AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Allez quoi... ! [Princesse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Allez quoi... ! [Princesse] Mar 3 Jan - 8:36

Les roses ne suffiront évidemment pas à se faire pardonner. Mais il s’en procura tout de même un magnifique bouquet pour son rendez-vous importuné. Il avait soigné son apparence à l’aide d’un corps fraîchement lavé, d’un costume de soirée ainsi que du gel pour dompter les cheveux. Une petite fleur dépassait de la poche de sa veste. Il savait qu’il n’allait pas conquérir son pardon de cette manière, mais cela faisait simplement partie de l’ensemble de détails qui pouvaient augmenter ses chances de réussites, aussi basses soient-elles. Il aurait tout aussi bien pu ne jamais revenir ici et la laisser se débrouiller se seule. Mais il n’en fit rien, parce que ce n’était pas n’importe quelle femme. Même encore maintenant, il la considérait comme la plus mystique, la plus intrigante, la plus attirante et la plus passionnante des créatures. Il était incapable de sortir de sa vie, ne serait-ce que pour la fierté que d’être affiché comme étant dans son entourage. À une époque, il avait désiré son corps. Certes, il le voulait encore maintenant mais il savait se tenir, parce qu’à un moment ou à un autre il fallait arrêter les conneries, ein. Il avait des excuses à prononcer aujourd’hui. À elle, et à ce monstre sur pattes qui prenait forme dans son ventre. Et qu’avaient donc ces femmes à ne jamais vouloir avorter ? C’est la deuxième fois que Jared avait droit à ce numéro. Qu’elle est belle la madame ! Oups, qu’elle est grosse maintenant… Si les spermatozoïdes de monsieur Jones avaient décidé de jouer les puissants zigouigouis en perçant chaque préservatif qui se dressait sur leur chemin, le maître allait vraiment devoir faire attention.

Il se souvenait encore du cirque qu’il avait fait pour cette simple petite annonce quelques jours plus tôt. Il la savait enceinte. Mais de lui, ça, il ne le savait pas ! L’homme veillait sur elle et lui accordait mille et une attentions pour la simple et bonne raison qu’il ne se sentait pas responsable, qu’il n’était pas le père de l’enfant et que du coup, ça n’en rendait ses intentions que plus altruistes auprès de mademoiselle Montgoméry. Mais il fallut qu’il apprenne qu’il était le père ! Ils ne l’avaient fait qu’une seule fois… comme avec Pandore. Ha, qu’elle porte bien son nom elle ! Il était le premier à avoir « ouvert le jardin de Pandore » et voilà que deux malheurs lui sont tombés dessus. (Quand on voit ce qu’Axel deviendra plus tard, on ne peut pas vraiment le traiter d’autre chose que de malheur.) La belle princesse avait voulu lui parler et pour ce faire, elle l’avait rejoint à la plage où monsieur faisait trempette de bon matin. Elle l’avait même rejoint dans l’eau, pour dire ! Tout foufou de la voir, il ne s’imaginait pas que les quelques angoisses qu’il lui semblait percevoir chez elle, étaient en vérité une nouvelle assez alarmante sur leur avenir à tous les deux. Il n’avait pas réussi à lire en elle de quoi il s’agissait à cause de l’eau. Il n’avait pas cherché non plus, trop occupé à mettre la tête sous l’eau et à vouloir la taquiner de quelques éclaboussures. Il ne chercha pas à la taquiner longtemps. Il décrocha totalement après le « tu es son père » ou quelque chose de ce genre. D’abord il nia. Il affirma que c’était impossible. Et comprenant qu’elle ne lui faisait aucune blague, il lui cria qu’elle abusait et qu’elle aurait pu avorter. Il ajouta que cela lui aurait évité bien des ennuis. Il nagea jusqu’à la rive et sortit de l’eau en trombe et en frappa le premier homme qu’il croisa comme si tout était de sa faute. Mais il le fallait bien, il ne pouvait pas lever la main sur Valentine alors le faisait sur un inconnu. Il se bastonna même avec et lorsque la princesse lui ordonna d’arrêter, il s’arrêta. Il cria qu’il ne voulait pas d’enfant, que ce « bâtard de gosse » avait intérêt à disparaître. Et tant pis si c’était trop tard, elle devait s’en débarrasser ! Et pour éviter d’être encore plus odieux avec Valentine, il rentra dans les chiottes publiques et se téléporta chez lui.

Comprenez maintenant qu’il cherche à se rattraper maintenant. Il devait aussi prévoir un moyen de se faire rattraper auprès de Mike qui allait lui faire une scène pas possible en apprenant la nouvelle. D’ailleurs, Mike était une des raisons principales pour lesquelles Jared avait réagi comme ça. Tout commençait à s’arranger avec le Calahan, et le strip-teaseur espérait lui faire accepter les deux marmots. Et voilà qu’un nouveau venu allait débarquer de nulle part (enfin non, pas de nulle part). Le chroniqueur avait de quoi se mettre en colère et le sportif se préparait psychologiquement à l’engueulade qu’il allait y avoir. Avec du recul, beaucoup de calme et de la réflexion, Jared se rendit compte qu’il ne voyait peut-être pas les choses sous le bon angle. Au fond, c’était plus de sa faute à lui qu’à elle. C’était lui qui était allé la draguer, c’est lui qui trempait sa nouille un peu partout. Et qu’est-ce qu’il était fier le jour où il avait pu conquérir son corps. Il ne pouvait pas se résoudre à l’abandonner. Et il pouvait aussi comprendre qu’elle ne souhaite pas, elle, détruire son cher petit. À défaut de devenir son âme sœur, car ils savaient tous les deux qu’ils n’étaient pas fait l’un pour l’autre, il devait être présent et la soutenir… Après avoir bien réfléchi, il partit le lendemain chez elle. Il n’avait pas tardé pour prendre une décision et espérait qu’elle fasse preuve d’un peu d’indulgence. D’un autre côté, c’était aussi dans son intérêt à elle et à son enfant de lui pardonner.

Plutôt que d’aller frapper à sa porte comme un vulgaire visiteur, il s’envola jusqu’à sa fenêtre et se posa sur la petite terrasse dehors. Il ne l’aperçut pas à l’intérieur. Afin de ne pas l’effrayer (parce qu’il se serait déjà téléporté chez n’importe qui d’autre !), il déposa le bouquet au pied de la porte donnant sur la terrasse, frappa au carreau et s’éloigna. Il se posta sur le côté et s’assit sur le rebord, la moitié des fesses dans le vide. Elle l’apercevrait lorsqu’elle ouvrirait, normalement, et il s’était reculé pour ne pas la surprendre. Enfin, pas trop. Il entendit une clé tourner, la porte s’ouvrir, et il vit la jolie bouille quoiqu’un peu épuisée de Valentine apparaître pour découvrir les roses. Il attendit qu’elle l’aperçoive pour bouger.

« Salut… »

Il ne savait pas trop quoi dire d’autre. Elle lui en voulait atrocement et il le sentait. De plus, il n’avait jamais été doué pour parler comme ça. Avec Mike, du moins, c’était rare lorsqu’il réussissait à placer les mots qu’il fallait. Cela dit, Mike était spécial car Jared ne pouvait lire dans sa tête, et son amour pour le Calahan voilait beaucoup d’évidences à son sujet. Comme le fait que se vanter de ses exploits sexuels auprès de Mike n’était pas la meilleure façon d’obtenir quelque chose de lui, par exemple. Bref !

« Attends ! » Il se leva précipitamment du rebord et se précipita vers elle pour maintenir la porte avec sa main, des fois qu’elle chercherait à la refermer pour ne plus le voir. Il la regarda dans les yeux, hésitant à lui faire ses yeux de cocker mais elle n’avait peut-être pas envie de rire… Lui en revanche était prêt à perdre son sérieux et à tout prendre à la rigolade. Mais pas tout de suite. « Faut qu’on parle. J’ai déconné hier, je sais, mais c’est pas comme si j’étais le genre de type à vouloir m’encombrer de gosses ! Fin non, c’est pas ce que je voulais dire… » Se rendant compte qu’il s’y prenait comme un manche pour s’extirper de cette mauvaise passe, il continua. « Je m’attendais pas à ça, c’est tout… Allez laisse-moi rentrer, à défaut de pouvoir m’expliquer, j’ai pas envie de te laisser en plan. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allez quoi... ! [Princesse] Jeu 5 Jan - 15:16

Comme si un coup de rouge à lèvre suffirait à cacher le désastre. Elle appliquait pour tant le bâtonnet avec soin sur ses lèvres. Une habitude qui lui donnait l’impression que rien n’avait changée. Pourtant, son reflet dans la glace ne mentait pas lui. Il disait simplement la vérité, et renvoyait l’image d’une femme dont la lueur à ternie. Une femme qui fut une étoile, mais qui s’est nimbée de tristesse et de colère.

Depuis quelques temps, les choses allaient contre elle. Il y a encore quelques jours, elle vivait une parfaite histoire d’amour avec Tobias, ils allaient se marier et fonder une famille. Mais aujourd’hui, elle était célibataire, ne portait plus sa bague de fiançailles et son enfant n’avait plus de père. Tout cela était arrivé d’un coup, lorsqu’elle avait eu une vision sur l’enfant qu’elle portait. Elle apprit par cette vision, que Tobias n’avait jamais été le père de cet enfant, mais qu’il était de Jared. L’ironie du sort, c’est qu’elle n’avait partagé qu’une nuit avec lui… Pourtant, cela avait suffit à rendre cet acte décisif. Quand elle l’avait appris à Tobias, ce dernier avait fuit à New York, ne supportant pas ce qu’elle lui avait annoncé. Cela avait rompu leurs fiançailles et elle s’était retrouvée seule à San Francisco.

Après une longue hésitation, elle avait décidé de mettre Jared au courant. Elle l’avait retrouvé à la plage et l’avait rejoins dans les vagues pour le lui dire. N’étant en rien au courant de son don de télépathie, elle avait eu bien malgré elle, l’effet de surprise. Si elle avait eu du mal à se décider à lui dire, lui, n’avait pas contenu sa réaction une seule seconde. Il lui hurla qu’elle aurait pu avorter, ou ne rien lui dire. Ce qu’il ne voyait pas, c’est que quand elle s’en était rendu compte, il était trop tard pour avorter. Pendant plus de 3 mois, elle avait cru que l’enfant était de Tobias et l’avait gardé amoureusement, c’était seulement maintenant que la chose éclatait. Elle n’eu pas le loisir de lui exposer ce point de vue, car déjà, il repartait vers la plage à grandes enjambées et elle n’arrivait plus à le suivre. Avant qu’elle ne l’eu rejoint, il frappa violement un homme qui se promenait sur la plage. Valentine perdit son calme et lui hurla d’arrêter ! Ce qu’il fit, bien à contrecœur vu son regard. Valentine le vit partir en courant mais ne sut jamais où il était parti, elle se précipita pour aider l’homme qu’il avait frappé. Elle contint ses larmes jusqu’à l’arrivée des secours, puis rentra chez elle, seule, les yeux humides. Elle n’avait jamais demandé à Jared d’être un père aimant ou d’être là pour elle ou quoi ! Elle voulait juste le mettre au courant. Elle n’envisageait pas de lui laissait l’enfant, elle le connaissait et ne le pensait pas capable de s’occuper de sa fille (car c’était une fille). Arrivée chez elle, sa tristesse se changea en colère. Elle commença à en vouloir énormément à ces deux hommes qui l’abandonnaient pour une nuit de folie et pour son excès de sincérité. C’est deux hommes qui avaient promis d’être toujours là pour elle, lui tournait le dos à présent. Elle passa le pas de sa porte très énervée, se jurant de ne pardonner ni à l’un, ni à l’autre leur attitude puérile et méchante.
Pourtant, le soir même, seule dans le noir, sa colère et sa tristesse se mélangèrent pour former une déception immense. Finalement, elle ne leur en voulait pas de leur attitude, mais elle avait attendu tellement plus d’eux, qu’elle était terriblement déçue de voir qu’ils n’étaient finalement que de simples hommes, et pas les héros qu’elle s’était prise à aimer pour une nuit ou plus.

Le lendemain, Valentine ne quitta pas son appartement. Elle s’était levée tard, et avait rendez-vous au manoir où il était arrivé une chose étrange, Amber avait perdue la mémoire. Elle se préparait donc pour cette sortie mais l’enthousiasme qui la caractérisait avait un peu perdu de son éclat. La déception était toujours là, la colère n’était qu’un souvenir, mais l’admiration qu’elle avait eu pour eux était, elle aussi désormais, de l’ordre du souvenir. Elle venait de finir de se maquiller quand elle entendit taper au carreau de la baie vitrée. Surprise, elle sortit de la salle de bain et se dirigea vers la terrasse. En ouvrant la fenêtre, elle aperçut un bouquet de fleurs au sol et au même moment, elle aperçut quelqu’un assis sur la rambarde de son balcon. Elle leva les yeux étonnée, et son regard rencontra celui de Jared. D’ordinaire, ses yeux se seraient allumés, et son sourire aurait brillé, mais son visage resta de marbre. Un violent pincement au cœur lui étreignit la poitrine. Cette déception lui faisait si mal, bien plus que le fait qu’elle sache qu’il ne voulait pas de cet enfant. Comprenez, elle l’avait vu comme un prince, comme un idéal qui n’était, certes, pas pour elle, mais une sorte de perfection, elle s’était offerte à lui toute entière, il lui avait redonné goût à la vie à l’époque, et maintenant, il l’avait lâchement abandonnée.

Il la salua, elle ne répondit pas. Elle baissa les yeux, la surprise la gênait. Elle n’était pas de ces femmes qui ont de la répartie, et qui savent quoi faire dans ces moments-là. Elle n’était qu’une jeune femme comme les autres, incapable d’être insensible aux charmes de Jared, incapable de parler quand elle avait envie de pleurer, incapable de regarder dans les yeux celui pour qui elle n’était plus qu’une femme comme les autres, même si elle portait son enfant. Elle rassembla ses forces pour reculer et essayer de fermer la porte mais elle ne fut pas assez rapide et il retint la porte ouverte. Elle croisa à nouveau son regard, mais elle ne savait tellement pas quoi penser qu’elle préféra reculer d’un pas.

« Faut qu’on parle. J’ai déconné hier, je sais, mais c’est pas comme si j’étais le genre de type à vouloir m’encombrer de gosses ! Fin non, c’est pas ce que je voulais dire… , il marqua un pause, Je m’attendais pas à ça, c’est tout… Allez laisse-moi rentrer, à défaut de pouvoir m’expliquer, j’ai pas envie de te laisser en plan. » En réalité, il pouvait rentrer tout seul, comme elle avait reculé, il avait largement assez de place pour entrer tout seul. Elle ne le regarda pas, elle préféra poser les yeux sur ses mains qu’elle était en train de torturer. Elle n’était pas du genre à savoir s’énerver et à s’affirmer avec force. Elle ne faisait pas le poids contre son charisme, son assurance et sa puissance. Sa faiblesse lui sauta aux yeux avec force, et la mit en colère. Elle s’en voulait d’être incapable de lui hurler dessus, ou de lui demander de sortir de sa vie.

« Je peux pas avorter, je suis à plus de 3 mois… » et j’en ai aucune envie, pensa t-elle. Mais comme d’habitude, cela ne sortit pas. Pourtant, si elle n’avait pas la force d’être ferme, elle n’était pas douce, il était clair qu’elle n’accueillait pas Jared à bras ouverts, elle n’était juste pas capable de le mettre dehors.
« J’ai pas besoin de ton aide, Jared. C’est ma fille, j’ai bien compris… » et ce ne sera jamais vraiment la tienne, pensa t-elle. Mais elle ne le dit encore une fois pas. Elle avait parfaitement saisit que Jared ne voulait rien avoir à faire avec ce « batard de gosse », le souvenir de ses mots lui serra à nouveau la poitrine, et elle n’allait pas l’y obliger du tout. Qui plus est, elle n’était plus tout à fait sûre de vouloir la partager avec lui. Soudain, elle se rendit d'à quel point elle était seule, Tobias parti, Jared qui lui tournait plus ou moins le dos, Amber qui était amnésique... Elle soupira devant ce qui se présageait.

Elle releva doucement les yeux vers lui. Quand elle rencontra les siens, elle eu une seconde l’impression de revoir l’homme qu’elle avait aimé pendant une nuit. Mais soudain, la vision de la plage lui revint et elle détourna les yeux. Elle lui en voulait d’être aussi puissant et aussi plein d’assurance, car elle, elle ne pouvait pas agir comme ça. Elle se sentait encore une fois dérisoire à côté de toutes ces personnes immenses qui pavent sa vie.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allez quoi... ! [Princesse] Ven 6 Jan - 10:06

Elle était déçue, colérique, mécontente, triste… La totale quoi ! Cela dit, Jared ne se sentait pas à cent pour cent coupable. Certes il l’était. Certes il avait sérieusement déconné en allant lui faire la cours ce soir-là, en passant une nuit de plaisir à son chevet sans réussir à dompter toute cette foule de minimoys mal dressés qui étaient partis pondre dans l’œuf de Valentine. Elle ne daignait même pas lui adresser la parole, elle voulait même rester seule. Mais quoiqu’il arrive, ce n’était de toute façon pas l’intention de Jared. Le strip-teaseur en avait des regrets à la voir dans cet état, elle qu’il avait toujours connu resplendissante, et plus belle que tout le monde. Cette femme était la plus magnifique des créatures qu’il n’ait jamais rencontré. Le fait qu’elle ait été totalement abandonnée était totalement paradoxal avec sa personnalité. Elle était bien trop adorable pour ça et avait joué de malchance sur toute la partie. Cependant, le sportif ne considérait pas une seule seconde l’avoir abandonné. Il avait été méchant et distant, néanmoins il restait présent et avait assez réfléchi pour se dire qu’il ne voulait pas la laisser de côté. Elle, et le futur engin de guerre qu’il formera plus tard… Ah, c’était une fille ? Jared retint un haussement de sourcils en apprenant ça. Eh bien soit, il en fera donc une succube ! Les enfants Jones avaient intérêt à être à la hauteur de leur père, et qu’importe pour ce dernier s’ils choisissent de mener le combat du bien plutôt que celui du mal. Tant qu’ils restaient libres et forts, tant qu’ils continuaient de le rendre fier, ils pouvaient être ennemis sans que cela ne dérange le géniteur.

Elle voulait l’envoyer balader, lui hurler dessus et lui balancer ses quatre vérités. Bon, elle pouvait toujours se réjouir inconsciemment qu’il puisse lire dans ses pensées puisqu’il les recevait quand même, ses quatre vérités. Cependant il n’abandonna pas pour autant. Il faillit rétorquer qu’il le savait, qu’elle était à plus de trois mois. Forcément. Si l’enfant était de lui et qu’ils n’avait fait l’amour qu’une seule fois, il pouvait deviner l’âge du fœtus. Il la sentait plus réticente que tout à lui laisser le droit de s’expliquer. Elle ne voulait même plus lui donner une chance de se rattraper ! Il voulait lui faire comprendre qu’il ne souhaitait pas forcément délaisser la petite… C’est du moins ce qu’il se disait lui. Afin d’être sûr de ne pas se faire refermer la porte au nez, afin de prouver à cette femme qu’il n’était pas en train de plaisanter et qu’il s’expliquerait quoiqu’elle en dise, il força sur la porte pour l’ouvrir en grand malgré l’envie de Valentine. Il rentra chez elle sans lui demander son avis, pris une chaise puis se posa à l’envers dessus. Le dossier contre son ventre, ses coudes sur le dossier, et tout cela face à la jeune femme.

« Bon écoute Princesse, je vais pas y aller par quatre chemins. Si je suis venu, c’est parce que je regrette de m’être emporté hier. T’as peut-être pas très envie que je sois son père mais dans tous les cas elle va naître et moi, je serais encore là. T’as peut-être déjà l’instinct maternel, tu seras probablement une merveilleuse mère, mais t’es seule… » Il marqua un temps d’arrêt pour réfléchir. « Alors voilà, si t’as besoin je suis toujours là, moi. J’ai mal réagi mais c’était sur le coup de la surprise, c’est tout. Je suis un père médiocre, je laisse mes enfants avec des objets dangereux à leur portée, je les surveille mal, je leur gueule dessus quand ils pleurent et je les enferme quand ils sont insupportables avec leurs cris. Cela dit, personne ne leur fera jamais de mal. » Véridique. Ce père indigne avait même déjà secoué l’un de ses fils (le plus chiant) pour qu’il se taise. Il avait déjà fait tout ce qu’il vient de dire, il était complètement inconscient avec ses enfants. Et il n’apprenait pas vraiment de ses erreurs. Mais la dernière partie était vraie aussi. À savoir que le premier mal intentionné qui s’approche d’eux finira entre quatre planches six pieds sous terre. Il termina enfin en se balançant en avant sur deux pieds de sa chaise. « Je voudrais t’aider, mais je me sens incapable de gérer autant de choses en même temps. Mais… J’ai un fils dont je m’occupe régulièrement… Et je me disais que si tu acceptais, parfois, de m’aider à m’en occuper, ce serait plus simple pour moi d’être présent pour ta.. pour notre fille. »
Il avait lancé la balle dans le camp de Valentine, à elle de décider. Il était clair pour lui cependant qu’il n’allait pas se mêler de la vie de Valentine. Elle allait gérer ses relations comme elle le souhaitait, comme le faisait d’ailleurs Pandore. En revanche, si elle jetait son dévolu sur un homme, ce dernier allait devoir être plus qu’exemplaire pour que Jared accepte de le laisser être un père pour leur enfant. Et un mari pour Valentine. Il voulait également garder son rôle de protecteur. Protéger une enfant en plus de sa mère n’était pas ce qu’il y avait de plus difficile pour lui. Ce n’est pas comme si la petite allait être une future diablesse qu’il faudra sans cesse retrouver dans ses fugues ! S’il pouvait réunir la charge d’Axel en plus de celle de sa fille, et faire en sorte que Valentine accepte son fils, cela deviendrait si simple. Il pourra se consacrer tout autant qu’avant à Mike. Si seulement il pouvait le rendre enceinte lui aussi !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allez quoi... ! [Princesse] Ven 6 Jan - 12:43

Elle n’en voulait pas à Jared de l’avoir mise enceinte. Il ne l’avait pas fait exprès et elle ne lui reprocherait jamais de l’avoir séduite cette nuit-là, car elle n’avait demandé que ça. Non, elle lui en voulait de son comportement lorsqu’elle lui avait annoncé qu’il était le père. En soit, elle s’en fichait un peu de savoir qui était le père de cet enfant, ce qui l’importait c’est qui allait l’aider. Et pour le moment, cette question semblait sans réponse. Jared semblait vouloir revenir sur cette idée en expliquant qu’il avait mal agis mais en soit, quelque chose dérangeait Valentine. Disons qu’elle avait du mal à voir Jared avec un enfant après la scène qu’il lui avait fait. Elle ne voulait pas que sa fille devienne quelqu’un de violent ou d’impulsif. Elle la voulait normale et loin de tout problème.

« Bon écoute Princesse, je vais pas y aller par quatre chemins. Si je suis venu, c’est parce que je regrette de m’être emporté hier. T’as peut-être pas très envie que je sois son père mais dans tous les cas elle va naître et moi, je serais encore là. T’as peut-être déjà l’instinct maternel, tu seras probablement une merveilleuse mère, mais t’es seule… » Il marqua un temps d’arrêt pour réfléchir. « Alors voilà, si t’as besoin je suis toujours là, moi. J’ai mal réagi mais c’était sur le coup de la surprise, c’est tout. Je suis un père médiocre, je laisse mes enfants avec des objets dangereux à leur portée, je les surveille mal, je leur gueule dessus quand ils pleurent et je les enferme quand ils sont insupportables avec leurs cris. Cela dit, personne ne leur fera jamais de mal. »

Elle étouffa un rire léger. La vision de Jared secouant ses enfants aurait probablement dû lui faire une peur bleue mais ces paroles avaient attaqué sa carapace et elle esquissa un sourire. Il avait cette décontraction en toute circonstance qui finissait toujours par avoir raison de son amertume. Et puis, il avait dit qu’il resterait là, et qu’il continuerait à être là pour elle. N’était-ce pas exactement ce dont elle avait eu peur ? Finalement, elle sentait que Jared était un homme qui n’était pas fait pour élever des enfants certes, mais qu’il ne lui voulait aucun mal et ne comptait pas s’en aller.

«Tu ne vas donc pas m’en vouloir toute ta vie ? Je te promets que j’ai pas voulu t’imposer ça et de toutes façons, je ne t’imposerais jamais rien. J’ai cru que tu allais me tourner le dos toi aussi et j’ai eu peur… »

Elle releva son regard vers son interlocuteur et hésita un instant. Bon il ne sera pas question de le laisser seul avec le bébé car d’après ce qu’il venait de dire, c’était totalement inconscient. Mais en soit, Valentine n’avait envisagé de lui en laisser la garde plus que ça. Elle sourit faiblement puis reposa ses yeux sur ses mains qu’elle avait arrêté de torturer. Sa gêne était passée, elle retrouvait le Jared qu’elle connaissait. Même si elle avait encore des doutes sur ses capacités à être un bon père, son amertume redevenait du miel.

« Je voudrais t’aider, mais je me sens incapable de gérer autant de choses en même temps. Mais… J’ai un fils dont je m’occupe régulièrement… Et je me disais que si tu acceptais, parfois, de m’aider à m’en occuper, ce serait plus simple pour moi d’être présent pour ta.. pour notre fille. »

« Cela me va, je ne te demande pas de t’en occuper, ça je vais le faire. Je m’en sens capable, ce que je voudrais c’est qu’elle ait une vie normale. Même si son père est pas très présent, je voudrais que tu lui donnes ce qu’il y a de bien en toi. »

Elle plongea son regard dans celui de Jared, même si c’était un homme puéril et inconscient sur énormément de points, Valentine savait qu’il avait une notion de respect et de justice qui était infaillible. Jared est un homme qui ne répond à aucune loi, ses actes ne sont dictés que par son cœur. Il se fiche de savoir si les gens qu’il aime sont pour le bien ou pour le mal, il les protégera pour ce qu’ils sont et ce qu’ils incarnent pour lui. Valentine en est un exemple flagrant. Tout le contraire de la femme forte et puissante et pourtant, elle n’a jamais vu les mauvais côtés de Jared, enfin jusqu’à la veille. C’est ça qu’elle voudrais qu’il transmette à sa fille, car c’est avec cet homme là, que Valentine l’a conçu. Et pas avec celui qui a défiguré de rage, l’homme sur la plage.

« Pour l’autre bébé, je ne sais pas si je serais capable de m’occuper des deux en même temps. Déjà un, je suis pas convaincue d’y arriver alors deux… Mais je suis d’accord pour le garder des fois quand tu ne pourras pas. Ca me fera un bon exercice. Et je promets de ne pas lui gueuler dessus ou l’enfermer quelque part. »

Elle esquissa un sourire amusée. En effet, l’idée même de mettre l’enfant dans un placard ou autre, était diamétralement opposé à ce qu’était Valentine. Elle aurait dormit dans le canapé s’il s’était endormit dans son lit, mais jamais elle n’aurait quitté l’enfant des yeux.

Sa fille allait donc probablement avoir une vie comme la sienne. Mouvementée mais elle espérait qu’elle arriverait à lui donner un peu de sérénité. Une idée trottait d’ailleurs dans sa tête depuis longtemps, Valentine ne supportait pas la magie, même si sa vie entière était polluée par la magie, elle faisait partie des rares personnes qui voudraient se débarrasser de ses pouvoirs. Elle avait demandé à Amber mais cette dernière n’avait pas voulu, elle cherchait encore quelqu’un capable de lui rendre ce service. Et elle envisageait de le trouver avant la naissance de sa fille pour lui ôter ses pouvoirs par la même occasion.

« Je voudrais te parler d’un truc tant qu’on y est. Tu sais que j’ai cherché pendant longtemps à m’enlever mes pouvoirs, elle baissa les yeux un peu penaude, ce sujet créait chez les êtres magiques une réaction étrange d’incompréhension. J’avais pensé que ce serait sûrement bien pour elle de trouver un moyen de lui ôter les siens aussi, au moins pour un moment. Le temps qu’elle ai une enfance normale. »

Elle n’osa pas trop regarder Jared, certaine qu’il n’allait pas comprendre. Etait-elle la seule à avoir peur de ce monde magique et à vouloir devenir normale ? Surement. Pourtant, cette enfant hériterait d’une chose incroyable de sa mère, une protection généralisée. Un nombre impressionnant d’êtres magiques de toutes confessions veilleront sur elle, avec en tête de file, le meilleur protecteur au monde : Jared Adam Jones, dans son rôle de père.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allez quoi... ! [Princesse] Ven 6 Jan - 19:18

Il est clair que si Valentine voulait une enfant normale, ce n’est pas avec Jared qu’elle aurait dû le créer. Lui, en revanche, avait bien prévu une petite vie fort mouvementée de bagarres, de risques, de dangers et de torture pour cette future Lara Croft aux gros nichons. (C’est ainsi qu’il se l’imaginait.) Papa et maman risquaient d’avoir pas mal de désaccords sur l’éducation de l’enfant. Cependant il se garda de dévoiler tout projet, conscient qu’il avait déjà dit bien assez d’horreur à la belle pour qu’elle lui en veuille davantage. Elle ne le pardonnerait plus, si elle savait ce qu’il avait en tête. Il se bénissait (parce qu’il est trop mégalo pour bénir le ciel) d’avoir le talent de télépathie et pas elle. Il entrevit donc l’avenir que Valentine réservait à sa petite et tout à coup, finalement, il songea à ne pas trop la faire fréquenter son fils qui, lui, sera à cent pour cent dans le coup. Alors Axel, si maman empêche papa de s’occuper de ta demi-sœur, tu te chargeras de la dévergonder… Bizarrement, elle eut une réaction plutôt positive lorsqu’il lui annonça comment il s’occupait de ses propres enfants, énonçant par la même occasion sa vision d’eux. C’était peut-être horrible, mais il fallait les voir, ces chewing-gums à pattes qui chialaient à chaque fois que leur parent était occupé ! Il les considérait comme des petits monstres. Il avait envie de les claquer contre un mur mais il est à savoir qu’en ce qui concerne ces deux petits, Jared ne leur fera jamais de mal. Pas avec ce qu’il a prévu pour eux ! Les fils Jones, c’est sacré.

« Je t’en voulais pas… J’étais simplement en colère. Mais j’en avais pas spécialement après toi. J’en avais après ce con là qui te regardait à la plage ! » plaisanta à moitié l’homme en sentant que c’était peut-être le moment de détendre l’atmosphère. Il était sincère sur ses paroles. Il n’en voulait pas à Valentine, il en voulait beaucoup plus à la chose qui croupissait maintenant en elle. Ce truc qui va déformer horriblement ce ventre et ces cuisses si fermes et si parfaites. Qui rend les femmes tellement… Eurk ! Si encore il couchait encore régulièrement avec il aurait pu en profiter car une femme enceinte possédait un appétit sexuel insatiable. (Il avait déjà testé.) Cependant, il s’était promis de ne plus la toucher par respect pour elle. Parce que son attirance pour cette créature n’était que physique, qu’il n’y avait aucun amour entre eux et qu’elle ne méritait pas d’être cataloguée dans « les coups de Jared ». Elle était bien au-dessus de ça. Il put lire en elle qu’elle n’aurait pas l’intention de le laisser seul avec la tchiote. Il jugea donc bon de lui expliquer que s’il était horrible comme père, il n’avait cependant pas encore tué ses fils. Donc ça devrait aller !

« Ouais enfin tu sais, j’arrive quand même à gérer les bébés. Et puis celle-là au moins, elle pourra pas me pisser à la tronche quand je la changerais. » Il afficha un petit sourire complice. Le seul qui lui pissait encore dessus c’était Axel, toujours Axel. L’autre était calme, intelligent, gentil. Axel était turbulent, brailleur, sadique et suicidaire. Sisi, suicidaire. Toujours à fourrer le premier truc coupant qui lui passe dans la bouche. Jared devait régulièrement emmener ce nourrisson voir une guérisseuse afin de le remettre en bon état à maman Pandore. Il espérait ne pas avoir à le faire avec cette petite aussi. La belle entité reprenait son calme et son sourire, cela faisait chaud au cœur de notre strip-teaseur. (Bien sûr qu’il en a un !) Il ne put s’empêcher de s’étrangler à moitié lorsqu’elle lui demanda de donner à leur fille « ce qu’il y avait de bien en lui. » Il se gratta la tête en se demandant bien pourquoi elle voulait ça. Pour lui, ses qualités étaient la séduction, ses performances au lit… Bref, Valentine voulait qu’il fasse de leur fille une prostituée ? Je plaisante, Jared est quand même assez intelligent pour avoir bien compris les propos de la jeune femme. Cela n’empêche que les qualités qu’il se trouve reposent beaucoup sur le sexe.
« Si elle est comme toi, elle saura trouver toute seule le bon. » fit-il pour mettre fin à tout. Il n’y avait que Valentine pour lui trouver autant d’atouts. Néanmoins, il n’était aussi adorable qu’avec elle. « Toute façon elle aura déjà bien assez de qualités de sa mère ! » ne put-il s’empêcher de rajouter sur un ton parfaitement sincère. Il comprit vite qu’elle comptait sur lui et sur ses principes pour veiller sur cette famille qui se forme. Pour que cette fierté masculine qui lui dicte des lois créés par ses propres soins, soient en quelques sortes insufflées à cette petite. Une future chevalière ? Et touchera-t-elle aussi à la mort comme le fera son papa ? Si un beau jour elle se rend compte qu’elle a des idées malsaines, comme l’envie de vouloir faire souffrir un animal, on saura qui est le coupable. Même s’il ne l’éduquait pas lui-même, il avait le meurtre, le sadisme et la perversité dans le sang. C’était héréditaire, il suffisait de voir son père. Puisse l’enfant passer outre ces pires vices, si sa mère lui souhaitait une vie normale. Ah ça non, Jared n’était vraiment pas le père biologique qu’il fallait. Cela dit, en pensant à ça, il était plus fier que triste. Il avait même envie que leur fille découvre des tendances psychopathes… Ouh le mauvais !

« Pour l’autre bébé, je ne sais pas si je serais capable de m’occuper des deux en même temps. Déjà un, je suis pas convaincue d’y arriver alors deux… Mais je suis d’accord pour le garder des fois quand tu ne pourras pas. Ca me fera un bon exercice. Et je promets de ne pas lui gueuler dessus ou l’enfermer quelque part. »
« C’est un dur à cuir, tu peux. » répondit-il naturellement, « Toute façon j’crois qu’il est maso. Ou je sais pas, il a un truc pas normal en plus d’être laid comme un poux avec ses trois poils sur le crâne. » et toutes ces paroles dites sur un ton parfaitement naturel suivi d’un haussement des épaules. Il était aussi méchant avec son fils. Pourtant… Il suffisait de le voir avec pour comprendre que Jared y tenait. C’est pour cette raison qu’il en disait autant de mal. C’était peut-être Jared le maso, de préférer ce fils chieur à l’autre. Il lui hurlait dessus, mais il s’en occupait toujours. Il disait du mal de lui, mais envoyait presque toutes les cinq minutes un clone voir le petit lorsqu’il avait sa garde. Et s’il était toujours impatient de le rendre à sa maman, il l’était également lorsqu’il le recevait. Le bébé était un peu comme un jouet pour enfant. C’est cool, on s’amuse bien avec mais au bout d’un moment stop, y’en a marre on le rend. Et on retourne jouer avec lorsque le jouet nous manque. Il cessa de penser lorsqu’il sentit quelque chose tracasser la jeune femme. Elle songeait à quelque chose depuis quelques temps, et l’homme l’avait déjà vu avoir ce genre de pensées. Il se fichait bien qu’elle devienne humaine ou non, car elle restera la préciosité qu’il protège dans tous les cas. En revanche, il était fort embêté que la petite devienne humaine à cause de cela. Il ne pourra rien en faire si elle était humaine ! Elle, en revanche, il était clair qu’elle ne recevra aucun amour sincère de son père si elle ne servait à rien. Horrible, non ? Il est prêt à apprécier ce chieur d’Axel parce qu’il sait que ce dernier va devenir un sorcier au cœur de démon plus tard qui le rendra fier. Mais cette nouvelle petite fée qui rentre dans leur vie, qui dira « mon petit papa » en lui embrassant la joue, qui s’inquiètera pour lui et qui viendra se lover dans les bras en cas de cauchemar et d’absence de maman, il ne l’aimerait pas. Il se gratta la tête à nouveau, un peu embarrassé.

« Mais princesse, avec ou sans pouvoir, elle n’aura jamais une enfance normale. » pour éviter qu’elle ne se torture à nouveau les mains, il se rapprocha et les prit dans les siennes. « T’as baigné dans la magie, tu es faîte toi-même de magie. Ta fille ne sera qu’à moitié humaine, elle aura ta moitié féline. Elle aura ton instinct, ta force. Et ça, d’autres le sentiront. Et si je la protège, elle devinera forcément l’existence de la magie. Alors elle se tournera vers toi et elle te demandera « pourquoi je ne peux pas me défendre, moi ? » » Même s’il n’avait pas le même intérêt que celui qu’il énonçait, cela n’empêche pas que ses paroles étaient vraies selon lui. Tout être lié de la magie, que ce soit l’humain qui apprend son existence ou une créature qui souhaite s’humaniser, allait forcément revenir un jour de force face à la magie. Et souvent, c’était lorsqu’un démon découvrait le caractère spécial de l’être et venait le tuer. Jared allait les protéger, certes, et s’il pouvait être à plusieurs endroits à la fois, il n’était cependant pas omniscient. Il n’était pas être des lumières.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allez quoi... ! [Princesse] Lun 23 Jan - 22:56

«Je t’en voulais pas… J’étais simplement en colère. Mais j’en avais pas spécialement après toi. J’en avais après ce con là qui te regardait à la plage ! »

Petit à petit, elle retrouvait son calme et elle revenait à ce qu’elle avait toujours éprouvé pour Jared, de la tendresse. Elle perdait cette amertume qu’elle avait eu les jours passés pour replonger dans la douceur qui était la sienne. En fait, elle ne voulait pas être seule, et si Jared voulait bien ne pas lui tourner le dos, alors elle serait clémente. Elle lui sourit doucement. Ces craintes faiblissaient et plus elle avançait, plus elle avait le sentiment qu’elle allait trouver une solution viable. Personnellement, elle n’avait pas remarqué que l’homme à qui il avait lestement refait le portrait l’avait regardé plus que de raison, en vrai, elle n’aurait pas vu un homme planté devant elle à ce moment, elle avait été trop focalisée sur Jared pour voir les autres.

Il souleva le fait qu’elle n’allait pas lui pisser dessus, et Valentine étouffa un éclat de rire. Elle imaginait le grand Jared se faire pisser dessus par un môme. Des démons auraient des milliards pour pouvoir faire ça. Il eu la réaction attendue quand elle lui demanda de donner ce qu’il y avait de bon en lui. Elle savait bien que ce sorcier ne se voyait pas comme elle le voyait. En vrai, elle voyait les gens d’une façon bien à elle et pour elle, chaque être avait quelque chose de valable. Jared avait énormément de qualités bien qu’il se borne à ne pas les voir. Il avait une forme de respect, de justice, et une forme de fierté qui plaisait beaucoup à Valentine quoi qu’elle en dise.

«Si elle est comme toi, elle saura trouver toute seule le bon. »

Et c’était vrai. Valentine ne voyait jamais le mal dans les gens. Elle ne savait voir que le bien et elle avait le don d’anesthésier le mauvais en chaque être lorsqu’elle était près de lui. Même les pires êtres sanguinaires ne levaient que rarement la main sur elle. Pourtant, elle était vulnérable et faible. Mais elle avait une forme de sensibilité qui faisait d’elle une femme dure à mettre à mal.

«Toute façon elle aura déjà bien assez de qualités de sa mère ! »

Valentine rougit. Elle avait beau savoir qu’il était un séducteur, ce compliment lui allait droit au cœur. Disons que pour le moment, elle avait du mal à se voir triomphante et fière, elle en était plutôt à courber l’échine et à attendre que la vie se calme. Elle leva les yeux vers lui et lui sourit. Cela voulait dire « merci ». Elle n’était douée avec les mots et elle ne le serait jamais, elle préférait laisser parler ses yeux et son visage. Plus simple.

Elle éclata d’un rire cristallin quand il décrit son propre bébé avec un vocabulaire plutôt dénigrant. Elle comprenait bien que les gens ne trouvent pas les bébés beaux, même si pour elle c’était la plus belle chose au monde. Elle le regarda avec un air faussement accusateur. De toute façon, elle savait qu’il s’en occupait bien. Le peu qu’elle avait pu en voir, les petits étaient encore en vie avec tous leurs membres. C’était déjà pas mal si on y réfléchissait.

Puis vint le moment délicat ou elle lui expliqua qu’elle voulait lui enlever ses pouvoirs. Elle eu la réponse qu’elle attendait, celle que tout le monde lui répétait depuis des années « c’est une partie de toi ». Elle s’en foutait de savoir si cela était une partie d’elle. Elle voulait s’en affranchir et partir pour avoir une vie normale. Elle se voyait au bord de la mer jouant avec sa fille sur le sable, ou elle se voyait ouvrant un bar dans la campagne américaine, elle se voyait à New York, business girl avec une fille sur les bras, elle se voyait à Londres, dans un bar à Kensington, avec une fille en jupe plissée. Elle voulait une vie normale, un homme normal et un avenir sûr. Mais Jared avait raison, elle n’aurait jamais cela. Elle allait encore devoir ravaler ses rêves de banalités et replonger dans la réalité. Elle n’allait pas pouvoir tirer un trait sur la peur, ni même sur les blessures. Elle savait qu’elle serait encore attaquée, puis secourue, comme d’habitude, cela changeait suivant l’endroit et le moment. C’était soit Amber, soit Jared, soit Mike, soit Otthran, mais le scénario était toujours le même. Elle était faible, et quelqu’un qui tenait à elle venait toujours la sauver. Si elle avait eu de l’ironie, elle aurait vu combien elle ressemblait aux princesses des contes de fée, constamment secourue par de preux chevaliers. Mais elle s’en tapait des contes de fée, elle ne voulait qu’une vie normale. Et puis, dans les contes de fée, la princesse ne se fait jamais larguée, elle ne tombe pas enceinte d’un homme qui n’est pas amoureux d’elle… Non Valentine n’avait que l’air d’une princesse, mais en vraie, c’était une simple humaine…

« Vous ne comprenez rien… Vous, vous êtes forts et puissants ! Vous aimez vos pouvoirs parce qu’ils vous sont utiles ! Moi, je n’ai que des pouvoirs qui ne servent à rien, je ne peux même pas me défendre, ce ne sont que des fardeaux ! Vous parlez de partie de moi, mais vous ne savez pas ce que c’est que d’être celles sur qui il faut toujours veiller, et qu’il faut protéger ! Ils ne me servent à rien, je ne veux plus appartenir à ce monde qui ne veut pas de moi. »

Elle se retourna et ferma les yeux. Une larme glissa le long de sa joue. Tout le monde lui faisait croire qu’elle avait de l’importance mais en vrai, elle n’était capable de rien. Tobias l’avait quitté, Jared ne voulait pas vraiment être père, Amber était amnésique… Elle se sentait si faible et si insignifiante. Elle voulait retourner chez elle, voir ses parents, leur dire que ce pourquoi elle était partie était finie, qu’elle était humaine et qu’elle allait avoir une fille. Elle voulait se trouver un homme simple et tout à fait normal qui l’aimerait par-dessus tout et qui ne la quitterait jamais. Elle en avait marre de se distinguer par sa faiblesse, elle voulait appartenir à un monde où elle serait dans la moyenne. Elle essuya ses larmes et se retourna.

« Désolée, je suis un peu sur les nerfs depuis que Tobias est parti… »

Elle garda son visage fermé, elle allait le trouver le moyen de s’ôter ses pouvoirs. Avec ou sans leur aide. Elle ne voulait plus vivre dans ce monde…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allez quoi... ! [Princesse] Mar 24 Jan - 15:00

« Je ne veux plus appartenir à ce monde qui ne veut plus de moi. »

Il fallait bien s’attendre à une telle réaction mais Jared ne pouvait s’empêcher de la trouver terriblement égoïste. Empêcher sa fille d’avoir des pouvoirs et de devenir la future machine de guerre que le strip-teaseur attend d’elle, c’était franchement mesquin ! Il préférait encore étouffer l’œuf dans sa coquille plutôt que d’en voir apparaître le poussin honteusement inoffensif qui en sortira. Le visage du sportif ne fit apparaître ni surprise, ni joie, ni colère. Il resta silencieux le court instant où elle prononça des excuses puis il lâcha à son tour sur un ton plus dur qu’il ne l’aurait souhaité.

« Si j’étais un de tes traqueurs, Valentine, tu crois vraiment que j’abandonnerais l’idée de te tuer en apprenant que tu n’as plus de pouvoirs ? Tu penses réellement qu’en te privant de tout moyen nécessaire pour échapper au danger seule, tu seras plus en sécurité que tu ne l’es maintenant ? C’est pas en abandonnant ses armes au combat qu’un soldat sera considéré comme un civile !

Elle n’était même pas humaine alors il n’arrivait pas à concevoir le fait qu’elle veuille autant s’humaniser jusqu’à devenir une simple mortelle. Elle sera toujours impliquée dans la magie, ne serait-ce que parce que le père ne comptait pas en sortir, et qu’il ne comptait pas non plus la laisser brider les talents de leur futur enfant ! Il était intimement persuadé que tout être qui renonçait à la magie ne pouvait s’empêcher d’y baigner encore. Et cela s’était même prouvé plusieurs fois ! Que Valentine y renonce ou non, elle ne fera que se mettre dans un plus grand péril encore. Non plus à la merci des sorciers et créatures, mais des humains aussi maintenant. Et sans ses pouvoirs qui, d’après Jared, forment une bonne partie de son caractère, il était certain qu’elle allait changer. Et lui, éprouvera alors beaucoup moins d’affection pour elle si elle devenait différente. Il la trouvait bien naïve de croire qu’en devenant humaine, elle réussirait à sortir de ce monde dans lequel elle vivait à présent. Et il ne comptait pas la laisser faire cette grossière erreur. Peut-être l’aurait-il laissé agir ainsi, si son raisonnement lui avait paru valable. Mais là, il n’était absolument pas d’accord avec elle. Son visage se radoucit un peu, gardant cependant le sérieux qu’il avait pris. Il écarta les bras et claque négligemment ses mains contre ses hanches en poussant un profond soupir et en regardant la demoiselle l’air de dire « Qu’est-ce que tu veux que j’te dise ? » C’était son choix à elle. Et l’homme devait avouer que sa nature méchante l’emportait sur son esprit de protection. À savoir qu’il était bien plus apte à se battre pour conserver toute la puissance de l’enfant que celle de la mère. Inutile donc de préciser que si c’était une petite humaine qui sortait naturellement du ventre de Valentine, elle sera aussi dénigrée que méprisée par son père. Reniée, peut-être. Et si en plus Valentine commençait à changer de comportement et à devenir différente, le monstre n’éprouvera aucun regret à les abandonner toutes les deux.

« L’autre soucis qui se pose, tu vois, c’est que t’es pas humaine. Ton sang est différent du mien, ta chair aussi, tes organes peut-être également. C’est pas ton implication dans la magie ou tes pouvoirs qui attirent les regards dangereux sur toi, c’est ce que tu es. Donc soit tu brides tes talents, mais d’autres créatures continueront de venir te voir parce qu’ils verront que tu n’es pas humaine. Soit tu te transforme en humaine et dans ce cas il s’agit d’un enchantement définitif. Et un enchantement, ça laisse toujours des traces de magie autour de toi, et y’a toujours des créatures capable de voir ces traces… Moi le premier. »

Ok, il n’était pas capable de détecter la magie. Mais étant télépathe, il pouvait repérer rapidement les êtres liés aussi ! De plus, ceux qui étaient la cible d’un enchantement / ensorcellement actif avaient constamment cette lueur magique provoquée par le sort justement, qui les suivaient partout tant qu’ils ne s’en seront pas débarrassés en rompant le sortilège. La magie était tellement vicieuse et pour une fois, le strip-teaseur l’en remerciait. C’est du moins tout ce qu’il avait pu en apprendre en le lisant dans l’esprit de nombreuses personnes, à commencer par Otthran et Félix. Mais si après ça Valentine voulait toujours continuer là-dedans, il ne pouvait plus y faire grand-chose. Il ne pouvait pas décider à sa place, juste l’influencer au maximum. Il jugeait avoir un peu plus son mot à dire si elle décidait du même sort pour l’enfant, après tout. Il regarda vite fait autour de lui puis posa son menton sur le dossier de la chaise sur laquelle il était toujours assit. Le regard rivé sur le joli visage de l’entité, attendant avec espoir qu’elle prenne la bonne décision. Il ne put s’empêcher d’ajouter.

« Après si c’est une question de maîtrise et que t’as juste besoin d’entraînement, j’peux t’aider ein. »

Le grand tout puissant qui propose généreusement sa super aide aux personnes en détresse ! Quel altruisme ce garçon. Disons que c’était aussi et surtout un prétexte pour avoir quelques contacts physiques avec elle, lui faire des cours particuliers, quoi.

(C’était bof et court, je suis désolé !
Je commence à être un peu moins inspiré là :o)
Revenir en haut Aller en bas


Here you come
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Allez quoi... ! [Princesse]

Revenir en haut Aller en bas

Allez quoi... ! [Princesse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed, the ultimate Battle. ::  :: 
Archives : 1re saison
 :: Le centre ville :: Les habitations :: Le duplex de Valentine Montgomery
-