AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Position, un, deux. [Mike]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Position, un, deux. [Mike] Jeu 5 Jan - 18:13

« Du nerf morveux, je veux pas le savoir que t’as mal aux jambes ! Allez hop hop hop ! » Il trottinait juste derrière l’adolescent, balançant son pieds dans le jeune popotin dès que ce dernier ralentissait la cadence. C’était sa tête de turc d’aujourd’hui, il ne pouvait échapper à la ‘maltraitance’ sportive. D’un autre côté, il l’avait aussi bien cherché en allant crêper le chignon de la seule fille du groupe. D’autant plus qu’elle ne portait pas de chignon. Bref, Jared punissait sa méchanceté par un épuisement total. Ironique quand on connaissait le personnage sadique et odieux de monsieur Jones. Mais le sport, c’était sacré. Le sport de combat qu’il enseignait là possédait des règles de loyauté et de respect bien particulières. Ces règles apprenaient la maîtrise de soi comme le respect d’autrui. Ne pas les respecter était ne pas respecter les personnes autour. Et Jared refusait de se laisser faire par un mioche qui refusait de lui obéir. Heureusement, tous l’avaient bien compris et c’était plus habituellement l’entraîneur cool qui les faisait courir ou se battre sur des tapis en suivant divers exercices et conditions pour le bien de tous. À la fin de ce cours, ils repartirent en sueur. Surtout la petite tête de turc qui s’était écroulée sur un banc pour reprendre son souffle. Jared avait réservé une petite surprise aux autres élèves : ils étaient dispensés de ranger les tapis ! Ce fut sa victime du soir qui en rangea la moitié avant d’être enfin libéré. Le strip-teaseur était maintenant tout seul dans le complexe sportif. Il en avait les clés, et de manière parfaitement légale. Il allait faire nuit et il songea à se défouler un peu dans cette grande salle sportive. Les soirs étaient les meilleurs moments pour craquer et être en forme le lendemain. Cependant il n’en fit rien. Sans même prendre le temps de se doucher – parce que lui aussi avait couru pour forcer le jeune à garder son rythme – il se téléporta.

« You-houuuu Calahaaan !! »
Cria-t-il dans la maison familiale des Calahan, en pensant que celui qu’il cherchait y serait peut-être. Une grosse voix tonna dans le salon et l’ombre d’un gorille fonça à toute allure vers lui. Vite, Jared se téléporta pour éviter la fureur des poings d’un boxeur dont il se serait bien passé la vision ! Il débarqua au travail de son ami, se disant que ce dernier avait fait des heures supplémentaires. Ah, si seulement il avait un talent caché qui lui permettait de le retrouver en un clin d’œil ! C’est ce qu’il pensa. Et cette pensée le mit un peu mal à l’aise lorsqu’il se souvint qu’il y a quelques jours, il s’était retrouvé dans la chambre de Mike en pleine nuit sans comprendre pourquoi. Il avait rêvé de lui et pouf, le voilà qui apparaissait dans sa chambre ! Heureusement que l’autre dormait, et que Jared put partir sans avoir à donner d’explications. Parce que pour une fois, il n’avait rien fait. Il était innocent. Il grimpa les escaliers de l’immeuble quatre par quatre pour débouler comme un fou devant le chroniqueur bosseur.

« T’as vu l’heure ? C’est pas le moment de faire des heures sup’ ! Salut au fait. » s’écria-t-il en refermant la porte derrière lui pour être tout seul dans le bureau de Mike. Et tout en tripotant les papiers qui se trouvaient sur le bureau – rien que pour l’emmerder c’est vrai – il le fixa dans les yeux avec cet immense sourire à la con que le Calahan détestait tant. « Je nous ai prévu une soirée en tête à tête. » il tendit la main et attendit que Mike la lui donne pour continuer (je suppose qu’il le fait !) « T’as grossi un peu mon pépère ! »

Et pouf. Oui, pouf. Sans laisser à Mike le temps de réagir, Jared les téléporta au gymnase avant de le lâcher. Il prit un air sérieux et claqua des doigts. Son clone apparut alors, étant allé chercher un simple T-shirt et un jogging pour les filer au chroniqueur. Il disparut ensuite et Jared songea à deux choses. L’une : énerver Mike par des provocations pour que ce dernier accepte de se bastonner. La deux : Commencer à le bastonner en premier pour le forcer à se défendre. Parce qu’il était certain que l’autre allait râler, râler, encore râler… Et Jared s’en réjouissait d’avance ! C’était comme s’il avait attendu toute la journée pour entendre Mike ! Il avait attendu ce moment avec tant d’impatience, il avait tant envie que Mike lui reproche quelque chose, lui crie dessus, lui dise qu’il est con, qu’il est chiant, et tout ce blabla habituel qui était devenu à la fois le quotidien et le petit plaisir de ce crétin de Jared. Le strip-teaseur ne pouvait plus de passer de ces détails, il ne pouvait tout simplement plus se passer de Mike. Et il était prêt à savourer à l’avance ce moment où il tentera de se faire pardonner, où il n’y arrivera d’abord pas, avant de finir par faire craquer le tendre petit cœur de Mike. Oh comme il aimait ces moments de réconciliations, où le Calahan lui pardonnait ses incessantes conneries ! Elles venaient de là, leur complicité fraternelle indestructible. Il redoutait le sentiment qu’il éprouvait à ce moment-là, mais ne pouvait s’empêcher d’être impatient que ça arrive.

Jared s’écarta en déclarant qu’il le laissait aller se changer dans les vestiaires. Il ajouta que Mike n’avait pas intérêt à se défiler, et qu’il ne le lâcherait pas dans la soirée. Et cette fois, Jones adopta un air réellement sérieux. Il était sérieux sur sa volonté d’apprendre à se défendre à son ami. De forcir les muscles de ce dernier, de faire de lui quelqu’un de puissant. Désireux de le voir utiliser ses talents et de l’entraîner à devenir un sorcier invincible. Jared prenait cet entraînement autant à cœur que lorsque c’était lui qui s’entraînait. Le pouvoir et la puissance étaient des notions qui remplissaient toute sa vie. Et c’était un miracle qu’il veuille partager cela avec quelqu’un. En l’occurrence, il était prêt à offrir la même énergie pour que Mike s’améliore encore et encore, que ce qu’il avait dépensé jusqu’ici pour lui. Cela dit, il s’entraînait toujours et n’avait pas fini de s’améliorer non plus. Il suivit Mike jusqu’aux vestiaires mais ne rentra pas à l’intérieur. Trop pudique le Jared. Après le méchant qui engueule un vilain garçon, c’est un strip-teaseur qui joue l’embarrassé ! Mais le corps de Mike, ce n’est pas le corps de n’importe qui. Disons qu’il a si peur de le regarder, s’il entrait dans ces vestiaires et ne voyait ne serait-ce qu’une parcelle de son ventre… Oups, pardon, de son beudon qui a grossi ! Ainsi, il resta à la porte.

« On va commencer par une fois par semaine. Sauf qu’à partir de la semaine prochaine, ça sera deux fois ! » parfois, l’homme était empli d’une logique imparable. « Et t’auras pas ton mot à dire. En fait, t’y seras obligé tant que tu ne seras pas capable de me surpasser. » déclara très naturellement Mégaloman. Il se mit à marcher devant les vestiaires, attendant que son ami en sorte parce que pfouh, il en mettait du temps !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Jeu 5 Jan - 19:46

Une virée dans les rues – forcément bondées – de San Francisco avec belle-maman. Plutôt incroyable, mais vrai. Allez savoir pourquoi Mike voulait passer du temps avec Helena…Mike, personnage aussi malsain ne se comprenait parfois pas lui-même, alors mettez vous à la place de la pauvre Helena. Peut-être aimait-il l’image d’enfant pourri gâté que les passants pouvaient avoir de lui ? Le fils prodige –ou pas– qui passe son temps dans les ruelles les plus tendances de San Francisco pour se refaire une garde-robe. Qu’il l’admette ou pas, Mike reste en toutes circonstances un homme élégant et toujours bien vêtu. L’image que les autres pouvaient avoir de lui, au premier abord principalement, lui semblait importante. Un homme aux tendances élégantes, froid, impassible, c’est toujours mieux qu’un homme vêtu d’habits froissés, voire tachés, extravagant et impoli (j’ai entendu le prénom de Jared ?). A chacun son mode de vie. Mais pourquoi diable, avait-il demandé (ou sous entendu, du moins, ça ne serait pas vraiment très étonnant de sa part) la présence d’Helena ? On pourrait presque se demander si sa compagnie ne lui faisait pas plaisir. Il ne le cachait pas spécialement, il n’avait juste pas envie de le lui dire. Quoiqu’il en soit, son comportement envers elle n’avait pas tant que ça évolué. Toujours aussi hautain, provocateur, mesquin et ironique. Peut-être un poil moins froid et brusque avec elle. Parce qu’après tout, c’est Zach qui avait merdé. C’est Zach qui n’obtiendrait pas son pardon. Helena s’était démenée pour rester en dehors de ce conflit. Du moins, elle s’en mêlait de manière ponctuelle dans le but de sauver leur relation père-fils. Naïve comme elle est. (et encore, peut-être qu’elle obtiendrait gain de cause un jour, sait-on jamais). La belle-mère faisait remuait ciel et terre pour que Mike puisse être intégré avec respect dans la famille, et au manoir Calahan. Elle avait certainement dû apaiser ce loup-garou (qu’il a en guise de père) après sa petite virée en prison. Mike se doutait que Zach avait dû être d’une humeur exemplaire une fois retourné au manoir après avoir sauvé la peau, et la carrière, de son fils. Et même ce geste n’était pas perçu comme une preuve « d’amour » de la part de son père. Il partait du principe où il ne lui avait rien demandé, et qu’il aurait pu se débrouiller tout seul. Ou que Jared se serait démerdé pour régler ses problèmes dans lesquels Mike était bien trop souvent embarqué. Ou pas me direz-vous.

Et rien que pour ça, Mike commençait à apprécier de plus en plus Helena. Même si Mike n’a jamais été très expressif, même s’il parait pour l’homme le plus buté au monde (après Jones, c’est une évidence), même s’il parait pour un fils, un beau-fils, un frère, exécrable, cela ne l’empêchait pas d’être respectueux, et surtout, reconnaissant. Il avait été élevé de cette manière, et il n’y avait presque rien à redire sur son éducation.

Cette journée avait été plutôt intéressante, même si Helena lui avait envoyé quelques perches à maintes reprises. Lui demander quelle robe porter pour son dîner avec Zach ce soir en était clairement une, évidemment. Mike ne cessait de lever les yeux au ciel, lui répondait par une remarque ironique quand l’envie l’y prenait et basta. Un petit jeu bon enfant qui rapprochait au fur et à mesure les deux membres de la famille Calahan. Malgré tout, il fallait avouer que la robe lui allait parfaitement bien. Il avait énormément de respect pour Helena, et même si ses remarques bourrées de provocations pouvaient prouver le contraire. Une grande femme, élégante, pleine de grâce, d’assurance, de convictions. Une femme qui sait ce qu’elle veut.

Minerve l’avait contacté dans la journée afin de lui demander de se rendre à son lieu de travail. Elle n’appela qu’une fois. Comme toujours. Ce n’est pas le genre de femme qui s’impatiente, ou qui vous court après, qui vous harcèle pour venir au travail. Si Mike ne se pointait pas…qu’il ne s’y pointe plus jamais. Voilà encore une autre femme qui imposait le respect. Helena et Minerve devraient, sans aucun doute, très bien s’entendre. Même longueur d’onde, même assurance, même psychorigidité… Il fallait avouer que l’appel de Minerve tombait à pic. (bon, peut-être que c’est un peu abusé). Passer la journée entière avec Helena n’était pas prévu dans son programme non plus. De toute manière, elle devait très bien se douter que c’était trop beau pour être vrai, et qu’il ne fallait pas en demander trop au fils Calahan. A écouter ça, on pourrait presque croire que Mike est un enfant capricieux, colérique et blasant. Tout bien réfléchi, c’est exactement ça.

Qui dit bonne journée, dit Jared au tournant.

A peine avait-il pu bosser quelques petites heures, que ce crétin déboula dans son bureau. Pour tout vous dire, Mike ne savait même plus comment réagir face à cet énergumène de première…pour la peine, il resta limite impassible, intérieurement indécis entre faire la gueule, gueuler, être pas content, s’énerver. (non ce n’est pas la même chose pour Mike). Surtout qu’en rentrant au manoir, Mike allait avoir une belle surprise avec Zach. Du moins, si les deux allaient se croiser un de ces jours. Et s’ils se croisaient, allaient-ils s’échanger quelques mots. Au pire, Helena jouerait les porte-paroles et toucherait deux mots à Mike concernant les visites surprises et bruyantes de Jared au manoir. Mike avait ouï entendre que Zach tentait d’élaborer un mécanisme magique (un sort, une formule, un truc du genre quoi) afin d’empêcher toute intrusion magique dans le manoir. Mais bon, vu la fureur que la présence de Jared déclenchait chez Zach, il va de soi que ce problème aurait dû déjà être réglé depuis longtemps si Zach en était capable…

« T’as vu l’heure ? C’est pas le moment de faire des heures sup’ ! Salut au fait. »

Honteux. Voilà dans quel état Mike se trouvait actuellement. Il imaginait déjà Minerve arriver à ce moment précis et il serait plutôt gêné. Qu’est-ce que cet idiot venait faire là ? Sur son lieu de travail ? Est-ce que Mike déboulait de la sorte au travail de Jared, au Pink Paradize ? Mmm…question un peu conne faut dire.

Immobile, il regardait ses papiers trifouillés par Jared, blasé. Que pouvait-il y faire ? Si Mike lui avait dit d’arrêter, il aurait continué. Si Mike s’était énervé, il aurait fait la moue. Si Mike se montrait paniqué (car il l’était un petit peu l’angoissé de service) il en aurait profité pour se moquer. Mike Calahan, ou le remake officiel de Caliméro.

« Je nous ai prévu une soirée en tête à tête. »

Ce sourire à la con. Cette gueule à la con. Son regard à la con. Cette proposition à la con.

Le pire c’est qu’au moment précis où il avait donné sa main à Jared, il savait pertinemment que c’était une embuscade. Le jour où Jared aura pensé à faire une soirée en tête à tête, pas forcément romantique, ce n’était pas demain la veille. Peut-être que Mike avait toujours un peu d’espoir ? Non. Il n’est pas con, il n’avait juste pas le choix ? Au fond, il se disait qu’il n’avait pas le choix, alors que s’il voulait, il aurait pu l’envoyer paître et rentrer dans une colère que seule Mike sait faire pour se débarrasser du crétin.

« T’as grossi un peu mon pépère ! »

Bonsoir les emmerdes.

En deux trois mouvements, Jared l’avait téléporté avec lui au gymnase. C’est pas que Mike reconnaissait l’endroit, n’étant pas vraiment un habitué (n’y ayant jamais mis les pieds surtout), mais le matériel qui semblait l’encercler, le métier de Jared, la connerie de Jared, la remarque de Jared, ça ne pouvait être que ça. Encore une idée de merde. Mike n’eut même pas le temps de lui faire un « fuck » (c’est Jared qui le rend impoli et irrespectueux, pas la faute aux géniteurs Calahan) qu’un clone se manifestait déjà. Comme si Mike n’en avait pas assez avec l’originel. Mike resta silencieux jusqu’à ce qu’il chopa sa tenue de sport.

« De un, t’es qu’un con. De deux, envoie un clone pour ranger mes affaires et fermer mon bureau », il marqua une pause, « De trois, t’es qu’un con. »

Envoyer un clone de Jared pour se rendre à son bureau…voilà encore une brillante idée Mike. Chapeau. Mais c’était mieux que rien. Surtout que Jared connaissait tout de même Minerve, et il savait pertinemment qu’il ne fallait pas plaisanter avec elle, et que Mike lui en voudrait sincèrement si quelque chose se passait mal au travail. Disons que c’était une preuve de confiance. Allons donc voir si demain (faut-il encore que Mike survive ce soir) Minerve lui reproche quelque chose, si son bureau existe toujours, s’il n’est pas déjà remplacé ou autre.

Sans dire un mot de plus, il se dirigea vers le vestiaire, seul. Etonnamment, Jared ne s’était pas pointé pour le faire chier jusqu’au bout. Voilà qui faisait germer une petite idée judicieuse dans l’esprit du Calahan. Il tenta d’ouvrir précipitamment les fenêtres du vestiaire. Fenêtres qui étaient forcément toutes fermées. Pratique. La force herculéenne inexistante du Calahan ne lui permettait pas de les forcer. Comment être blasé de seconde en seconde. Cependant, le sorcier avait plus d’un tour dans son sac. Il ferma les yeux et tenta de se relaxer au mieux. En présence de Jared, ce n’était pas chose facile. Il sentait cependant, d’ores et déjà, son corps se dématérialiser. Quelques secondes plus tard, le voilà sous l’apparence d’une fumée invisible. Le voilà qui se faufilait en dessous de la porte du vestiaire surtout.

A peine fut-il au bout du gymnase, devant la porte de sortie, que Mike sentait son corps s’alourdir. Le voilà qu’il s’écroula à plat ventre sur le tapis de l’entrée, agacé.

« putaindepouvoiràlacon », grommela t-il vraiment spontanément.

La grossièreté, faut accuser Jared pour ça. Plaignez-vous un peu de lui pour changer. Non mais, fallait pas déconner non plus, son pouvoir de Vapeur était même pas foutu de le transporter à plus de dix mètres ! Sa mauvaise foi mise de côté, il fallait avouer qu’il n’avait pas fait preuve d’une grande concentration, qu’il était épuisé, qu’il était agacé, qu’il était blasé, qu’il en avait marre. Accusez encore Jared pour la peine.

Avant que ce dernier ne l’engueule ou ne dise quoi que ce soit d’ailleurs, Mike se releva et se retourna pour lui répondre sèchement, en faisant la gueule, forcément.

« ça va ça va, je m’habille. J’ai compris. », ce qui voulait dire en langage plus vulgaire ‘ta gueule ou je t’en colle une’ et en plus de cela, il n’hésita pas à murmurer un « ptitcon », se foutant pertinemment que Jared l’entende ou non. Bon fallait qu’il se calme niveau respect tôt ou tard. Mais bon, Jared ne devrait sans doute pas le prendre mal, les deux se cherchaient continuellement et restaient tout aussi proches. Et ce n’est pas la première fois que Jared devait se faire insulter par Mike. Que dla gueule ce Mike t’façon.

Cependant, il ne retourna pas aux vestiaires pour se changer, et jeta son tee shirt actuel avec lassitude au sol, pour enfiler celui que Jared venait de lui donner avec une lenteur désobligeante. Et, en aucun cas, ce n’était fait pour emmerder Jared pour la peine. Il ne savait même pas que Jared n’était pas venu dans les vestiaires car il n’avait pas envie d’apercevoir son corps. Et pourtant il aurait aimé le savoir pour pouvoir en profiter, mais bon. Mike ne sait tellement plus quoi penser de sa relation avec Jared. Enfin, pour Mike c’était plutôt clair. Il prenait son temps, essentiellement pour lui prouver qu’il n’avait strictement aucune envie de faire du sport. Rendre mal à l’aise Jared inconsciemment, un bonheur. Il retira son pantalon, dos à Jared, pour enfiler son jogging en râlant.

Il avait presque envie de lui demander s’ils pouvaient faire du yoga.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Ven 6 Jan - 10:07

Toujours souriant, toujours joyeux, d’un enthousiasme à en faire fondre plus d’un. Il imita une révérence, la main devant le visage et le dos courbé en avant, avant de répondre au Calahan un « vos désirs sont des ordres » puis de lui obéir en envoyant un clone éteindre, fermer son bureau et garder la clé avec lui. Toujours aussi fier de rendre service, ce Jared se devait d’être impassiblement parfait pour ce garçon ! (Un peu raté, oui, mais quand même.) Il ne fit aucune bêtise là-bas. Il ne voyait pas l’intérêt de dire une seule connerie si Mike n’était pas là pour l’entendre, après tout il essayait de se faire remarquer auprès de son ami, pas de lui attirer spécialement des ennuis. (Raté aussi, mais bon.) Il croisa bien cette vieille bique bizarre dans les couloirs, la salua poliment et disparut sans laisser de trace. Pas devant elle, parce qu’il ne souhaitait pas se faire poursuivre par une [strike}morue[/strike] nettoyeuse. Une fois dans le gymnase, il avait pris soin de tout fermer à clé. Il savait bien que cela pouvait ne pas retenir son ami mais dans tous les cas, il le trouverait et le ramènerait ici de pied ferme. Il l’habillerait lui-même s’il le fallait ! Il entendit une sorte de « schplaf » vers l’entrée et s’avança. Il se mit à rire comme un gland devant le corps étalé de son ami qui avait tenté de s’échapper de cette nouvelle prison.

« putaindepouvoiràlacon »
« Tu vois, quand j’en aurais fini avec toi tu pourras aller jusqu’au bout de la rue sans faiblir. » lui rétorqua l’homme en soupirant. Il leva les yeux au ciel et laissa son grossier camarade revenir dans les vestiaires pour se changer. Les insultes de ce dernier ne lui faisaient ni chaud ni froid. De une il s’en fichait, de deux il en avait l’habitude et de trois il s’en fichait. Voir Mike râler était un pur bonheur. Voir Mike se déshabiller était une terrible galère. Heureusement qu’il lui tournait le dos, ainsi il ne vit pas que Jared s’était lui aussi tourné. Il fixait le mur. Mais un mateur comme ce Jones ne put s’empêcher de balader son regard sur les quelques formes Calahan qu’il tentait vainement de ne pas regarder. Il en fut mal à l’aise et en déglutit. Il savait que s’il ne se contrôlait pas, il se serait approché. Et pour faire quoi, le toucher ? Le caresser ? Cette idée lui pinçait douloureusement le ventre car il ne voulait pas y céder. C’était quand même trop étrange pour lui. Il préférait oublier et faire comme il avait toujours fait, à savoir comme si de rien n’était.

« Bon allez... Viens. » ordonna-t-il en dépassant Mike pour rentrer au cœur du gymnase. En temps normal il aurait pris son bras pour l’entraîner, ou bien il l’aurait limite poussé avec ses pectoraux pour faire genre « j’suis trop un homme muské ». Mais il n’en fit rien. Au contraire, il s’était même écarté pour bien éviter tout contact avec son ami, du moins tant qu’il était encore perturbé par la vision qu’il venait d’avoir. Il chassa toutes ces pensées le temps d’arriver sur les tapis. Une fois qu’il y fut, il prit quelques secondes pour réfléchir en regardant Mike, lâcha un « heuu » comme s’il était encore dans ses songes puis se reprit enfin en secouant la tête.
« Bref. On va faire deux séances par semaine, tu comprendras pourquoi. Tu vas voir, ça va pas te déplaire tant que ça. » Il faisait son propre programme en tête, sans vraiment prévoir à l’avance quels jours il débarquera devant Mike comme ce soir, ni quelle heure. Il verra bien… peut-être aura-t-il l’obligeance d’envoyer à l’avenir un message au Calahan avant, quelque chose comme « Wouhou j’arrive ! ». Il tourna autour de Mike comme s’il l’examinait, comme un colonel tourne autour de son soldat pour voir ce qu’il peut bien en faire.
« T’es tendu comme un string, ça tombe bien. » En lui parlant ainsi, Jared retrouvait son aise habituelle et c’est donc naturellement qu’il lui tapota le ventre. « Détends-toi, fléchis un peu les jambes, desserre les fesses. » fanfaronna l’homme en s’arrêtant face à Mike pour le regarder. « Et bats-toi. À fond ! Et si tu n’y mets pas du cœur je te défroque et je te mets la fessée ! s’exclama-t-il à moitié sérieux. Il espérait quand même sincèrement que Mike n'ait pas l'idée de faire exprès d'être mollasson pour recevoir la fessée promise ! Car cette fois, chez Jared, c'était que d'la gueule. Et pour être certain que Mike se défende, il entama les hostilités en le bousculant d’un coup d’épaule et en le regardant d’un air volontairement con, parce qu’il sait que Mike déteste lorsqu’il tient ce visage stupide-là. Les intentions de Jared n’étaient au fond pas si mauvaise. Il voulait que son ami se défoule, et qu’il évacue totalement toute l’angoisse et le stress quotidien par un immense effort physique. C’est ce que Jared faisait et ce dernier tenait une forme et un moral indéniables ! De plus, de bonnes formes physique et morale étaient selon lui essentielles pour entretenir l’énergie magique et la concentration. En bref, c’était une forme d’entraînement dans un style particulier mêlant n’importe quoi et effort physique. Là, c’était juste pour détendre le Calahan qui se sentira probablement mieux après s’être défoulé, et sur Jared qui plus est. Cela dit Jones n’était pas maso et comptait bien se défendre. Maîtriser régulièrement son ami pour provoquer davantage ce dernier, et qu’il se déchaîne. Il avait heureusement oublié son embarras causé quelques minutes plus tôt. Cependant, il ne se doutait pas un seul instant que cet embarras allait vite refaire surface si Mike ou lui se retrouvait allongé par hasard sur l’autre…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Ven 6 Jan - 22:35

Toujours la même chose avec ce crétin. Ce sourire idiot qu’il affichait en permanence, il avait tellement envie de l’égorger à chaque fois qu’il l’apercevait. C’était devenu la routine avec Jared. Dans un sens oui et non. Il ne savait jamais à quoi s’entendre avec Jared, ça c’est définitivement vrai. Jared est une personne avec qui discuter est très compliqué, et qui a des idées auxquelles vous n’auriez jamais songé. Non pas parce qu’elles ingénieuses, ne vous y trompez pas non plus, n’exagérons rien. Mais à côté de cela, une fois qu’il mettait en action son plan – merdique – en scène, c’était toujours le même processus…il faisait chier Mike, Mike râlait, Jared riait, Mike s’énervait. Espérons sauter la dernière étape cette fois, il n’était d’ores et déjà pas d’humeur radieuse, il n’avait pas besoin de se disputer avec quelqu’un. Autant éviter que cela soit Jared tant qu’à faire. Leurs histoires prenaient les trois quarts du temps des proportions énormes. Qui plus est, il était fatigué de se disputer avec lui, il ne désirait que passer du bon temps…ce qui semblait d’emblée trop demandé pour ce petit être limité d’esprit.

« Tu vois, quand j’en aurais fini avec toi tu pourras aller jusqu’au bout de la rue sans faiblir.»

« T’es pas drôle. »

Je suis d’une humeur de chien et je le montre. Voilà clairement le message que Mike avait sans nul doute réussi à faire passer.

Bien sûr que Jared était conscient du côté râleur de Mike, ce n’est pas nouveau. Jared en profite, car Jared ça l’amuse de voir Mike râler en fait. Une fois, deux fois… bon, d’accord. Mais tout le temps. Tandis que Jared était entrain de pourrir les journées de Mike, lui tachait d’égayer les siennes. On pourrait presque parler d’un couple complémentaire.

« Bon allez... Viens. »

« J’ai le choix peut-être ? »[/i]

Et pourtant, Mike essayait de bien accentuer qu’il n’avait vraiment pas envie de faire du sport ce soir. Mais c’était peine perdue, Jared n’a jamais été capable de faire preuve de compassion gratuitement. C’est dingue d’être insistant à ce point, d’être aussi lourd, d’être aussi peu à l’écoute de son entourage.

« Bref. On va faire deux séances par semaine, tu comprendras pourquoi. Tu vas voir, ça va pas te déplaire tant que ça. »

[b] « Tu te fous de ma gueule ou quoi Jared ? J’ai pas que ça à faire ! désolé d’avoir un boulot qui nécessite plus de temps et de travail que de se trémousser sur une barre de strip-tease et de mater des nanas à poil toute la journée ! »


Radical. Peut-être un peu osé, mais si spontané. Il était à bout, et le montrait. Mais le problème avec Mike, c’est qu’il n’arrêtait pas de montrer son mécontentement à chaque occasion. On pourrait presque le comparer à une petite princesse qui ne fait que des caprices lorsqu’on ne fait pas ce que madame veut faire quand elle veut. Ce n’est nullement dans le but de défendre Jared de dire ce genre de choses, car les deux sont, comme toujours, en tord. Jared ne cherche qu’à faire en sorte que Mike puisse savoir se défendre à l’avenir, mais, ça Mike ne s’en doute pas. A force de faire le con, Jared perd en crédibilité, Mike pense qu’il fait juste ça pour le faire chier. Ce qui ne serait pas non plus très étonnant, en temps normal.

D’un autre côté, il était plutôt faire de sa réponse. Il avait pu lui envoyer une petite remarque provocante concernant la gente féminine qu’il ne cessait de charmer jour après jour, ou plutôt soirée après soirée.

« T’es tendu comme un string, ça tombe bien. Détends-toi, fléchis un peu les jambes, desserre les fesses. »

Dans un élan de gentillesse, regrettant également ses derniers dires un peu injustes, il joua le jeu après avoir soupiré tout de même.

« Et bats-toi. À fond ! Et si tu n’y mets pas du cœur je te défroque et je te mets la fessée ! »

Il se redressa soudainement. Pas qu’il voulait une fessée, enfin, qui sait ? Il fit une mine de mec blasé de première. Jared commença à le pousser, et Mike sentait que cette histoire allait mal finir. Surtout qu’il lui avait un peu fait mal. (Chochotte)

« Arrête Jared. Ca va encore mal finir, on va se disputer, on va être pas content quelques jours. Ce n’est pas une bonne idée. Je ne fais pas que preuve de mauvaise foi, je t’assure. »

Comme si cela allait être si simple…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Sam 7 Jan - 12:28

T’es pas drôle, j’en ai marre, tu m’énerves, j’ai pas le choix, t’es saoulant… Jared avait toujours droit à ce lot de remarques en compagnie de Mike. Son esprit avait comme instauré une exception pour toutes ces phrases « laisser passer. » Comme des sortes de proxys sur internet. Même s’il était l’homme parfait, il y aurait droit. Mieux valait donc être le genre de type qui pouvait passer outre des plaintes incessantes pour quand même s’amuser. Il passa un bon moment à oublier son embarras coté désir, se disant qu’il va bien avoir du mal à pincer les poignées d’amour du Calahan si sa propre peau suait à la vue d’un peu du ventre de Mike. Ce soir, ils ne sortaient pas. Pas de soirée avec alcool (quoique ?), pas de personnes autour à draguer, ils n’étaient que tous les deux. Tous les deux, comme des n’amoureux ! Des n’amoureux qui se battent dans un gymnase, cela dit. Malgré toute la réticence dont Mike faisait preuve, il n’était pas de taille à rivaliser face à cette tête de mule de Jared qui avait son idée en tête. Quoiqu’en gueulant, il aurait peut-être pu entendre raison mais pour être tout à fait franc, le strip-teaseur aurait été blessé que son ami ne le suive pas ce soir. Il l’aurait réellement mal pris et aurait trouvé un moyen plus sournois pour le forcer à faire ce qu’il comptait de toute manière lui faire faire. Le thème d’une petite baston entre eux sur des tapis était beaucoup plus cordial que d’aller énerver volontairement Mike pour que ce dernier cherche à le frapper. Surtout que là, Jared n’aura pas à essayer de se faire pardonner. Il avait des idées réellement bizarres et inconcevables, mais ses attentions étaient plus qu’altruistes. (Enfin pour cette fois.) Pour lui, quelqu’un qui ne passait jamais ses nerfs sur une personne ou une chose, quelqu’un comme Mike qui gardait tout en lui n’allait pas tenir bien longtemps. Peu importe si après cela, Mike ne veut plus parler à Jared et lui en veuille pour X raison. Le sportif ne le laissera pas tranquille tant que le chroniqueur ne se sentira pas un peu mieux.

« Tu te fous de ma gueule ou quoi Jared ? J’ai pas que ça à faire ! désolé d’avoir un boulot qui nécessite plus de temps et de travail que de se trémousser sur une barre de strip-tease et de mater des nanas à poil toute la journée ! »
« La soirée. Pas la journée, c’est plus la soirée tu vois. » nuança-t-il en fixant Mike dans les yeux pour bien lui faire comprendre que ses paroles n’avaient eu aucun effet sur lui. Ce qui était le cas. Jared assumait parfaitement le rôle de pervers qu’il adossait. Il ne se défendit pas sur ce point. Non pas qu’il admettait que Mike ait raison, mais parce qu’il ne voulait pas débattre là-dessus avec lui ce soir. Il ne voulait pas non plus attirer une quelconque pitié de Mike, il voulait se concentrer sur sa ‘mission’. Pourtant, il en aurait eu des arguments. S’occuper de ses deux fils. Entraîner des jeunes ici. Travailler au Pink. S’assurer de la sécurité de la future maman de sa future fille. Éviter quelques attaques de bienfaiteurs, et ces attaques augmentaient considérablement. Continuer de diriger sa troupe de sorciers dans la ville et enfin : Expédier tout ce qui pourrait être pris pour du stress, de la haine, de la folie surtout, dans une violence physique assez incroyable contre des personnes généralement innocente. Cette partie-là avait une place vraiment importante dans sa vie et il ne survivrait pas sans. Il était maintenant obligé de la pratiquer tous les jours s’il ne voulait pas se sentir exploser. D’ailleurs, il n’avait jamais eu de témoin pour le voir évacuer. Il ne le montrait à personne, pas même à Mike. Surtout pas à Mike. Il était horrible, méconnaissable, complètement fou, il tuerait sans réfléchir toute personne qui le verrait ainsi. (D’ailleurs, il avait toujours une ou deux victimes dans cette circonstance). Du moins il en était certain. Il gardait donc la bête secrète, on le savait déjà assez méchant comme ça. Jared avait l’impression de faire trop de choses à la fois, alors il se clonait. Le clonage lui demandait de l’énergie mine de rien. Il restait toujours actif mais allait bien venir le jour où il s’écroulera sur un sol, que ce soit en territoire ennemi, dans son bar, dans ce gymnase ou chez lui. Il voyait les années de vie diminuer devant lui à cause de toute l’énergie qu’il dépensait. Il avait pris un coup de vieux en quelques années seulement. Il voulait faire de ses enfants des petites forces de la nature, au cœur démoniaque à souhait comme lui, qui lèveront haut et fier le nom de Jones. Il voulait garder sa renommée pour laquelle il travaillait tant. Et plus que tout en ce moment il voulait à tout prix garder sa place dans le cœur de Mike Calahan, l’homme qu’il avait tant peur d’oublier dans tout ce qu’il faisait. Mais heureusement, il ne l’oubliait jamais. (Et malheureusement pour Mike, d’ailleurs.) Cette cadence inquiétait pas mal une partie de Jared, et c’est une des choses qu’il gardait pour lui. Il allait mieux en se défoulant, il avait l’impression de se revigorer et de retrouver toute la force nécessaire pour continuer. Tout ce qu’il voulait, c’était faire découvrir cette sensation à Mike. Jared voulait partager ce plaisir avec le Calahan comme il ne l’avait jamais vraiment fait avec un autre.

Il garda le silence, quel con. Le maléfique était prêt à combler le moindre des caprices de cette princesse de Mike, si seulement ces caprices étaient de faire quelque chose plutôt que de ne pas faire. « Je veux une tarte au chocolat ! Je veux tuer ce type ! Je veux aller au pôle nord ! » Tout ce que tu voudras. Alors qu’il commençait à le titiller physiquement, il reçut encore des demandes de négociation de cette chère chochotte de Mike qui ne voulait pas se casser un ongle sur ces tapis. Jared s’immobilisa, poussa un profond soupir.

« Mais je plaisante pas, Mike. Fais ce que je te dis. Et si jamais ça se finit comme tu l’as dit, on ne le fera plus. »
Vivement quand ils seront ensemble, que Jared l’épuise au lit plutôt ! Il était sincère. Il ne voyait absolument pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas, sauf si Mike n’y mettait aucune énergie, mais si vraiment il y avait un problème alors il ne l’embêtera plus avec ça. Suivant comment ça se termine, il se pourrait même qu’il ne puisse plus l’embêter avec quoique ce soit. Constatant avec lassitude que son ami n’était vraiment, vraiment pas motivé, il décida de passer à l’étape suivante du plan – qu’il vient d’improviser – à savoir l’action ! Sans faire usage de ses pouvoirs – et il n’avait pas l’intention de les utiliser – il partit attraper les deux mains de Mike tandis que ses jambes se glissaient derrière les siennes pour essayer de le faire tomber. (S’il y parvenait, il le retiendra pour que le Calahan ne s’explose pas sur le tapis non plus.) Il n’y allait pas fort. Le but étant que Mike frappe, il voulait simplement le sentir forcer et se débattre. Mhhh se débattre…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Sam 7 Jan - 14:05

On le blâmait bien trop souvent de ne pas être drôle, d’être un rabat-joie de première, de ne jamais se laisser aller dans le même sens des autres…mais est-ce que Mike demandait-il quelque chose ? Peut-être que parfois, Mike faisait très ‘vieux-jeu’ mais lui ne s’en plaignait pas. Il voulait qu’on le laisse seul, même si c’est pour qu’il se lamente sur son sort, ou autre connerie du genre. Foutez lui à la paix à ce Mike. Plus vous le chercherez, plus il sera exécrable, et plus vous vous plaindrez. Quel cercle vicieux que son entourage cherchait à créer.

Mais le truc…ce n’est pas qu’il n’était pas content d’être là ce soir. Loin delà. Il était avec Jared, alors bien sûr qu’il était content. Il ne savait jamais quand s’attendre à le voir apparaitre face à lui de manière spontanée. Etait-ce peut-être trop inattendu pour le pauvre cœur du Calahan qui risquait de s’éteindre à chaque fois, mais bon. Même en niant aimer les surprises, clamant haut et fort qu’il déteste ça (et parfois c’est sincèrement vrai), avec Jared c’est différent. Car au final, il en est timidement content. Enfin, pour ce soir, nous n’étions pas encore à ce stade là. Pour le moment, c’était « cause toujours tu m’intéresses », et pour Mike, Jared se mettait le doigt dans l’œil jusqu’au coude si ce dernier pensait voir le Calahan suer ce soir.

« Mais je plaisante pas, Mike. Fais ce que je te dis. Et si jamais ça se finit comme tu l’as dit, on ne le fera plus. »

Mike leva les yeux au ciel, cela voulait certainement dire qu’il acquiesçait pour faire plaisir, voire parce qu’il avait un couteau sous la gorge.

Jones semblait irrité désormais, génial. Les deux répliques qu’il venait de lui accorder n’avaient rien de très chaleureux. Mike y était peut-être allé un peu fort ? Le pauvre Calahan ne cessait de se remettre en question en présence de Jared, c’était une manie insupportable qu’il avait choppé depuis quelques temps. Surtout que Mike n’est certainement la personne mieux placée pour une remise en question. A force de se plaindre manière continuelle avec lui, il se disait peut-être qu’il y avait quelque chose qui clochait chez lui, pourquoi pas après tout ? Il savait très bien que Jared n’est pas le seul à avoir sa part de défauts. Et même s’il considère que ses propres défauts sont moins néfastes que ceux de Jared, il sait pertinemment qu’il a sa part de responsabilités dans certaines situations. Cela tuerait Mike de faire un effort ? Pour une fois, ce n’était pas une idée si idiote que lui proposait Jared. Du moins pour le moment. (car Mike s’attendait à quelques complications, comme toujours).

« Si tu le dis. Je te fais confiance dans ce cas. », après une petite pause, il se sentait comme obligé de rajouter : « comme toujours. »

Une pointe de reproche mélangée à une pointe d’amour ?

Les deux étaient liés. A force de toujours lui faire confiance, Mike se retrouvait dans des situations des plus embarrassantes les unes que les autres, dans des plans foireux comme jamais, donc oui il lui en voulait. Car s’il n’avait pas autant confiance en lui, sa vie serait sûrement plus calme et moins dangereuse. Après, Mike ne sait pas vraiment ce qu’il préfère non plus. D’autre part, il lui rappelait qu’il lui avait toujours fait confiance. Qu’il lui faisait toujours confiance. Et qu’il était prêt à toujours lui faire confiance, du moins s’il ne jouait pas au con. (ou tolérant comme est Mike, s’il ne jouait pas trop au con).

Bon. Et bien, c’était parti.

Mike releva les yeux au ciel et se mit en position. Du moins, il se mit dans la position qu’il pensait être en ‘bonne position’. Il avait fléchi les jambes, comme Jared lui avait demandé précédemment, et il attendait. Il ne patienta pas très longtemps avec son entraineur personnel ne s’avance lui prendre les mains et commença à mettre ses jambes derrière les siennes. Etant face à Jared, son premier réflexe idiot aurait été de lui mettre un coup de boule. Premièrement, il aurait trop mal au crâne, c’était pas pour lui ce genre d’attaque. Deuxièmement, Jared se foutrait de lui comme d’habitude. Troisièmement, il utilisait sa tête de manière beaucoup plus intelligente avec ses pouvoirs habituellement. Et puis il serait capable de se faire plus mal que Jared.

Réflexe féminin ON. Un coup de genou dans les bijoux de famille. Les démons aussi en ont bien, je ne vois pas le problème. Intérieurement, Mike était content en plus. En lui accordant ce coup, il avait pensé à toutes les filles qu’il pouvait emmener dans son lit au fil des soirées. Cela lui avait fait un bien fou, avouons-le.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Sam 7 Jan - 15:41

Bien sûr que Mike pouvait lui faire confiance, et Jared était heureux de l’avoir enfin convaincu. Monsieur trop beau trop fort pouvait se vanter de l’avoir fait céder ! Il fanfaronna auprès de Mike, déjà prêt à « lui faire sa fête » et à le provoquer gestuellement, par des coups de cul, de bassin, des bousculades et d’autres réjouissances. Il avait ses propres limites en tête. Comme c’était plus un combat de lutte qu’autre chose, comme c’était amical, il ne frappera jamais Mike au visage. Il prévoyait les coups sur le torses, les jambes, pas les genoux ni les coudes. Que des endroits qui craignaient moins ! De toute façon, s’il levait la main sur Mike, ce ne sera pas avec force et c’était surtout pour inciter ce dernier à y aller aussi. Mine de rien, Jared était beaucoup plus responsable qu’il n’y paraissait, et il connaissait par cœur les règles de son sport. En parlant des règles, il était content de voir que son ami suivait ses premiers conseils à la lettre pour plus de souplesse dans les mouvements. Il voulut faire le beau en maîtrisant de ses muscles les poignets du Calahan. Il s’était attendu, sauf à un coup aussi bas de ce dernier. Même le coup de boule il s’y était préparé mais ça… Ca non.

« GYAHYAHAYHAYHAYA AYAHYA ! » cria-t-il en lâchant son adorable poucinet pour faire des sauts de kangourou dans la pièce, les deux mains sur ses bijoux de famille. Oscar ! Gaston ! Ses chéris ! Il grimaçait de douleur, là il en voulait à Mike d’avoir fait ça ! C’est… C’est inhumain ! Monstrueux ! Et puis qu’est-ce qu’ils avaient ces types à s’attaquer aux précieux chouchous des hommes ? Rhaaaa Jared ne comprenait pas, il ne comprendra jamais, c’était… C’était HORRIBLE !!
« Ay. » gémit-il en se calmant et en se massant l’entrejambe en regardant Mike d’un air sidéré. Il avait mal ! Pour un coup bas, Mike n’aurait pas pu faire pire. Alors que Jared, lui, il était réglo ! Il finit par se redresser en tenant toujours sa fierté dans les mains, reprenant un peu de couleur sur le visage. Il ne savait pas quoi penser. Il était prêt à tuer quiconque osait faire ça, car c’était l’attaque la plus redoutable contre lui. Il ne comprenait pas comment Mike avait pu…

« Bon. On va rajouter une nouvelle règle. » marmonna-t-il en grimaçant toujours, et en se faisant violence pour ne pas lui hurler dessus. Allez Jared. C’est toi qui a voulu l’entraîner là-dedans, tu ne vas pas l’engueuler alors qu’il a joué le jeu ! Il posa sur le Calahan un regard rempli de méfiance et de suspicion. Maintenant, il allait faire très attention à ses bijoux de famille parce qu’il ne parviendra pas à garder aussi royalement son calme s’il se prenait un second coup. Merci les sports de combat de lui avoir appris le self contrôle. Il s’imagina tabasser quelqu’un d’autre à la place de Mike, et ça allait mieux. Cela dit, il lui en voulait quand même d’avoir fait ça ! Le sexe prenait tellement de place dans la vie et surtout la fierté de notre homme, qu’ici il prenait la moitié d’un post pour un simple coup de genou. Quand même. « Pas de coup en dessous de la ceinture. » articula-t-il en se redressant de toute sa hauteur et en lâchant enfin ses bijoux. Il restait méfiant voire parano, il n’était pas très soulagé d’avoir appris que son adversaire était du genre à frapper là lorsqu’il ne savait pas quoi faire. Il était VRAIMENT temps que Jared lui apprenne à se défendre, avant de voir son ami massacrer les bijoux de famille de ses ennemis dans tous les combats qu’il fera à l’avenir. Il le savait pourtant qu’Oscar et Gaston étaient censés avoir l’immunité sur son corps. Le Calahan savait qu’il pouvait frapper où il voulait SAUF là ! Cet endroit était bien le seul où, par réflexe, Jared était capable de riposter très méchamment. Par chance pour Mike, Jared était de bonne humeur et sa réaction en conséquence devint plus crétine que violente. Mais si ça avait été lors d’une dispute par exemple, le chroniqueur s’en serait prise une belle en retour.

En plus de tout ça, Jared était vexé que son ami lui ait fait aussi mal. Il allait se venger. Gentiment bien entendu car il allait mieux et reprenait ses esprits, mais sa vengeance restera terribleeeee ! (Il n’est pas rancunier mais là, l’autre s’en est pris à ses koukougnettes quand même.) En revanche, le strip-teaseur ne s’en prendra jamais aux bijoux de famille de Mike, ni de personne d’ailleurs. C’était si bas comme coup, qu’il ne voulait jamais s’abaisser à ça ! (Surtout lorsque, comme lui, on était capable de mettre un coup de poing dans la tête.) Histoire de reprendre là où ils en étaient, l’homme fit craquer son coup en penchant sa tête d’un côté. Il se mit dans la même position que celle qu’il avait conseillée à Mike, sautilla pour faire descendre un peu la douleur toujours présente chez Oscar et Gaston, puis il passa à l’attaque encore. (Avec cette fois la précaution de surveiller les genoux de Mike.) Il lui fonça dedans. Littéralement. Le dos courbé en avant, il cogna son épaule contre le torse de Mike pour se redresser et soulever l’homme avec lui. Il tomba ensuite à genoux pour foutre le Calahan à terre sous lui. Plutôt que d’essayer de le maîtriser ainsi et de l’immobiliser, Jared roula sur le côté. Volontairement. Il se mit sur le dos. Pourquoi ? Pour que ce soit Mike qui lui saute dessus, pour que ce soit Mike qui l’attaque, qui se venge, qui s’acharne sur lui car je vous le rappelle, c’était le but premier et le strip-teaseur ne l’a pas oublié. Il n’avait pas fait venir son ami ici pour l’humilier, il avait réellement un but altruiste. Des fois l'est pas si méchant, ce Jaja.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Sam 7 Jan - 18:43

« GYAHYAHAYHAYHAYA AYAHYA ! »

Il lui était tout bonnement impossible de cacher son mécontentement, voire même sa fierté. Il aurait presque pu se justifier avant de lui administrer ce coup royal : « ça c’est pour toutes les fois où tu couches avec tes copines du Pink », mais il s’était sagement retenu. Vous voyez à quel point Mike est capable de se retenir ? à quel point il était possible de le comparer à un être tellement sage et responsable ? N’abusons rien, peut-être, mais l’idée est là. Le voir dans une telle posture, c’était jouissif…

« Bon. On va rajouter une nouvelle règle. Pas de coup en dessous de la ceinture. »

Le fils Calahan leva les yeux au ciel. Qui avait eu cette brillante idée de vouloir se battre ? Jared, il faut le rappeler. Il avait voulu jouer sur ce terrain là, il avait réussi. Enfin, Mike jouait au plus malin, mais ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne se prenne une dérouillée monumentale. Jared pouvait être con et tout ce que vous voulez d’autre, il est toujours sorti vivant de ses combats au corps à corps avec ses ennemis. Preuve qu’il se battait bien. L’ayant déjà vu à l’œuvre maintes fois, Mike pouvait également en témoigner. Mike ne niait pas que savoir se battre représente un avantage considérable dans la vie d’un sorcier… mais cela ne semblait pas lui correspondre. Mike est un personnage qui agit plus dans le vice, en prenant du recul, qu’il n’attaquera jamais quelqu’un de manière frontale. Ses pouvoirs lui servent extrêmement bien, il n’avait pas besoin d’utiliser d’autres techniques offensives que celles déjà connues. En revanche, il est vrai que Mike ne pourra pas toujours prévoir les combats auxquels il allait devoir faire face à l’avenir. Une attaque démoniaque pourrait surgir de nulle part demain chez lui, et il n’aurait peut-être pas le temps de réagir autrement que par la force. Même en cas de problème de force majeur, un pouvoir inutilisable, un contre-sort, des ensorcèlements…Mike ne saurait pas comment réagir à part appeler de l’aide, ou balancer des potions à tout bout de champs. Très ingénieux ma foi. Il en était conscient, mais en plus d’être une feignasse, il avait un peu peur. Mike n’a rien d’un démon sans pitié, sans cœur, ne connaissant pas regrets et remords, avide de pouvoir, qui serait prêt à égorger n’importe qui pour le plaisir.

Jared était plus ce genre de personne. Peut-être moins maintenant qu’avant, mais Mike savait très bien qu’il n’avait rien d’un humain…d’accord, il était capable de ressentir toutes les émotions humaines. De vivre comme un humain. D’avoir des relations avec des humains. Mais il avait l’impression qu’il faisait tout cela dans le but de cultiver le peu d’humanité qu’il lui restait. Mike avait peur que cette part d’humanité disparaisse du jour au lendemain sans prévenir. Qu’est-ce qui pouvait bien lui garantir le contraire après tout ? Mike faisait peut-être l’exception à la règle, mais à part ça, avec qui Jared se comportait comme une personne censée, normale, enfin humaine en quelque sorte ? C’est pour cela aussi que Mike venait de lui signaler qu’il lui faisait sincèrement confiance. Les journées de Jared semblaient bien occupées, et Mike ne connaissait que la moitié de son emploi du temps à vrai dire. Ce n’est pas qu’il veuille contrôler sa vie, être omniprésent, mais c’est juste par inquiétude. L’imaginer torturer des innocents, ou plutôt des démons ou êtres bénéfiques, c’était une idée qui ne le choquait pas. Et si c’est la vérité, Mike n’aurait même pas son mot à dire de toute manière, Jared l’enverrait paitre illico presto, clamant haut et fort que Mike n’avait pas à le faire changer. Et une telle situation pourrait faire imploser Jared et le rendre plus méfiant et mauvais que jamais.

C’est l’une des raisons pour laquelle Mike écoutait Jared la plupart du temps, qu’il le suivait, qu’il faisait ce qu’il désirait. Même si ça ne l’empêchait pas de râler la quasi-totalité du temps, Mike le suivait. Il aurait très bien pu le lâcher depuis bien longtemps, lui dire qu’il n’avait rien à faire de ses idées foireuses, qui se terminaient toujours aussi mal les unes que les autres.

« et tu crois que si on m’attaque demain, je peux faire part de cette règle à mes ennemis ? »

Il leva les yeux au ciel, pour la je-ne-sais-combientième fois depuis le début du sujet.

Après tout, il n’avait pas tord. Il n’allait pas se gêner d’agir aussi brutalement en cas de problème. Mais bon. La leçon d’aujourd’hui ne consistait sûrement pas à « savoir comment mettre au plus mal son adversaire », avec comme cobaye Jared. Cela aurait pu être un cours à succès, mais non. Les techniques de combat semblaient composer un sujet peut-être plus intéressant à aborder pour une première…

Quelque chose lui disait qu’il n’allait pas tarder à subir la vengeance de Jared. Enfin quelque chose lui disait aussi que Jared n’allait certainement pas se venger de la même manière que s’il faisait face à un inconnu lambda. Fort heureusement d’ailleurs. Mike aurait eu du souci à se faire après l’endroit qu’il venait d’amocher chez son ami. Sans doute l’endroit le plus vital et actif de Jones.

Gémissant douloureusement une fois claqué au sol, Mike se retint de se plaindre davantage. Il venait de voir Jared foncer sur lui tel un taureau dans une arène. (voire même dans les cartoons, avec de la fumée qui sort de ses narines). Et il fallait avouer que Mike venait de se faire mal au crâne, qui venait de claquer contre le sol du gymnase. Il n’allait pas non plus se plaindre, n’ayant pas envie de se prendre une remarque désobligeante dans la face, et puis avec ce que Jared venait de subir, sa réaction aurait été plutôt déplacée. De toute manière, Jared semblait lui donner l’occasion de se venger…un peu trop facilement. Quoiqu’il fasse, il serait ridicule. Il lui mettrait un coup, peut-être bien placé avec un peu de chance, et Jared rappliquerait en lui accordant le double. Ca en valait bien la peine.

Mais sur le moment, Mike avait mal, et sentait sa rancœur pour Jared s’éveiller peu à peu. C’était un bon signe, comme un mauvais. Bon signe, car cela allait le stimuler…

Une petite roulade, pour se positionner au dessus de Jared, s’empêchant d’exercer une légère pression avec son genou sur ses petits bijoux. Il lui aurait volontiers mis un coup de poing au visage, mais il allait sans doute se faire plus mal, et peut-être engueuler à force… Il positionna son genou vers le bassin de Jared, sans doute de manière peu judicieuse. Il cherchait à…lui faire mal en appuyant sur son estomac ? C’était l’idée…En plus de cela, il positionna son avant-bras de manière brutale sur sa gorge. Dans le but de l’étrangler ? Ouais…c’est encore une fois ça l’idée. Pour tout vous dire, il ne faisait pas le malin, car c’était sans doute un mouvement mal mis en place. D’autant plus que Mike était dans une position délicate, un genou sur le ventre de Jared, un autre bancal appuyé sur le sol, le dos cambré afin de pouvoir s’appuyer sur sa gorge, et son autre main au sol, à côté de la tête de Jared.

Mauvais signe, car cela pouvait très vite dégénérer…en bien comme en mal.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Sam 7 Jan - 20:22

« Et tu crois que si on m’attaque demain, je peux faire part de cette règle à mes ennemis ? »
« C’est déloyal ! » s’exclama-t-il avant de répondre d’une manière plus réfléchie (sisi ça lui arrive.) « Oscar et Gaston sont des biens précieux pour moi. Ça ne veut pas dire que tous les ennemis tiennent autant à leurs bijoux, et ça les mettrait plus en colère qu’autre chose. Et si j’avais vraiment voulu te neutraliser, t’aurais pas pu me toucher ! » grogna l’homme en croyant utile de se justifier. Il ne savait pas s’il devait ou non approuver cette méthode sur un ennemi. Un coup aussi bas, il espérait ne pas être là les jours où Mike utilisera encore cette technique bidon ! Je tiens à rappeler que Jared a pris soin de laisser les tapis au sol, ces tapis mous et là exprès pour les sports de combat. Il n’aurait pas plaqué Mike aussi brusquement au sol, sinon. Na. Après avoir roulé sur le côté, il reçut son ami sur le ventre. Voyant où s’était positionné le genou de Mike, le strip-teaseur lui lança un regard d’avertissement. Un air qui voulait dire « si tu martyrise encore mes bijoux ça va mal aller. » Cependant il se laissait faire, accordant sa confiance au Calahan mais espérant intérieurement que ce dernier ne lui privera pas de l’outil de son plus grand plaisir. La raison pour laquelle il se laissait faire n’était pas seulement bénéfique. Ce n’était pas que pour que son Mickey prenne le dessus et commence la bastonnade. Disons qu’il y avait de ça, mais qu’un certain embarras y était aussi pour quelque chose. Jared était allongé sur le sol et qui était au-dessus de lui ? Mike Calahan. Déjà, personne ne se permettait de grimper sur Jared Jones. Sans vraiment réfléchir, il avait encouragé son ami à prendre le dessus et… n’éprouvait aucune envie meurtrière de le virer de là. En plus, c’était Mike ! Mike. Le visage de Mike. L’odeur de Mike. Le corps de Mike. Était-ce l’adrénaline qui hérissait les poils de Jared sur son torse ?

Il s’attendait à recevoir un coup de poing au visage mais rien ne venait. L’homme jugea donc ne pas avoir encore assez provoqué dans son ami. Il le connaissait, il savait que les coups sur la tronche étaient le début d’une colère. La colère qu’il cherchait à animer n’était pas celle d’une dispute. C’était une sorte d’énervement, une rage d’effort, l’envie de balancer des coups sans réfléchir, de jouer à se battre, comme un chien qui grogne de plaisir en tirant sur son jouet. De frapper par instinct et d’en rire de bonheur à chaque fois que nos mains touchent, sans pour autant que la colère soit dirigée contre cette personne en particulier. Bon, certes, il doutait fortement que Mike se mette dans cet état mais c’était le genre. Le genou qui venait s’appuyer sur son estomac suscita chez Jones une contraction brusque des abdominaux pour tenter de faire barrière à la pression ennemie. Il dut lever le menton lorsque l’avant-bras de son ami l’y força. N’ayant cette fois pas d’abdominaux au niveau de la gorge pour essayer de se protéger, il songea à ne pas rester trop longtemps dans cette situation, faudrait quand même pas que Mike sorte vainqueur ! Certes, Jared faisait ça pour lui. Mais il avait sa fierté ! Et cette même fierté en prendrait un coup s’il finissait étouffé. Voilà une parfaite idée de son état d’esprit. Ce n’est tant pas pour sa santé qu’il s’inquiétait, mais sa réputation auprès de son ami. Il retint son souffle, son regard passant de celui de Mike à la position de ce dernier, comme s’il prit quelques secondes pour l’examiner. Le Calahan ne semblait avoir aucun équilibre. Il se serait pris des remarques si la gorge de Jared n’était pas compressée. Le genou bancal sur le sol était du même côté que sa main, ce qui laissait l’autre côté de son corps en parfait déséquilibre. Et Jones en profita pleinement. Il souleva ses jambes et poussa avec force son ami, en utilisant également ses bras, vers le côté où il n’avait aucun membre sur le sol. Ne serait-ce que pour se rattraper, il lâche au moins sa gorge. Le strip-teaseur en profiter pour déglutir, se racler la gorge et lâcher sa remarque.

« J’ai l’impression de jouer avec une petite fille ! »

Sans parler davantage, il se mit sur le côté et poussa davantage son déséquilibré d’ami (je suppose que si tu l’avais mis dans cette position, c’est pour que Jared le repousse non ?) pour se redresser. Plutôt que de se relever, il poussa sur ses genoux pour se laisser tomber de tout son poids sur Mike et se retrouver à son tour sur le Calahan. Ses mains avaient agrippé les poignets du jeune homme pour les immobiliser et une jambe de Jared était plaquée sur les jambes du chroniqueur pour les empêcher de se soulever. (Traumatisé par le coup dans les koukougnettes, le pauvre.) Le dos courbé, son autre jambe avait le pied calé contre le sol sur le côté et il s’appuyait bien plus sur les poignets de Mike pour se tenir. Il l’observa, son visage bien au-dessus de celui de son ami.

« T’es pas à fond je le sais. Tu la veux hein ta fessée ? » lui lança-t-il sur un ton moqueur, avec un sourire moqueur et un air à la con. Grande gueule, il n’avait pas du tout l’intention de lui donner la fessée mais c’était pour continuer dans la série de provocations. Jared vint pincer la joue de Mike d’une manière que ce dernier devait absolument détester. Comme le font les grands-mères. Il lâcha un « gouzi gouzi gouzi » pour bien l’énerver, surtout qu’il n’y allait pas mollo, lui tirant la peau de la joue pour y laisser une marque rouge ! De ce fait, il avait libéré une main de Mike. Son genou s’était retiré des jambes de ce dernier, et c’était volontairement qu’il laissait plusieurs possibilités de ripostes au Calahan. Il songea à ce que si Mike s’énervait, il lui libérera l’autre main. Il se mettra en position de défense et cessera de l’attaquer. À dire vrai, ce maso (?) de Jared n’attendait que cela !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Dim 8 Jan - 4:32

« C’est déloyal ! Oscar et Gaston sont des biens précieux pour moi. Ça ne veut pas dire que tous les ennemis tiennent autant à leurs bijoux, et ça les mettrait plus en colère qu’autre chose. Et si j’avais vraiment voulu te neutraliser, t’aurais pas pu me toucher ! »

Se faire attaquer par surprise ? se faire attaquer chez soi ? ou encore pire sur son lieu de travail afin que sa couverture soit grillée ? C’est peut-être loyal ces situations ? Mike s’en foutait éperdument, il n’agissait pas dans les règles de l’art si cela pouvait sauver sa peau. Surtout qu’il méprisait le corps-à-corps, alors il n’allait pas se gêner pour faire comme bon lui semble si ça pouvait lui être profitable. Mike n’agit que selon ses propres règles de toute manière, c’est aussi simple que cela. C’est toujours une bonne technique pour en profiter pour filer rapidement. Ca immobilise, ça fait un mal de chien, c’est simple et efficace. En l’occurrence, Jared semblait plutôt perturbé qu’autre chose. Mais bon, ça lui passera.

En cette occasion, c’est Jared qui râlait, alors Mike était plutôt content de lui. Le malheur des autres semblait faire son bonheur, c’est tragique mais c’est vrai. Jared était trop chou à gesticuler comme ça. Mike aurait presque eu envie d’en rajouter une couche.

De toute manière, Jared n’allait pas rester trop ‘chou’ encore longtemps. Déjà qu’il venait de lui faire mal. Car tapis ou pas, Mike reste une chochotte, et un tapis de sol comme ça c’est dur et ça peut faire mal si on fait une mauvaise chute. Na. Mike est une personne très fragile. Elle est précieuse la Mikie. Et un poil arrogante quand même à crier victoire une fois au dessus de Jared. D’ailleurs cette scène lui rappelait une situation très gênante… Lui allongé au dessus de Jared. Il se racla la gorge, un peu mal en point sur le coup. Même le regard de Jared un peu fébrile, ayant peur que Mike lui écrase définitivement Oscar et son copain, ne l’avait pas fait rire. Ni sourire. Et pourtant, Mike aurait trouvé ça drôle en temps normal.

Ce léger sentiment de malaise le fit relâcher légèrement la pression qu’il exerçait sur la gorge de Jones. Accusons ce sentiment de malaise, bien sûr. Et sans que Mike ne comprenne quoique ce soit, il se retrouvait brusquement allongé au sol. Fronçant les sourcils, Mike allait finir en compote si ça continuait. Encore quelques pirouettes brusques comme ça, et Mike pourrait presque commençait à s’énerver de fatigue et de lassitude.

« J’ai l’impression de jouer avec une petite fille ! »

Enfin, ce genre de remarque totalement inutile et puérile pouvait aussi faire l’affaire, après tout. Peut-être que Mike était une petite fille, du moins, peut-être qu’il attaquait comme une petite fille, mais il savait très bien se défendre. A sa manière, certes, mais quand même. Et le gosse, dans l’histoire, on se demande bien qui cela pouvait-il bien être.

Une nouvelle pirouette. Peut-être qu’il allait en avoir marre plus tôt que prévu.

« T’es pas à fond je le sais. Tu la veux hein ta fessée ? »

Mike leva les yeux, et se sentait un peu oppressé. Il ne supportait absolument pas cette position, et faisait en sorte de lui faire remarquer. Mais bon, vous connaissez Jared, il n’en tient pas compte. Il était entrain de tout faire pour énerver Mike, et ce dernier en était conscient car c’est le jeu favori de Jared. Surtout que cela fonctionnait très souvent. Comme maintenant. Être immobilisé, se faire littéralement écraser (dans tous les sens du terme), se faire pincer la joue par ce crétin…bien sûr qu’il faisait exprès. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Même s’il ne voulait pas lui accorder ce doux plaisir de s’énerver, Mike n’avait pas vraiment le choix. S’il s’énervait, il serait plus vite chez lui. Et de toute manière, Jared l’énervait sincèrement. Ce n’est pas nouveau non plus… Rien qu’en lui laissant le choix de l’attaquer à sa façon, Mike ne cessait d’en avoir de plus en plus marre. Ce crétin faisait exprès de lui laisser une main libre, de desserrer son étreinte…il le prenait vraiment pour un demeuré de première découvrant pour la toute première fois les joies du combat.

Mike lui administra un coup de boule pour la peine. Brutal, mais efficace. Jared ne devait peut-être plus s’y attendre. Mais il l’avait cherché. Peut-être qu’il allait lui dire que c’était encore une fois pas loyal. Que nenni. Cette action lui permettait de rendre Jared un peu moins concentrée quelques secondes, et il en profita pour se dégager du mieux possible en roulant sur le poussant sur le côté avec sa main libre. Il semblait un poil plus dynamique et énervé. En plus de lui avoir fait mal, du moins son coup semblait plutôt bien accordé, Mike fronçait les sourcils de plus belle car lui aussi souffrait. Il se sentait plutôt con, et il se sentait con à cause de Jared. A défaut de ne pas trouver d’autre coupable, Mike rejetait toute la faute sur Jared. Ce qui l’aidait bien à être un peu en rogne.

Spontanément pris par un excès de violence, il fixa Jared dans les yeux. Son regard d’innocent de première l’exaspérait. La fatigue se transformait en une force plutôt négative en Mike. Ce dernier en profita pour se redresser rapidement et lui violenter les côtes en lui donnant un coup de pied. Mike n’y avait pas été de main morte, mais tout ce qu’il reprochait à Jared venait d’être traduit en silence. En prime, son coup de pied (ou plusieurs si ça suffit pas) l’aida à mettre Jared sur le ventre et il en profita pour s’asseoir à cheval sur lui. Sa main droite se chargea de lui empoigner sa tignasse afin de pouvoir tirer sa tête en arrière. Sa main gauche frôla son petit popotin avant de lui accorder une légère tape.

« je passe mon tour pour la fessée » lâcha t-il peu aimablement à vrai dire.

L’envie de lui claquer sa tête au sol plusieurs fois lui frôlait l’esprit, mais il n’était pas encore assez énervé. La personnalité de Jared énervait bien sûr Mike, mais l’entendre parler de ses conneries, de ses conquêtes, de ses gosses, de son imprudence, de ses soirées sans lendemain…L’entendre parler de sa vie, tout simplement, pourrait bien faire rager Mike illico presto.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Here you come
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike] Dim 8 Jan - 19:24

Voir Mike en colère ne lui faisait pas peur, ça non. Jared possédait une confiance en lui-même bien élevée, pour ne pas dire absolue, et qui le persuadait qu’il saura gérer la situation quoiqu’il arrive. Il n’avait toujours pas compris que la gêne qui le prenait et qui l’embarrassait fortement, se réveillait à chaque fois que son ami et lui entraient dans un contact prolongé. Lorsque Mike était à cheval sur lui, par exemple. Jones au-dessus du Calahan, il taquinait ce dernier en se concentrant sur son humeur de pitre. Il se surprit à quelques images plus malsaines. Plutôt que de lui pincer la joue, il aurait aimé lui pincer le torse. Plutôt que de lui tenir le poignet, il aurait préféré lui caresser la nuque, les cheveux, il avait comme cette étrange envie de se pencher en avant, de s’allonger sur le corps de son ami et d’y déposer des baisers. Ses lèvres en brûlaient d’envie et heureusement pour le strip-teaseur, il n’en fit rien. Car c’est la tête de l’autre sorcier qui lui fonça dessus non pas pour un baiser, mais pour un coup de boule qui força le sportif à redresser le haut de son corps et à lâcher l’autre poignet de son ‘maîtrisé’. Il avait la tête dure et Mike avait peut-être eu plus mal que lui, mais ça ne l’empêcha pas de cligner plusieurs fois des yeux d’une manière un peu surpris. Même si ça ne semblait pas, il avait mal. Un petit peu. C’était largement supportable et il subissait bien pire en combat réel contre d’autres. Il était de ces personnes qui étaient tombées tellement de fois sur la tête étant petites, qu’elles ne craignaient plus rien maintenant. Et question neurones, ce n’est pas comme si Jared en avait des milliers à conserver.

Il ne dit rien. C’était selon lui parfaitement loyal, et l’homme avait déjà échangé des coups de boule avec ses ennemis. Lorsque ses membres étaient inutilisables ou bien lorsqu’il avait son adversaire à la hauteur, un bon coup de tête pour casser quelques dents ou un nez était bien plus efficace que beaucoup d’attaques ! Il était même fier de Mike. Une violence tellement plus saine que celle du coup de genou dans les burnes ! Il observa rapidement son petit combattant du soir rouler et se libérer de son emprise. Jared eut un sourire intérieur. Est-ce qu’il avait réveillé le Mickey furieux ? Il l’espérait en tout cas et s’il ne le sentait pas à fond, il avait de quoi le provoquer encore un peu. C’est étrange car Jared savait toujours quoi dire pour énerver. En revanche, lorsqu’il s’agissait d’apaiser la colère ou bien de se faire pardonner, il n’était pas fichu d’y parvenir. Il croisa le regard meurtrier du Calahan. Le strip-teaseur frissonna de plaisir, et un sourire satisfait et admiratif fut le traître de la joie qu’il éprouvait à voir son ami ainsi. Dieu que Mike était sexy dans cette allure d’homme mécontent et prêt à frapper ! Le sportif se prépara à recevoir le coup ou bien les coups qui allaient suivre. Il avança ses mains devant lui en voyant l’ennemi debout, et se protégea des pieds. Malgré cela, quelques coups se logèrent dans son ventre. Ouille ! Et tandis qu’il se tenait le ventre, d’autres martelèrent ses côtes. Ouille ouille ! Il n’était cependant toujours pas à terre, jouant l’increvable qui tentait encore de se relever. Mais il finit par grimacer à cause de nouveaux coups de pieds qui l’allongèrent pour de bon sur le ventre. Ouille ouille ouille !

Il allait pour se redresser à quatre pattes, mais un poids non négligeable vint s’assoir sur lui. Mike avait drôlement grossi ! Aha. Il restait toujours un poids léger pour notre strip-teaseur mais ce dernier se retrouva tout de même plaqué au sol par son nouveau cavalier, yiha ! Voilà une situation qu’il n’accepterait avec aucun autre. Il contracta les muscles de son bassin et de ses épaules, s’attendant visiblement à être rué de coups. Au lieu de cela, rien n’arriva sauf un crêpage de chignon sur la courte crinière du strip-teaseur. La tête tirée de force en arrière, il plia son cou pour essayer d’apercevoir la tête de Mike. Il n’était cependant pas assez souple et ne voulant quand même pas se briser la nuque il laissa le poids de sa tête dans la main de son ami. Tirer les cheveux, voilà bien une attaque de fille encore ! Mais il ne lâcha aucune remarque là-dessus. À dire vrai il était rassuré parce que dans cette position, l’autre ne pouvait pas atteindre ses précieuses parties. Il sentait l’esprit de Mike un peu chaud mais pas encore bouillant. C’était facile à deviner, même sans talent de télépathie. Ne serait-ce que parce qu’il n’était même pas martyrisé, sauf cette tape sur le popotin qui le fit frémir. Jared poussa un soupir, allait-il devoir sortir une nouvelle carte provocation ? C’est qu’il en avait un paquet en réserves mais ce soir, il en fallait beaucoup pour énerver Mike alors que d’habitude, ça se faisait tout seul sans que le strip-teaseur ne cherche à arriver à ce résultat.

« Bizarre. Les putes que je me tape elles aiment beaucoup les fessées. » lança-t-il sur un ton parfaitement innocent. Un clone apparut. Non pas dans leur champ de vision, mais derrière eux. Et ce clone se téléporta aussitôt dans les vestiaires pour que Mike ne s’en rende pas compte. C’était une prévention. Que si jamais le strip-teaseur perdait tout contrôle et qu’il se prenait une trop grosse dérouillée… bref. Il n’allait pas se défendre ou disparaître, il transfèrera tout simplement son esprit dans ce clone, inversant donc leur état afin que Mike frappe le clone et non le vrai Jared. Pourquoi est-ce que le sportif ne faisait-il pas ça maintenant ? Par stupidité, par fierté. (Ces deux allaient de pair avec lui.) L’homme ne voulait certainement pas laisser son clone prendre les coups à la place, la honte ! C’était un homme, un dur à cuire, un vrai mec, lui ! Alors c’est lui qui prenait les coups et il n’avait pas peur au point d’envoyer son homonyme à sa place ! Non mais.
« Elles viennent sur mes genoux, tu vois, et puis elles me font. « Oh oui Jared claque moi ! Oui ! Oui c’est si bon ! » Et toi, tu aimes quand ça claque ? » Il pouffa de rire. Il aimait tant en rajouter une couche. Il ramena ses deux bras sous sa tête, au cas où l'autre ait la bonne idée de vouloir lui claquer la tête contre les tapis.
Revenir en haut Aller en bas


Here you come
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Position, un, deux. [Mike]

Revenir en haut Aller en bas

Position, un, deux. [Mike]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed, the ultimate Battle. ::  :: 
Archives : 1re saison
 :: Le centre ville :: Centre Sportif
-