elle n’avait rien à voir avec cette affaire. L’auteur était capable d’attaquer à distance mais pour toucher sa ou ses cibles, car Otthran était conscient qu’il n’était peut-être pas le seul touché, il y avait plusieurs conditions. Soit les victimes avaient été choisies par type ou par hasard. Soit l’auteur possédait un bien matériel ou immatériel appartenant, ayant appartenu au vampire. Et à un moment d’inattention, lors d’un repos ou autre, il avait laissé le virus s’immiscer en lui sans qu’il ne s’en rende compte. Il savait que ce piège ne fonctionnerait qu’une seule fois. Que son esprit connaissait maintenant cette présence et qu’il ne le laissera dorénavant plus passer, s’il réussissait à se tirer d’affaires. Sans avoir encore eu de solution miracle pour se libérer de l’emprise d’un phénomène qui le dépassait pour le moment, il prévoyait la manière dont il allait réagir. Même s’il devenait pour lui quelqu’un d’imprévisible, il calculait encore en fonction de son caractère ses quelques réactions possibles. Agressivité, due à une sorte d’agacement ou de manque, pouvait être de mise. Il ne devait pas céder à ses pulsions mais craignait de le faire à un moment. À dire vrai, il se demandait si le parasite magique en lui altérait son contrôle sur ses pulsions en plus de sa vision sur Mike, ou bien s’il avait également modifié ses désirs. Si ses désirs étaient amenés au statut d’un amour humain, il risquait de se tourner vers une chose qu’il n’avait jusqu’alors pratiqué que pour des raisons sociales : la passion du sexe. Mais si le sort n’avait atteint que ses désirs, ne faisant que les augmenter considérablement à l’égard du jeune Calahan, les pulsions « sexuelles » du nécromancien concernaient malheureusement l’extase de la morsure due à son rang de vampire. Ce n’était pas comme si Mike était sans défense. Et dans ses calculs, Otthran comptait sur le Calahan pour le repousser. Oui, peut-être pourront-t-ils s’en sortir indemnes tous les deux.
Il avait agrippé les épaules du garçon au passage. Un contact avait été établi mais Otthran ne ressenti nul besoin de le prolonger. Après sa menace, qui devait plutôt être prise pour un avertissement, il le relâcha et le regarda reculer d’un pas.

« Parce que tu n’es pas un idiot. »

Séduction, taquinerie et provocations passaient outre notre démon. Il les comprenait, mais il y répondait comme s’il s’agissait d’une chose absolument sérieuse. Et si la réponse n’était pas nécessiteuse, il ignorait sans remord. Il voulait faire comprendre au Calahan qu’il ne le prenait certainement pas pour un idiot. Qu’il l’estimait pour ce qu’il était, d’où la réaction de le prévenir de son état anormal parce qu’il savait Mike assez intelligent pour ne pas causer leur perte à tous les deux. Il réagissait avec malice là où n’importe quel crétin aurait bougé, crié, insulté, ou toute réaction pénible qui aurait conduit à de très mauvaises conséquences. Le vampire en était conscient mais plutôt que de faire preuve de reconnaissance – il n’avait pas à le remercier, Mike sauvait simplement sa peau – il le prenait comme un adulte, un homme, un réel sorcier capable de se prendre en main sans qu’on lui dise ce qu’il a à faire. Capable de résoudre une situation comme celle-ci. Il était certain en tout cas d’avoir fait passer le message. Maintenant, se concentrer sur la manière de résoudre. Malheureusement, un besoin furieux évoluait en son être. Celui de toucher le Calahan. Otthran y résistait en comparant ce besoin avec celui de boire du sang. C’était une drogue mais il savait y faire face. Il savait qu’il finira par céder, mais ne pouvait lâcher prise sans se battre un peu. N’étant pas particulièrement sociable, il ne s’était jamais retrouvé dans une situation pareille. Résoudre ce soucis seul n’était peut-être pas faisable puisqu’il devenait de moins en moins objectif au fur et à mesure que les palpitations de la gorge de Mike, qu’il regardait remuer lorsque ce dernier avalait sa salive, lui donnait l’envie d’y poser ne serait-ce que ses lèvres. Ses iris s’élargissaient puis rapetissaient jusqu’à provoquer une infime douleur optique qui le fit cligner plusieurs fois des yeux.
Au vu de la crainte qu’il avait provoqué chez Mike, Otthran le voyait en observant les petites palpitations de sa gorge, accélérées sous un signe de nervosité, le vampire en déduisit que son interlocuteur n’était pas derrière tout ça, et qu’il n’était pas au courant. Mais puisque ce sort semblait irrémédiablement l’attirer vers lui et seulement lui, il en conclut également que Mike devait être l’autre victime. Il songea à un mauvais ange de cette Saint Valentin qui, pour une raison X ou Y, a puisé dans la croyance des gens en cette fête pour atteindre des individus qui n’auraient pas dû se faire prendre en temps normal. En vérité, la solution était simple. Et puisqu’il ignorait encore comment chasser cette malédiction, il ne restait plus qu’une seule chose à faire.

« Il va falloir me neutraliser, Calahan. » Tentative d’en profiter pour le détruire déconseillée. Ce n’était pas une question de confiance en Mike, mais Otthran avait des relations bien trop élevées aux enfers pour que quelqu’un prenne le risque de le détruire. Ce serait s’attirer les foudres de quelques « célébrités », dont la reine. Trop de signes trahissaient la durée temporaire de l’ensorcellement. Tout d’abord le fait que ça arrive le soir de la Saint Valentin. Puis la puissance de ce sort, qui ne peut donc pas être définitif car cela demanderait un pouvoir trop énorme pour qu’il n’ait encore jamais eu affaire à un tel individu. Il était donc intimement persuadé que l’enchantement ne durerait que le temps de la Saint Valentin. S’il se repliait quelque part, incapable d’agir, durant ce laps de temps, il s’en sortira. « La légende du poignard est véridique, si on l’enduit d’un poison quelconque. Plante mon cœur, et tu ne craindras plus rien de moi. Je vais faire le poison. » ordonna-t-il.
IL fera le poison pour qu’IL dose. Pour que le poison se dissipe au bout d’un certain temps, et qu’il puisse lui-même se libérer. Planter une lame, un tranchant, une aiguille, un pieu ou quoique ce soit dans le cœur d’un vampire ne le blessait. Mais rajoutez un poison à cette arme et le vampire sera alors paralysé. Otthran se fichait bien d’être vulnérable, il préférait cela à céder à ses pulsions. C’était en quelques sortes son châtiment, pour avoir laissé le piège se refermer sur lui. Il décrocha son regard de Mike. L’envie de toucher son dernier brûlait ses doigts pourtant gelés. Il serra la mâchoire en gardant son air impassible, presque impatient. Il savait qu’une fois paralysé, ce sera une immonde torture que de voir partir Mike Calahan, l’objet de tous ses désirs ce soir, sans pouvoir le rattraper. Il prenait le risque. Il réussit à décrocher ses yeux pour les passer sur l’horizon de la mère. Non d’une manière romantique, mais à la recherche d’ingrédients potables pour un poison. Il ressassait les caractéristiques magiques du sable, de l’eau salé, des algues, de pierres, de plantes qui pouvaient se trouver dans le coin. Il fallait jouer les Mac Gyver parce qu’il n’avait pas ce qu’il lui fallait à portée de main, comme c’était le cas dans son cimetière. Il avait bien une petite fiole de cécité temporaire, prise comme prévention en venant à ce rendez-vous, mais ce n’était pas d’une grande utilité.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Here you come
Invité
Invité


[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: Re: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitimeVen 6 Jan - 20:33

La tension était palpable. Il est évident de préciser, qu’en temps normal, Otthran n’inspirait rien d’agréable. Ce n’est pas que Mike en ait peur. Enfin, il n’avait pas encore d’avis fixe sur cette question. Mis à part Mike, Otthran est un être effrayant, de par ses facultés incroyables, sa race (ou plutôt multi-races, toutes aussi effrayantes les unes que les autres), et de par son charisme. Otthran impose le respect. Otthran est capable de créé un sentiment de malaise partout où il daigne passer. Ce dernier ne doit assurément pas se déplacer pour vadrouiller où bon lui semble, ses sorties peu fréquentes doivent être justifiées. Et sur ce point, cela n’avait strictement rien de rassurant. Allez savoir ce qu’il se passe dans l’esprit de ce nécromancien ? Rien ne devait être laissé au hasard. Alors oui, c’était effrayant d’être face à cet être. Surtout que ce face à face ne ressemblait en rien à ceux précédents…

Pour couronner le tout, il avait raison sur toute la ligne. Mike n’allait pas chercher à fuir, mais au contraire, il cherchera à en savoir davantage, un poil curieux. La curiosité ne faisait pourtant pas partie intégrante des défauts de Mike, mais il était face à quelqu’un qui l’intriguait beaucoup trop pour ne pas en éprouver. Il fallait bien qu’il se renseigne sur cet être qu’il serait presque susceptible de considérer comme un modèle.

Toutefois, Otthran semblait plus anormal que d’habitude. Jamais Mike n’aurait pu croire cela possible. Il semblait tellement tiraillé, par…on ne sait quoi. Les deux hommes semblaient partager un sentiment de malaise, cependant, différemment ressenti pour l’un comme pour l’autre. Ses pupilles valsaient de manière inquiétante. Il ne faut pas se leurrer, Mike avait osé envisager de quitter cet endroit dès cet instant. Mais quelque chose le retenait. Il préféra mettre cela sur le dos de la curiosité justement. La curiosité de Mike se battait en duel hargneux face à son angoisse qui ne cessait de croître. Les pupilles du vampire ne cessaient d’être en mouvement, et son regard ne décrochait pas celui du Calahan. Face à un autre vampire, il aurait bien évidemment comprit qu’il était gravement en danger s’il continuait à rester stoïque.

« Parce que tu n’es pas un idiot. »

Mike pensait qu’il serait peut-être temps de cesser de faire le malin. Même si Jared s’en sortait très souvent en utilisant cette technique idiote et puérile, Mike se disait qu’il valait mieux éviter cette fois d’être trop prétentieux et d’avoir un excès d’assurance. Cela pourrait lui coûter la vie, et il s’en voudrait péniblement de crever avant Jared, à cause de sa connerie, alors que ce dernier excelle dans ce domaine.

Pour tout vous dire, Mike aurait presque eu envie d’être un sorcier bénéfique en détresse entrain d’hurler après son être de lumière. Être de lumière qui se ferait sans aucun doute égorger par le nécromancien dès son arrivée. Et pour aller encore plus loin, il aurait presque envie d’appeler son père à l’aide. Peut-être que Mike exagérait un peu, mais cette idée commençait à germer peu à peu. Et pourtant, il est inutile de rappeler à quel point Zach aurait pu être la dernière personne à qui Mike s’adresserait en temps normal. Il ne cessait de réfléchir à une personne qui pourrait lui venir en aide à cet instant précis, mais à vrai dire il séchait. Faire venir une personne par la voix serait sans doute la pire des conneries inimaginables au monde. Appeler une personne par la magie, n’était pas loin dans le top 5 des idées des plus suicidaires du moment. Utiliser la magie pour se volatiliser frôlait la connerie monumentale également. Par conséquent, Mike allait devoir se débrouiller seul. CQFD.

Même si Mike paraissait intelligent et mature de par le faite de n’appeler personne à l’aide, disons que ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Mais il préférait tout d’abord calmer Otthran, du moins tâter le terrain, au lieu de le mettre dans une furie imminente et radicale.

Il n’aurait jamais cru avoir besoin d’aide en présence d’Otthran, qui rappelons-le est censé le protéger suite au pacte qu’il a avec Jared. C’est bien cela qu’il ne comprenait pas. Soit, si Mike devait réaliser une liste de toutes les choses qu’il ne saisissait pas en cet instant précis, il aurait le temps d’enchainer plusieurs crises cardiaques si le nécromancien maintenait encore son regard.

« Il va falloir me neutraliser, Calahan. »

Otthran devait certainement le faire marcher.

Après mûres réflexions, le sens de l’humour d’Otthran devait tendre vers zéro, alors c’était peu envisageable. Noyé dans l’incompréhension des plus totales, Mike retenait ses jambes de trembler. La peur n’était pas spécialement dans ses habitudes, mais il défiait quiconque de vivre ce qu’il vivait. Par-dessus tout, il essayait tant bien que de mal de se concentrer et de trouver une solution, si solution il y avait. Pessimiste comme il pouvait être à cet instant, il partait défaitiste, ce qui ne l’aidait en aucun cas. Mais peut-être était-il juste réaliste. Comment voulez-vous contrer Otthran en cas de problème majeur ?

« … », le Calahan buta un peu, bien trop fébrile pour assurer sa répartie habituelle. « Otthran, qu’est-ce qu’il se passe ? »

Pour être honnête, il n’avait absolument rien trouvé d’autre à lui dire. Le nécromancien semblait avoir une longueur d’avance monumentale sur le Calahan qui n’imaginait pas qu’un ensorcellement agissait sur lui. Pour se justifier, Otthran a juste quelques millénaires d’avance par rapport à Mike, et a des facultés assez développées pour comprendre ce que personne n’est capable de comprendre. Ajoutons aussi que l’état d’Otthran occupait toute l’attention de Mike. Survivre grimpait de minute en minute dans son top des priorités du moment.

« La légende du poignard est véridique, si on l’enduit d’un poison quelconque. Plante mon cœur, et tu ne craindras plus rien de moi. Je vais faire le poison. »

Mike arqua un sourcil pour lui révéler son incompréhension des plus totales. D’une part, il ne connaissait absolument pas légende du poignard. Ce qui pouvait en d’autres termes rassurer le nécromancien, car cela signifiait que Mike, ou son entourage, n’avait jamais planifié de l’éliminer. D’autre part, maintenant, partageant un secret de la sorte avec Otthran, qu’est-ce qui lui garantissait qu’il n’allait pas se charger de Mike les jours suivants ? Supposant que personne ne croit en cette légende, le nécromancien ferait-il assez confiance en Mike pour le laisser repartir vaquer à ses occupations ?

Le Calahan s’emballait complètement. Il ne cessait d’anticiper ce qu’il allait se produire pour éviter de se focaliser sur le présent qui lui semblait bien plus sombre. Il aurait bien voulu reprendre son souffle, mais cet acte prouverait clairement que le Calahan cherchait à reprendre de ses esprits. Même si le nécromancien n’avait pas besoin de cela pour le comprendre. Ce dernier épiait les alentours, fallait-il croire qu’il cherchait quelque chose ?

« Peut-être que tu as de besoin de quelque chose, si je peux t’être utile… »

Lui avouer que l’idée de planter un poignard dans le cœur lui semblait tout bonnement irréalisable ce soir, c’est une bonne idée ?
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Here you come
Invité
Invité


[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: Re: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitimeLun 9 Jan - 8:41

Continuer de penser. Le contrat, la mission, l’interdiction. La science contre la magie, la réflexion contre l’envoûtement. Il exécutait des calculs mentaux pour s’occuper l’esprit. Malheureusement, son cerveau était bien trop développé pour butter sur un calcul. Alors il se répéta intérieurement toute l’histoire de son être, depuis la Grèce Antique jusqu’à maintenant. Son excellente mémoire lui offrait un visionnage qui en aurait passionné plus d’un. Il en avait vu des histoires toutes plus croustillantes les unes que les autres. Généralement, il se contentait de les observer et non de les vivre. Il était Orthros, le chien bicéphale aîné d’Edna et de Typhon. Tué par Héraclès en voulant garder un troupeau de bœufs sacrés, il se retrouva au royaume des morts où son souverain décida de le renvoyer sur terre sous… cette forme. Il composa une prière en l’honneur d’Hadès. Réfléchir aussi intensément ne faisait que retarder l’avancée du virus dans son esprit. Il leva une main et sortit de la poche de son costume une montre à gousset qu’il observa. D’ici quelques heures, la Saint Valentin sera terminée. Peut-être sera-t-il alors libre de l’envoûtement. Mike reprit son sérieux et Otthran l’en remercia. Comme l’a dit mon voisin du dessus, Jared était maître dans le domaine de la connerie. Mais les relations entre le nécromancien et le sorcier étaient bien différentes que celle qu’il vivait actuellement. Le garçon devait être en train de réfléchir à une possibilité de sortie. De s’évader d’ici et de s’éloigner le plus possible du vampire anormal. C’était compréhensible. Malheureusement, quatre-vingt pourcent de l’être ensorcelé d’Otthran ne désirait pas le laisser partir. Les vingt pourcent restants mettaient le doigt sur la solution la plus radicale au problème, mais aussi la plus affreuse pour lui : la neutralisation. Et le nécromancien en fit part à son interlocuteur parce qu’il n’allait quand même pas faire tout le travail seul.

« Otthran, qu’est-ce qu’il se passe ? »
« Je suis sous l’emprise d’un sortilège. » expliqua-t-il en se tournant pour déjà commencer à observer autour de lui dans le but de trouver une idée de fabrication d’un poison, « Ce n’est pas ta mort que je veux, c’est autre chose. »
Il aurait préféré que cela tombe sur quelqu’un d’autre, quelqu’un qui aurait pu mourir sans soucis de pacte magique non respecté. Tout se jouait rapidement et pourtant, le démon supérieur sentait son envie croître de secondes en secondes. Il en avait même l’impression d’entendre palpiter la jugulaire de Mike, et cela lui donnait envie. N’étant pas du genre à s’affoler, il se contenta de serrer la mâchoire lorsque ses crocs s’agrandirent à l’intérieur. Retiens-toi… Retiens-toi… Aussi bon alchimiste était-il, il n’aura finalement pas le temps de concocter de quoi le neutraliser. Il fallait trouver autre chose !
« Peut-être que tu as besoin de quelque chose, si je peux t’être utile… »
Ta gorge. Ton sang. Ta chair, ton corps ! Voilà tout ce que voulait le démon aux pensées de plus en plus embrouillées. Son cerveau était si grand métaphoriquement qu’il fallait du temps à l’ensorcellement d’envahir toutes ses capacités mentales. Il perdait le contrôle, et tout cela s’était joué en quelques minutes. Il se sentait déchoir dans un abysse de folie tout en restant parfaitement conscient. Non seulement son corps allait obéir à de bas instincts, mais son caractère n’aura plus son mot à dire. Son visage se crispa, cela faisait des millénaires que ses traits ne s’étaient pas pliés par l’émotion, car ces dernières ne changeaient d’ordinaire pas la forme de son visage. Sourires, regards mauvais, tout cela n’étaient que les fruits d’un ordre volontaire de la part d’Otthran. Là, c’est la lutte et l’embrouille qu’il ressentait qui imposa cet air. Il ne pouvait pas répondre au Calahan, il ne pouvait pas ouvrir la bouche et libérer ses crocs. Ses iris s’ouvrirent encore, pour de bon cette fois. Elles affichèrent des pupilles vides et noires de vampire. Sa peau étant déjà très pâle de nature, elle n’afficha pas une bien grande différence lorsqu’elle blêmit davantage. Il pourrait aller vider un inconnu de son sang mais savait avec tout ce qu’il avait déduit que cela ne le libérerait pas de l’envie furieuse d’obtenir Mike Calahan. Son intelligence baissait considérablement. L’ensorcellement n’ayant pas été fait pour un aussi grand cerveau, il diminuait donc ce dernier afin de le recouvrir totalement. Les calculs mentaux devinrent plus difficiles. L’histoire qu’il se répétait dans son esprit s’effaçait tout doucement, remplacée par l’image de son interlocuteur actuel qui commençait à prendre une place très inquiétante dans toutes les pensées de l’alchimiste. Et pourtant il se battait contre cette ‘chose’. Il essayait de la repousser de toutes ses forces mais il n’avait eu aucune chance depuis que le virus l’avait atteint. Ca le bouffait de l’intérieur, il ne put s’empêcher d’adresser une nouvelle prière à Pluton. Ce qui devait arriver arriva. Il saisit le Calahan au col et s’approcha si brusquement que son torse cogna contre celui du jeune homme. Il le força à reculer jusqu’à ce qu’un obstacle les empêche de continuer. Là, ses crocs brillèrent sous un lampadaire et fondirent sur le cou de Mike… sans le mordre. Contre toute attente, il ne troua pas la peau de son partenaire pour lui aspirer son sang. Il apposa ses lèvres glacées sur la peau chaude du sorcier puis resta là, immobile. Il avait besoin de comprendre. Il avait eu raison sur un point, le sortilège ne souhaitait pas la mort de Mike. Il avait cependant cru qu’en éveillant ses désirs, c’était son envie de mordre qui primait. Car embrasser le cou de ce garçon n’avait rien d’un geste de démon. Il en était d’ordinaire insensible, et le voilà maintenant qui brûlait de rage et de désir à l’idée de refroidir le corps de Mike par sa propre peau glaciale. Le virus avait altéré beaucoup plus de choses chez lui qu’il ne l’espérait. Mais il vit le bon côté des choses, il était rassuré à l’idée qu’il ne faillira pas à son contrat. Aussi brusquement qu’il l’avait agrippé, Otthran le lâcha et se dégagea en se léchant les lèvres. Il avait toujours les crocs et les pupilles dilatées, son instinct de vampire était toujours éveillé et il essayait de comprendre pourquoi. Il en déduisit que son état de vampire était déboussolé et ignorait s’il avait faim ou non. Que son corps ignorait à quoi était dû ce désir, qu’il croyait avoir envie de sang, et que c’était pour ça qu’il se transformait en vampire. Le cerveau du nécromancien ayant compris cela, son corps allait finir par le comprendre également. Maintenant qu’il avait goûté à la saveur exquise de l’épiderme Calahan, il en voulait encore. Il en voulait même plus. Le vampire se recula encore jusqu’au lampadaire.
« Appelle quelqu’un, qu’on t’emmène loin de moi. Parce que je vais pas résister encore longtemps. » lâcha-t-il d’une voix rauque. Il fixait Mike d’un étrange air. Ses yeux noirs et dilatés perçaient le visage du sorcier d’un air empli de convoitise. ‘Tu vas passer à la casserole si tu restes là’, disait son regard.
Revenir en haut Aller en bas


Here you come
Contenu sponsorisé



[EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Vide
MessageSujet: Re: [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! [EVENT ST VAL] Une soirée de folie ! Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

[EVENT ST VAL] Une soirée de folie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed, the ultimate Battle. ::  :: 
Archives : 1re saison
 :: Autour de la ville :: Ocean Beach
-